Il faut soutenir la révolution scientifique africaine

©Kristin Palitza/DPA/AFP

Pour accroître durablement la croissance et le bien-être, l’Afrique doit accélérer son développement par le savoir grâce à des politiques et des investissements scientifiquement étayés.

En Afrique, la base de consommateurs, les ambitions entrepreneuriales et les efforts d’innovation sont aujourd’hui en pleine croissance. Avec plus de 300 pôles technologiques répartis dans 93 des villes du continent, les créateurs d’entreprise innovent dans tous les secteurs, de l’éducation et de la santé à l’agriculture et l’énergie. Ne se contentant plus d’adapter ce qui est apparu ailleurs dans le monde, l’Afrique devient elle-même productrice de connaissances, d’innovation, de créativité et de technologies. Mais il ne fait aucun doute que l’action publique africaine pourrait accélérer ce processus. Le modèle de développement par le savoir, qui fait ici encore figure de nouveauté, devrait définir nos objectifs collectifs. L’émergence d’une population africaine jeune, éduquée, compétente et créative, parallèlement à la mise en place de politiques et d’investissements publics nationaux et panafricains scientifiquement étayés, pourrait largement transformer la société et améliorer le bien-être.

L’application en Afrique d’un modèle de développement par le savoir s’est accélérée du fait de l’arrivée de créateurs de connaissances et d’innovateurs occidentaux et asiatiques attirés par la flexibilité du cadre réglementaire du continent. L’Afrique a ainsi pu accueillir les premiers déploiements de technologies nouvelles, l’un des exemples notables à cet égard étant celui de drones de livraison de produits médicaux, une solution transversale destinée à pallier les défaillances de l’infrastructure médicale du continent.

Il en ressort que le développement par le savoir et par la science est indispensable à l’équation du succès suivante :

Innovation à création d’emploi à inclusion socio-économique à progrès social à gains pour l’ensemble de la population d’un pays

Pour résoudre cette équation, les pouvoirs publics africains doivent d’abord prendre des mesures concrètes et spécifiques afin de favoriser la production et la diffusion des connaissances sur le continent. Des stratégies devraient être délibérément centrées sur trois grandes questions : (1) comment améliorer les cadres de réglementation nationaux pour mettre en place des sociétés du savoir, en particulier dans les deux domaines stratégiques de l’industrie et de la science ; (2) comment encourager les compétences et les capacités adaptées à l’implantation d’une culture de la science et de la créativité en Afrique ; (3) comment concevoir des partenariats efficaces et des mécanismes de financement structurés pour contribuer à la réalisation des deux objectifs précédents.

Prenons l’exemple de l’économie circulaire sobre en carbone. Grâce au rythme de croissance du secteur industriel, l’Afrique pourrait être en mesure de sauter certaines étapes de l’économie linéaire classique pour s’engager directement dans des modèles circulaires, écologiquement plus responsables, et récolter les bénéfices de l’intégration des facteurs sociaux, économiques et environnementaux. En nous intéressant à l’empreinte environnementale des procédés industriels à l’échelle du cycle de vie, nous pouvons non seulement réduire leurs impacts négatifs, mais aussi identifier de nouvelles opportunités d’innovation et de création de richesse. Pour y parvenir, il est possible d’utiliser des matières et des énergies renouvelables, de concevoir et de fabriquer des produits à faible impact réparables et améliorables, ou de recycler les matières premières.

Pour assurer une transition rapide de l’Afrique vers l’économie circulaire, les pouvoirs publics, les universités, le secteur privé et la société civile doivent œuvrer ensemble à la création d’un environnement propice à la recherche et au développement, orienté vers une économie bas carbone à faible impact. Les moyens d’y parvenir incluent notamment l’utilisation de matières et de ressources énergétiques biosourcées plutôt que dérivées du pétrole ; le développement de produits composés de ressources renouvelables qui réduisent autant que possible la consommation d’énergie ; la production de biens à l’échelle locale, en utilisant des ressources renouvelables locales ; le soutien aux efforts de récupération des déchets visant à en faire les ressources de nouveaux procédés industriels, etc. En substance, il s’agit de donner la priorité aux ressources renouvelables qui nous entourent, et d’éviter qu’elles ne deviennent des déchets.

De plus, les parties prenantes africaines doivent privilégier l’indépendance énergétique. La catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi a marqué un tournant dans la transition énergétique européenne vers un déploiement rapide des énergies renouvelables, qui sont particulièrement abondantes en Afrique. Le tissu économique et social africain pourrait s’en voir transformé dans les années à venir. Néanmoins, pour assurer à la fois un accès universel à l’énergie et l’indépendance énergétique, il nous faudra surmonter des obstacles majeurs. Malgré les progrès rapides des dispositifs de captage, de stockage et de gestion des sources renouvelables, des investissements colossaux sont nécessaires pour financer des infrastructures et des systèmes financièrement viables et techniquement réalisables. Ceci nécessitera un soutien politique fort, avec des incitations et des réglementations à l’appui des investissements publics et privés, ainsi que des partenariats pour réaliser des avancées technologiques. Ce sera le cas notamment dans le domaine du stockage de l’énergie, pour trouver des solutions à l’intermittence des énergies renouvelables.

En Afrique, l’option privilégiée de stockage des énergies renouvelables devrait être la production de combustibles de synthèse sous forme gazeuse ou liquide, par opposition aux batteries. Dans le cadre des tables rondes de notre Next Einstein Forum, nous continuons d’étudier d’autres voies d’innovation au service de la prospérité. Très impliqué dans le domaine des politiques scientifiques et industrielles, l’Institut africain des sciences mathématiques (AIMS) est également actif dans de nombreuses disciplines d’enseignement et de recherche, notamment le changement climatique, les mathématiques pures et appliquées à la finance, les données massives et l’intelligence artificielle.

L’AIMS est convaincu qu’une culture de l’innovation ouverte, construite sur des partenariats le long de la chaîne de valeur de l’éducation, est fondamentale pour commercialiser le socle croissant de connaissances de l’Afrique et pour monter en gamme dans la chaîne de valeur mondiale. C’est à ce niveau que la coopération internationale pourrait avoir un impact à long terme.

Références et liens

Desjardins, Jeff (2014), « Africa’s Exploding Tech Startup Ecosystem », in Visual Capitalist, avril, voir www.visualcapitalist.com/africa-exploding-tech-startup-ecosystem

Site web du Next Einstein Forum : www.nef.org

©L'Observateur de l'OCDE, novembre 2018




Données économiques

PIB +0.5% T3 2018
Échanges exp +2.7% ; imp +3.0% T4 2017
Inflation annuelle 2,9% sept 2018
Chômage 5.2% sept 2018
Mise à jour: 22 nov 2018

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Regarder la conférence de presse finale de la réunion ministérielle de l'OCDE 2018.
  • Coopération internationale, croissance inclusive et transformation digitale sont les thèmes clés du Forum de l’OCDE, les 29 et 30 mai, sous la bannière « Ce qui nous rapproche ». La Réunion du Conseil au niveau des Ministres se tiendra les 30 et 31 mai : présidée cette année par la France, elle explorera notamment la question du multilatéralisme.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2018