Montée du niveau des océans : s’adapter ou périr ?

©AFP

Les États insulaires de faible altitude comme les Maldives et les villes côtières densément peuplées comme New York ont une chose en commun : ils doivent faire face à la montée du niveau des océans. Près d’un quart de la population mondiale vit à moins de 100 mètres de la mer. Sans pouvoir précisément en prédire le rythme et la limite de la montée actuelle, nous savons que le phénomène se poursuivra et que les conséquences en seront coûteuses. 

Rien qu’en Europe, la valeur des biens physiques situés à moins de 500 mètres de la mer représente au moins entre 500 milliards et 1 000 milliards EUR – et ces estimations datant de 2009, elles sont certainement très loin du compte. En cas de fonte des calottes glaciaires de l’Antarctique occidental et du Groenland, le niveau des océans augmenterait de plus de deux mètres d’ici 2100, ce qui suffira pour inonder, voire engloutir, des métropoles comme Miami ou Shanghai, mais aussi des pays de delta comme le Bangladesh.

En définitive, le seul moyen de limiter le risque d’impacts catastrophiques et non maîtrisables consiste à maintenir le réchauffement planétaire bien en deçà de 2C, conformément aux engagements pris par les États. Mais ces derniers ne peuvent-ils rien faire d’autre pour empêcher le pire d’arriver ?

Il faudrait tout d’abord dresser l’état des lieux de ce qui doit être protégé. Si le sort des populations est bien évidemment prioritaire, il n’en importe pas moins de préserver (voire déplacer) les actifs fixes dont les villes et, souvent des régions entières, sont tributaires : hôpitaux, centrales électriques, patrimoine artistique et culturel, biens d’équipement professionnels et matériels de transport, centre de données, entre autres exemples. Il incombe également aux pouvoirs publics de faire davantage pour dissuader les populations de s’installer et de construire dans les zones vulnérables.

Agir, et dans le bon sens

Soucieux de s’adapter au changement climatique, nombre de pays planchent actuellement sur des stratégies régionales et nationales pour s’adapter au changement climatique et à l’élévation du niveau des mers. Aux Pays-Bas, par exemple, le programme Delta consacre 1 milliard EUR par an à la gestion du risque d’inondation fluviale et maritime. Dans tous les pays de l’OCDE, des stratégies et plans d’adaptation existent déjà ou sont à l’étude.

Toujours est-il que le temps presse, et il est primordial d’avancer dans l’élaboration de ces stratégies et de les mettre en œuvre sans délai. Pour autant, dans les pays pauvres (mais pas seulement), on continue de bâtir dans des zones à haut risque, et de nombreuses infrastructures ne sont tout simplement pas prévues pour durer ou pour résister à la montée des eaux. Il arrive également que des fonds nationaux d’indemnisation servent à financer la reconstruction à l’identique de zones sinistrées, sans prévoir le moindre dispositif d’adaptation, comme si aucune leçon n’avait été tirée du passé.

Dans les régions les plus démunies et les plus vulnérables, la mise en œuvre des plans de résilience et d’adaptation au changement climatique est contrecarrée par un manque de moyens institutionnels, humains et financiers, ainsi que par une urbanisation désordonnée et effrénée, qui se caractérise généralement par la présence d’habitat informel dans les zones à plus haut risque. La communauté internationale est désormais sollicitée pour financer les efforts d’adaptation. C’est le cas au Vanuatu, où une revégétalisation d’une partie des côtes a été entreprise, ou encore, dans l’archipel des Tuvalu, où le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Fonds vert pour le climat aident les autorités à restaurer l’écosystème et à déployer des digues de mer et autres ouvrages de défense.

Même dans les pays riches, diverses contraintes financières et institutionnelles, conjuguées à l’incohérence des politiques, entravent l’intervention publique et, de plus, créent les conditions de nouvelles catastrophes. Ainsi, il n’est pas rare que les autorités locales disposent d’une capacité d’emprunt limitée et dépendent principalement des recettes fiscales immobilières pour se financer. Cela peut les amener à rechigner à refuser des projets d’aménagement du littoral, en particulier en bord de mer, où les prix immobiliers sont élevés en dépit des risques d’érosion et d’inondation du littoral. Le marché immobilier semble en effet insensible à ces risques : même dans les zones les plus menacées, des biens se vendent à prix d’or. Par exemple, en 2009, les prix exorbitants de l’immobilier ont ainsi empêché une collectivité locale australienne de mener à bien son projet d’acquisition foncière dans une zone côtière menacée.

Regarder les choses en face

L’action publique compte autant qu’une meilleure information. Heureusement, des mesures d’adaptation préventive commencent à être prises ici et là. L’OCDE a conçu un cadre pour les accompagner, qu’il s’agisse d’améliorer l’aménagement du territoire, de recenser les biens et services menacés, ou d’incorporer des mécanismes rentables de résilience dans les projets d’infrastructure. Ainsi, la ville de New York a créé des espaces verts, adapté ses stations de traitement des eaux usées et repensé le revêtement de la voirie et des toitures afin d’accélérer la récupération et le ruissellement des eaux de crue. D’autres pays, dont la France et l’Afrique du Sud, recourent à un arsenal novateur de solutions naturelles, consistant par exemple à restaurer et protéger les terres humides qui absorbent l’eau en excès, ou encore à ériger des dunes et récifs pour freiner l’érosion du littoral.

Une meilleure surveillance et une meilleure évaluation de la situation peuvent également contribuer à améliorer l’action des pouvoirs publics et les pratiques établies. Au Royaume-Uni, l’évaluation nationale des risques liés au changement climatique concerne la dimension humaine et matérielle des risques d’inondation et d’érosion du littoral, ainsi que les mesures à prendre pour réduire ces risques.

En 2017, un puissant ouragan a laissé sous les eaux Houston, ville pétrolière, occasionnant un lourd bilan humain et matériel. À la même époque, le Bangladesh a connu de graves inondations, qui ont tué plus d’un millier de personnes. Jusqu’à quel point la situation devra-t-elle empirer pour qu’enfin, nous aménagions le littoral de manière à protéger les populations et habitations de la montée des eaux ? Il n’est pas suffisant d’être averti. Comme Albert Einstein l’a dit un jour, une personne intelligente résout un problème, une personne sage l’évite.

Références et liens

Vallejo, L. et M. Mullan (2017), « Climate-resilient infrastructure : Getting the policies right », OECD Environment Working Papers, n° 121, Éditions OCDE, Paris, http://dx.doi.org/10.1787/02f74d61-en.

OCDE (2016), L’adaptation nationale au changement climatique : Nouvelles pratiques de suivi et d’évaluation, Éditions OCDE, Paris, http://dx.doi.org/10.1787/9789264247031-fr.

OCDE (2015), Les conséquences économiques du changement climatique, Éditions OCDE, Paris, http://dx.doi.org/10.1787/9789264261082-fr.

Lire « Adaptation to Climate Change in the Coastal Zone in Vanuatu », sur www.pacific.undp.org/content/pacific/en/home/operations/projects/environment_and_energy/Van_CAP.html.

Rigg, Kelly (2012), « Réagir au changement climatique », L’Annuel de l’OCDE 2012, http://oe.cd/2cg.

Holloway, Cas (2011), « New York, ville bleue », L’Observateur de l’OCDE, http://oe.cd/2ci.

©L'Observateur de l'OCDE n°312 T4 2017

à lire aussi sur: environnement



Données économiques

PIB +0.5% T3 2018
Échanges exp +2.7% ; imp +3.0% T4 2017
Inflation annuelle 2,9% sept 2018
Chômage 5.2% sept 2018
Mise à jour: 22 nov 2018

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Regarder la conférence de presse finale de la réunion ministérielle de l'OCDE 2018.
  • Coopération internationale, croissance inclusive et transformation digitale sont les thèmes clés du Forum de l’OCDE, les 29 et 30 mai, sous la bannière « Ce qui nous rapproche ». La Réunion du Conseil au niveau des Ministres se tiendra les 30 et 31 mai : présidée cette année par la France, elle explorera notamment la question du multilatéralisme.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2018