Initiative du G7 pour des connaissances communes sur les soins de santé primaires

Un pas en avant vers des systèmes de santé centrés sur les patients

Le 17 mai dernier, les ministres de la Santé des pays du G7 se sont réunis à Paris et ont renouvelé leur engagement en faveur du renforcement des systèmes de soins primaires. Ils ont lancé l’Initiative du G7 pour des connaissances communes sur les soins de santé primaires (voir la Déclaration des ministres de la Santé du G7). Il s’agit là d’une étape bienvenue.

Quel que soit le niveau de revenu des pays, on constate en effet que les systèmes de soins primaires prennent une importance croissante.

Trois facteurs principaux expliquent ce phénomène : premièrement, l’approche centrée sur la personne permet de lutter contre les inégalités en termes de santé, c’est d’ailleurs le seul aspect des systèmes de santé actuels à y parvenir. De fait, entre les groupes de population à revenu faible et à revenu élevé, les écarts de taux de consultation d’un généraliste sont négligeables. Deuxièmement, des soins centrés sur la personne peuvent contribuer à maintenir des coûts bas. Ainsi, la prise en charge précoce des patients au niveau local permet de réduire les hospitalisations coûteuses, avec à la clé une réduction de 6 % des journées d’hospitalisation. Troisièmement, cette démarche est adaptée aux besoins futurs en matière de santé, notamment mettre davantage l’accent sur la prévention et faire face à la complexité accrue et aux besoins sanitaires des populations vieillissantes.

Cependant, pour relever ces défis à venir, les services de soins primaires vont devoir évoluer. De fait, dans la plupart des pays de l’OCDE, leur potentiel n’est pas pleinement exploité. Bien que les équipes de soins primaires soient les mieux placées pour conseiller leurs patients sur leurs modes de vie, faire de la prévention et suivre l’évolution des maladies chroniques, un quart des individus souffrant de maladies chroniques n’ont effectué aucun des tests préventifs recommandés dans les 12 derniers mois, selon les dernières données disponibles. Améliorer la qualité des soins préventifs et de la prise en charge des maladies permettrait également de réduire le nombre encore trop élevé d’hospitalisations dues à des maladies chroniques, lequel représente en moyenne 835 millions USD dans les pays de l’OCDE. Par ailleurs, le mésusage des antibiotiques, autre indicateur de la qualité insuffisante des soins primaires, représente entre 45 % et 90 % des problèmes signalés, soit une part plus importante que dans les autres services de santé.

La bonne nouvelle, c’est que les décideurs ont la possibilité de faire évoluer la situation, notamment s’ils mettent à profit le meilleur de l’innovation dans le monde. Bien des initiatives importantes et novatrices en matière de soins primaires méritent qu’on s’en inspire, telles que Ma Santé 2022 en France, les équipes personnelles de santé au Canada, ou le Friends and Family Test au Royaume-Uni. Échanger sur ce type d’expériences peut aider les décideurs à déterminer quelles réformes sont nécessaires, à les évaluer et à s’entraider pour aller plus loin.

Cinq organisations internationales, l’OCDE, la Banque mondiale, l’Organisation mondiale de la santé, le Fonds mondial et Gavi (l’Alliance du vaccin), ont fait part de leur intention de préparer un rapport conjoint qui mettra notamment en avant la nécessité de créer une plateforme de partage des connaissances, de répertorier les plateformes collaboratives d’experts existantes et de recenser les lacunes en matière de diffusion du savoir et de partage des bonnes pratiques dans le domaine des soins primaires centrés sur la personne. Ce rapport conjoint devrait permettre d’accélérer les progrès dans tous nos pays, ce qui constituerait une étape importante en vue d’établir une couverture santé universelle durable.

Les nouveaux défis en matière de santé émergent déjà, d’où l’importance d’y faire face en mettant le cap sur des services de santé primaires centrés sur la personne dans l’ensemble de nos pays. C’est pourquoi nous nous réjouissons de l’Initiative du G7 pour des connaissances communes sur les soins de santé primaires.

Références

OCDE (à paraître), The Future of Primary Health Care, Études de l'OCDE sur les politiques de santé, Éditions de l’OCDE, Paris.

OCDE (2017), Panorama de la santé 2017: Les indicateurs de l'OCDE, Éditions de l’OCDE, Paris, https://doi.org/10.1787/health_glance-2017-fr.

Health literacy for people-centred care - Where do OECD countries stand? Documents de travail de l'OCDE sur la santé n°107, https://dx.doi.org/10.1787/d8494d3a-en.

Initiative PaRIS (Patient-Reported Indicators Survey) de l’OCDE : https://www.oecd.org/health/paris.htm.

Pour plus d’articles sur la santé et les approches centrées sur la personne, voir : http://observateurocde.org/news/categoryfront.php/id/41/Sant_E9.html

©observateurocde.org, Août 2019

à lire aussi sur: santé primaires, G7



Données économiques

PIB +0.5% T2 2019
Échanges exp -1.9% ; imp -0.9% T2 2019
Inflation annuelle 1.6% septembre 2019
Chômage 5.1% août 2019
Mise à jour: 6 novembre 2019

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019