Coupes du monde et Jeux olympiques : pour que trois semaines de fête ne se transforment pas en 30 ans de dettes

Si l’accueil de grandes manifestations internationales peut apporter d’énormes bénéfices économiques et sociaux, il peut également être très coûteux. Une nouvelle initiative de l’OCDE pourrait aider les responsables politiques à trouver plus souvent une formule gagnante.

©Grigory Dukor/REUTERS

La Coupe du monde 2018 a démarré en Russie, et le monde entier est maintenant rivé à son poste de radio, de télévision, ou à son ordinateur pour vivre chaque arrêt, chaque but, chaque victoire et chaque défaite. Si l’excitation est à son comble, certains pensent déjà à l’avenir, à 2022 et au-delà. L’organisation et l’accueil d’un événement tel que la Coupe du monde est une entreprise colossale, comme le savent bien la FIFA, instance dirigeante du football mondial, l’OCDE, et jusqu’aux électeurs du canton suisse du Valais.

Le 30 mai dernier, peu avant la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde à Moscou, et alors que la capitale française entamait les préparatifs pour accueillir les Jeux olympiques de 2024, les ministres ont approuvé la Recommandation du Conseil de l’OCDE sur les manifestations internationales et le développement local lors de leur réunion annuelle à Paris. Ce document de l’OCDE propose un plan pour l’organisation de manifestations à durée limitée mais de portée internationale, qu’il s’agisse d’expositions, de festivals culturels ou de grandes compétitions sportives. L’accueil de grandes manifestations peut servir de catalyseur pour des progrès sociaux et économiques ; les responsables politiques doivent veiller à en optimiser les recettes et à en évaluer de façon transparente et appropriée les retombées sur les populations locales et l’environnement. Cette recommandation de l’OCDE, la première du genre, pourrait y concourir. D’après le Secrétaire général, M. Angel Gurría, elle vise en effet à encourager des investissements pertinents et rentables pour favoriser la création d’emplois et une gestion transparente. Les organisateurs doivent s’assurer que les bénéfices sont partagés « avant, pendant et après les manifestations ».

Les préparatifs de chaque Coupe du monde, et plus encore des Jeux olympiques, se révèlent problématiques. Les pays aspirant à accueillir ces manifestations subissent la pression de leurs citoyens, qui souhaitent avoir leur mot dire sur les candidatures. Boston, par exemple, faute du soutien populaire, a dû retirer sa candidature aux Jeux olympiques de 2024. En juin 2018, les électeurs du canton du Valais ont de nouveau rejeté la proposition d’organiser les Jeux olympiques d’hiver. La Suisse héberge certes le siège du Comité international olympique, mais ses citoyens (ou du moins, les Valaisans) ne souhaitent pas pour autant être de la partie. Les opposants avaient pour slogan : « Trois semaines de fête, 30 ans de dettes ».

Cette tendance pourrait se poursuivre. Chak Hee Anh, responsable du pôle international au journal coréen JoongAng Ilbo, a ainsi souligné que « les pays sont de plus en plus nombreux à reconsidérer l’organisation des manifestations de telle ampleur, qui peuvent être source de bouleversements », lors du Forum de l’OCDE 2018, débat international sur les politiques publiques organisé en parallèle de la Réunion ministérielle.

Les raisons à cela ? Tout d’abord, le coût. Le budget des Jeux olympiques et des Coupes du monde a tendance à gonfler au fur et à mesure du temps. « Il est assez facile de dépenser plus d’argent que prévu », a expliqué Cesar Cunha Campos, directeur exécutif de FGV Projetos, au même Forum de l’OCDE. Au Brésil, en 2016, « pour les Jeux paralympiques, le budget figurant au dossier de candidature était de 400 millions USD et nous avons dépensé 2 milliards USD ; pour le volet olympique, il était de 17 milliards USD et nous en avons dépensé 29. Il faut donc être prudent. »

Officiellement, la facture de la Coupe du monde 2018 en Russie dépasse déjà le budget prévu, avec un montant de 11,8 milliards USD, certains l’estimant même à 14,2 milliards USD, ce qui ferait de cette coupe la plus chère de tous les temps. Ces chiffres sont pourtant balayés par les coûts des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi et ceux d’été de Beijing, qui ont tous deux franchi la barre des 50 milliards USD. Le Qatar pourrait, quant à lui, battre tous les records pour la Coupe du monde de 2022.

Vient ensuite le retour sur investissement. L’histoire de ces deux compétitions est parsemée de fiascos. Les Jeux de Montréal (1976) fournissent le parfait exemple d’infrastructures mal conçues : l’aéroport inutile de Mirabel, aujourd’hui seulement utilisé pour le fret, ou le stade olympique démesuré, surnommé le « Big Owe » (le « Grand Dû »), qui malgré son peu d’activité continue d’aspirer l’argent public. À Brasilia, le stade Mané Garrincha, d’une capacité de 72 000 personnes, a été rénové pour un montant de 500 millions USD en vue de la Coupe du monde 2014 et du tournoi olympique de football en 2016. Il n’est aujourd’hui utilisé par aucune grande équipe de football, et son parking sert de garage aux bus municipaux. Lors des Jeux olympiques de 2012, Londres s’était engagée à construire un stade dédié à l’athlétisme, même s’il était peu probable qu’il trouve une utilité par la suite. Le comité chargé de l’héritage des Jeux le loue maintenant à West Ham, club de Premier League, qui demande la transformation des équipements d’athlétisme pour que l’environnement soit plus adapté au football.

Les dirigeants locaux s’inquiètent quant à leur capacité à entretenir ces nouvelles infrastructures flambant neuves. La Russie a dépensé entre 3,5 et 4,7 milliards USD pour les stades en vue de la compétition opposant 32 équipes. À Sotchi, il a fallu réaménager le stade Ficht, dont la construction avait coûté 770 millions USD pour les Jeux olympiques d’hiver de 2014. Qu’en sera-t-il du retour sur investissement ? Début juin, lors de son entretien téléphonique annuel avec les gouverneurs régionaux retransmis à la télévision, le président Vladimir Poutine a déclaré que les stades devraient être « autosuffisants », bien qu’il ait explicitement écarté l’idée qu’ils soient convertis en marchés aux puces, comme c’est parfois le cas depuis la chute de l’Union soviétique.

La Coupe du monde 2018 est peut-être la dernière à compter uniquement 32 équipes, ce qui soulève également des questions. La FIFA prévoit depuis longtemps la participation de 48 pays en 2026, ce qui gonflera l’enveloppe distribuée aux États membres, mais aussi leurs chances de participer à la compétition. Lors du congrès tenu à Moscou avant la Coupe du monde, les membres de la FIFA n’ont finalement pas tranché sur la question pour 2022. Ils ont suivi la recommandation des inspecteurs de rejeter la proposition du Maroc d’accueillir autant d’équipes en 2026, lui préférant le trio États-Unis – Mexique – Canada.

Si l’ampleur de la Coupe du monde est maintenant telle que les États-Unis ne peuvent plus l’accueillir à eux seuls, où allons-nous ?

Au coût et à la taille s’ajoutent d’autres problèmes. Les entreprises doivent adopter un comportement responsable, s’agissant notamment de l’application des normes de travail, qui ont été sérieusement mises en cause lors des préparatifs de la Coupe du monde au Qatar.

La recommandation de l’OCDE, qui appelle à respecter les droits des travailleurs, constitue une avancée positive. Cet instrument peut aider les pays, régions ou villes organisatrices, mais aussi les partenaires de ces manifestations internationales, à mieux prendre en compte les besoins locaux et à placer le citoyen au cœur de leurs projets, ainsi qu’à produire des effets bénéfiques dans la durée. En améliorant la conception et la mise en œuvre de ces manifestations, et en gérant leurs retombées de manière éclairée, nous pourrions nous concentrer sur ce qui nous réunit dans le sport, tel que ces moments partagés au coup d’envoi d’un match ou au départ d’une course.

Comme l’a rappelé le joueur de tennis paralympique français Michaël Jérémiasz, qui participait au Forum de l’OCDE, ces manifestations sont « bien plus que quelques semaines de sport ». Elles représentent une source d’inspiration et nous rappellent que nous faisons tous partie de l’humanité.

Références

Site du Forum de l’OCDE : www.oecd.org/fr/forum

OCDE (2018), « Les Ministres de l’OCDE conviennent d’une nouvelle approche pour faire en sorte que les manifestations internationales aient des retombées positives sur les populations locales », 30 mai, https://oe.cd/2iQ

OCDE (2018), Recommandation du Conseil sur les manifestations internationales et le développement local, OECD/LEGAL/0444, document complet disponible sur https://oe.cd/events-rec

Amnesty International (2017), « Qatar. Les violations des droits des travailleurs migrants demeurent généralisées, alors qu’un stade de la Coupe du monde accueille son premier match », 19 mai

Boston Globe (2018), « Boston withdraws bid for 2024 Olympics », http://www.bostonglobe.com/metro/specials/olympics2024

Perreaux, Les (2017), « The owing never ends at the Big O », The Globe and Mail, 1er décembre

©L'Observateur de l'OCDE, juin 2018




Données économiques

PIB +0.6% T4 2017
Échanges exp +2.7% ; imp +3.0% T4 2017
Inflation annuelle 2,6% mai 2018
Chômage 5.4% mar 2018
Mise à jour: 06 juillet 2018

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Regarder la conférence de presse finale de la réunion ministérielle de l'OCDE 2018.
  • Coopération internationale, croissance inclusive et transformation digitale sont les thèmes clés du Forum de l’OCDE, les 29 et 30 mai, sous la bannière « Ce qui nous rapproche ». La Réunion du Conseil au niveau des Ministres se tiendra les 30 et 31 mai : présidée cette année par la France, elle explorera notamment la question du multilatéralisme.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2018