La ministre de la Justice française s'attaque à la corruption

L'Observateur de l'OCDE

Christiane Taubira ©Andrew Wheeler/OCDE

« Il est intolérable que la corruption entame les moyens de la puissance publique ». C’est avec ces mots que Christiane Taubira, ministre française de la Justice, a présenté la publication du premier Rapport de l’OCDE sur la corruption transnationale au siège de l’Organisation à Paris le 2 décembre dernier. « Pour combattre la corruption transnationale, il nous faut disposer de normes internationales et les travaux de l’OCDE sont essentiels pour produire ces données comparables », a-t-elle ajouté.

Le Rapport de l’OCDE sur la corruption transnationale propose pour la première fois une quantification de la corruption transnationale fondée sur des données tirées de 427 affaires de corruption transnationale ayant pris fin depuis l’entrée en vigueur de la Convention de lutte contre la corruption en 1999. Voir « En bref ».


 ©Ministère des Affaires étrangères du Mexique

Alicia Bárcena, Secrétaire exécutive adjointe de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), lors de la présentation des Perspectives économiques de l’Amérique latine de l’OCDE 2015 pendant le Sommet ibéro-américain à Veracruz (Mexique), le 9 décembre 2014. Voir Pays en bref.


 



 ©Hervé Cortinat/OECD


Le ministre suédois des Entreprises et de l’Innovation, Mikael Damberg, à l’OCDE en décembre 2014.





 ©Julien Daniel/OECD

Le Président de la Colombie, Juan Manuel Santos, lors d’une visite officielle à l’OCDE le 7 novembre. La Colombie est candidate à l’adhésion à l’Organisation (voir l’éditorial ici). L’Étude économique de la Colombie 2015 doit paraître le 19 janvier 2015.
Voir www.oecd.org/fr/eco



 

©L'Observateur de l'OCDE n°301, T4 2014




NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019