Multilatéralisme créatif : une collaboration renforcée, pour tous

Le système international a atteint un point critique, confronté à une croissance économique mondiale en berne, des inégalités croissantes, et une remise en question de l’ordre mondial fondé sur des règles, garant de la paix et de la prospérité dans le monde depuis des décennies. De nombreux gouvernements s’efforcent de réajuster leur engagement mondial et de faire ce qui est en leur pouvoir pour que le monde reste ouvert et progressiste.*

Cinq pays aux profils assez différents — l’Australie, la République de Corée, l’Indonésie, le Mexique et la Turquie — sont à la pointe de ce mouvement et se sont regroupés pour former un partenariat innovant, les « MIKTA ». Bien qu’informel, ce groupement pourrait s’ériger en exemple du type de diplomatie moderne et de coopération internationale dynamiques actuellement nécessaires pour dépasser les clivages et favoriser un système multilatéral.

Le groupement des MIKTA est unique en son genre : nous sommes cinq partenaires représentatifs de la diversité de la communauté internationale, tirant nos idées et perspectives de nos traditions régionales, culturelles, religieuses et historiques respectives. La force des intérêts qui nous rassemblent — un engagement en faveur d’un ordre mondial fondé sur des règles et la défense d’institutions internationales au service de tous — transcende nos différences. Ce qui compte, c’est ce qui nous rapproche.

Pareille démarche est plus importante aujourd’hui qu’elle ne l’a jamais été. L’intérêt du système commercial mondial et d’autres enceintes et initiatives multilatérales est contesté, et violemment remis en cause par ceux-là mêmes qui ont œuvré à leur mise en place. L’économie mondiale connaît actuellement des mutations profondes et durables, qui offrent des opportunités à beaucoup mais apportent également leur lot de difficultés à d’autres. D’autre part, une nouvelle forme de scepticisme se fait jour. Nombreux sont ceux qui estiment que la mondialisation ne leur correspond pas ou ne répond pas à leurs besoins. Les organisations internationales, dont l’OCDE, qui ont favorisé la création du cadre sous-tendant l’ordre mondial fondé sur des règles et garant de paix et de prospérité, sont aujourd’hui accusées par certains d’être une partie du problème plutôt que de sa solution.

Dans ce climat d’incertitude, le système multilatéral dans son ensemble a besoin de partenariats constructifs pour rassembler les pays et trouver des solutions communes à des problèmes complexes et délicats. Voilà la mission que les MIKTA se sont fixée dans le cadre de ce partenariat. En tant que rassembleurs et bâtisseurs de passerelles, nous cherchons à faciliter le dialogue et à contribuer de manière constructive au débat au sein de plusieurs instances. Ainsi, nous pourrons faire du système multilatéral une solution bénéfique au plus grand nombre.

Par exemple, notre Atelier sur le commerce et l’investissement, hébergé par l’Organisation mondiale du commerce, a permis, par ses débats, de faire naître des propositions concrètes sur les domaines dans lesquels l’OMC pourrait apporter une valeur ajoutée, notamment sur la cohérence des politiques commerciales et d’investissement, et la facilitation de l’investissement. Cette initiative montre bien ce que peuvent accomplir les économies développées et en développement lorsqu’ils travaillent ensemble. À cette occasion, comme en tant d’autres, la diversité du groupe MIKTA a fait sa force.

Dans le cadre de nos travaux en faveur d’un système multilatéral, nous soutenons également les efforts déployés pour améliorer le fonctionnement et la gouvernance des organisations internationales. Nous nous employons notamment à actualiser la gouvernance internationale en matière d’énergie, pour qu’elle tienne mieux compte des besoins des pays émergents et en développement. Cet état d’esprit transparaît dans l’ambitieux programme de modernisation sur deux ans de l’Agence internationale de l'énergie.

Différents, mais unis par une vision commune : voilà ce qui donne au groupe des MIKTA sa force, et ce qui peut en faire un modèle pour d’autres pays souhaitant travailler ensemble pour soutenir la paix et la prospérité mondiales. Nos différences rendent ce qui nous rapproche encore plus précieux : l’ordre mondial fondé sur des règles, dont nous dépendons tous.


*Par les ambassadeurs du Mexique, de la Corée, de la Turquie et de l'Australie auprès de l'OCDE : Mme Monica Aspe, Mexique ; M. Jong-Won Yoon, Corée ; M. Erdem Başçı, Turquie ; M. Brian Pontifex, Australie ; et l’Ambassadeur de l’Indonésie auprès de la France, M. Hotmangaradja Pandjaitan.

Voir www.mikta.org

©L'Observateur de l'OCDE, mars 2018




Données économiques

PIB +0.6% T2 2018
Échanges exp +2.7% ; imp +3.0% T4 2017
Inflation annuelle 2,9% août 2018
Chômage 5.3% août 2018
Mise à jour: 10 oct 2018

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Regarder la conférence de presse finale de la réunion ministérielle de l'OCDE 2018.
  • Coopération internationale, croissance inclusive et transformation digitale sont les thèmes clés du Forum de l’OCDE, les 29 et 30 mai, sous la bannière « Ce qui nous rapproche ». La Réunion du Conseil au niveau des Ministres se tiendra les 30 et 31 mai : présidée cette année par la France, elle explorera notamment la question du multilatéralisme.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2018