Delta du Mékong : du riz et des risques

©Christoph Mohr/Picture Alliance/DPA/AFP

Le delta du Mékong est l’un des principaux greniers à riz de la planète. Cette vaste région humide et verdoyante assure non seulement la moitié de la production rizicole du Viet Nam, mais fournit aussi la grande majorité du riz paddy exporté par le pays qui, avec une part de 17 %, est le troisième exportateur mondial de cette céréale.

Pourtant, les populations du delta sont aujourd’hui confrontées à des risques importants, qui mettent en péril la richesse naturelle de cet écosystème fragile en menaçant l’abondance des ressources en eau douce qui caractérise la région.

Depuis quelques années, l’eau de mer a commencé à envahir l’intérieur des terres, au point que les agriculteurs parlent aujourd’hui par endroits de « saisons salées ». Certains ont même dû abandonner la riziculture au profit de l’élevage de crevettes, activité qui s’accommode mieux de l’eau désormais saumâtre. Les populations locales puisent de plus en plus dans les nappes souterraines l’eau nécessaire à l’irrigation, l’aquaculture et la consommation humaine, mais cela ne fait qu’accélérer la salinisation. Ce pompage entraîne aussi un affaissement des sols et épuise les ressources souterraines, compromettant ainsi la sécurité de l’eau des générations futures.

Par ailleurs, le niveau de la mer devrait monter de 45 à 75 cm d’ici à 2090, ce qui représente une menace importante pour une région dont le territoire se situe en moyenne moins de deux mètres au-dessus du niveau de la mer : une élévation de seulement 30 centimètres pourrait entraîner la disparition de près de 200 000 hectares de rizières.

Les risques sont amplifiés par la construction d’importants barrages le long du fleuve et le développement de l’extraction de sable. Ces activités entravent fortement le flux de sédiments dont dépendent les centres d’élevage de poissons et de crevettes et qui contribue à reconstituer les sols du delta perdus pour cause d’érosion.

Les risques économiques sont significatifs, et pas seulement pour le Viet Nam. Combien de temps pourra-t-on continuer de produire du riz étant donné les atteintes à l’écosystème ? Et à quel moment les marchés mondiaux commenceront-ils à subir l’impact de ces risques ?

Le delta du Mékong fait partie des régions agricoles de la planète que nous avons qualifiées de zones à hauts risques liés à l’eau et qui nécessitent des interventions publiques ciblées. Ces risques graves découlent non seulement du changement climatique, mais aussi d’autres facteurs menaçant la production agricole comme l’activité agricole elle-même, qui entraîne des pénuries d’eau, les inondations et la dégradation de la qualité de l’eau.

Nos projections indiquent que la Chine, l’Inde et les États-Unis sont les trois pays où la production agricole sera la plus touchée par les risques futurs liés à l’eau. Le stress hydrique dans les zones à hauts risques que sont le nord-est de la Chine, le nord-ouest de l’Inde et le sud-ouest des États-Unis fera à lui seul augmenter de 5 à 8 % les prix mondiaux de certains produits, dont le coton, le maïs et le blé, et modifiera en outre sensiblement leurs échanges. D’après nos analyses, le Viet Nam arrive en quatrième position des pays les plus touchés par les risques liés à l’eau, du fait de sa production de riz.

Face à ces risques, comment sauvegarder la production agricole et sécuriser les approvisionnements alimentaires ? L’adaptation ciblée et la coordination seront essentielles. Les exploitants peuvent changer de production – comme ils le font déjà dans le delta du Mékong – ou améliorer leurs pratiques agricoles, par exemple en démarrant les cultures à un autre moment de l’année ou en optant pour de nouvelles variétés de riz adaptées. Parallèlement, les entreprises agroalimentaires pourraient collaborer avec eux pour améliorer leurs pratiques, par exemple en leur fournissant des systèmes de surveillance de la salinité de l’eau ou en les encourageant à recueillir les eaux pluviales pour les utiliser à la place des eaux souterraines lors de la saison sèche.

Les pouvoirs publics doivent aussi concentrer leur attention et leurs efforts sur ces zones à hauts risques, en adaptant leurs moyens d’action et en élaborant de nouvelles mesures ciblant directement ces risques, tout en veillant à ce que leur action complète celle des acteurs privés. Il leur appartient aussi de resserrer les liens marchands et commerciaux aux niveaux national et international pour diluer les effets sur les prix et contenir les incidences régionales. Cette démarche bénéficierait d’efforts internationaux de partage de l’information sur les risques liés à l’eau pour limiter la propagation des effets indirects.

Cliquez pour agrandir

Comme dans nos études de cas des régions de Chine, d’Inde et des États-Unis déjà citées, des acteurs publics et privés commencent aujourd’hui à passer à l’action dans le delta du Mékong pour atténuer les risques agricoles liés à l’eau. Cette problématique a d’ailleurs été examinée à la première réunion des autorités de l’eau de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC), organisée en août 2017 au Viet Nam et consacrée aux enjeux de la sécurité alimentaire dans le contexte du changement climatique.

Ces efforts doivent être intensifiés de manière stratégique et coordonnée, comme nous le préconisons dans Water Risks Hotspots for Agriculture, afin de garantir une atténuation effective des risques pour les générations futures. Grâce à des politiques et approches appropriées, il est possible de préserver non seulement la production alimentaire des zones à hauts risques comme le delta du Mékong et d’autres régions agricoles, mais aussi les moyens de subsistance des populations et les écosystèmes qui nous sont indispensables.

Références et autres ouvrages à consulter

Les résultats du rapport ont été présentés à l’occasion d’un webinaire OECD : Green Talk Live, organisé le 18 octobre 2017, disponible sur www.youtube.com/watch?v=BYX6sUk6DFI

OCDE (2017), Water Risk Hotspots for Agriculture, Éditions OCDE, Paris, http://dx.doi.org/10.1787/9789264279551-en

USDA Foreign Agriculture Service (2012), Vietnam : Record Rice Production Forecast on Surge in Planting in Mekong Delta, Commodity Intelligence Report, 12 décembre 2012, https://ipad.fas.usda.gov/highlights/2012/12/Vietnam/

©L'Observateur de l'OCDE n°312 T4 2017




Données économiques

PIB +0.6% T2 2018
Échanges exp +2.7% ; imp +3.0% T4 2017
Inflation annuelle 2,9% juillet 2018
Chômage 5.3% juillet 2018
Mise à jour: 11 sept 2018

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Regarder la conférence de presse finale de la réunion ministérielle de l'OCDE 2018.
  • Coopération internationale, croissance inclusive et transformation digitale sont les thèmes clés du Forum de l’OCDE, les 29 et 30 mai, sous la bannière « Ce qui nous rapproche ». La Réunion du Conseil au niveau des Ministres se tiendra les 30 et 31 mai : présidée cette année par la France, elle explorera notamment la question du multilatéralisme.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2018