Lutter contre le poids croissant de l’obésité

Shutterstock

En 2010, le rapport de l’OCDE, L’obésité et l’économie de la prévention : Objectif santé, mettait en garde contre l’obésité et ses conséquences pour la santé.

Près d’une décennie plus tard, la situation ne s’est hélas guère améliorée. Selon de récentes données publiées en mai, l’épidémie d’obésité s’est encore étendue, moins rapidement toutefois qu’auparavant. Dans la zone OCDE, plus de la moitié des adultes et près d’un enfant sur six sont aujourd’hui en surpoids ou obèses. Aux États-Unis et au Mexique, un adulte sur trois est obèse. Les disparités sociales persistent, voire se sont accentuées dans certains pays. Les femmes peu instruites courent deux à trois plus de risques d’être en surpoids que celles qui ont fait des études.

Depuis les années 1990, les taux d’obésité ont rapidement augmenté en Angleterre, au Mexique et aux États-Unis. Selon de nouvelles projections, l’avenir s’annonce inquiétant car, faute de mesures radicales, l’obésité ne cessera de progresser. Ainsi les taux d’obésité, pourtant historiquement bas en Corée et en Suisse, devraient y augmenter à un rythme accéléré.

Les raisons de s’attaquer à ce fléau sont multiples. L’obésité est un puissant facteur de risque pour nombre d’affections chroniques comme le diabète ou les maladies cardiovasculaires. L’échec des systèmes de santé à vaincre l’obésité est à l’origine de millions de décès ou de cas d’invalidité. Les économies aussi en souffrent. Les personnes obèses trouvent du travail moins facilement. Plus souvent en congé maladie, elles sont moins productives, travaillent moins d’heures, et gagnent environ 10 % de moins que les travailleurs non obèses. Selon les travaux de l’OCDE, pourtant, la prévention peut faire beaucoup. Des politiques de grande envergure, comprenant des interventions dans les écoles ou sur le lieu de travail, ou dans le cadre des soins primaires, ou encore des mesures réglementaires et budgétaires, peuvent agir efficacement contre l’obésité. Plusieurs pays ont récemment engagé des réformes, mesures fiscales (Belgique, Chili, Finlande, France, Hongrie et Mexique) ou subventions destinées à encourager les déplacements actifs domicile-travail plutôt que l’usage de la voiture. Ces dernières ont été mises en œuvre au niveau infranational au Canada et en France, la France comme la Suède prescrivant l’activité physique. Le Canada, le Chili, la Corée et le Royaume-Uni ont reformulé certains produits alimentaires, et la France, le Royaume-Uni, la Suède, la Turquie, ou la ville de New York, ont réduit la taille des portions.

Ces dernières années, de nouvelles mesures ont été prises pour combattre l’obésité, notamment par la communication. Les symboles aisément compréhensibles figurant sur les étiquettes des plats préconditionnés permettent d’informer sur les apports nutritionnels des produits alimentaires et d’orienter les consommateurs vers des choix plus sains. L’Angleterre, l’Australie, le Chili, la Corée, le Danemark, la France, l’Islande, la Lituanie, la Norvège, la Nouvelle-Zélande et la Suède utilisent de tels symboles. Les campagnes de santé publique se déclinent aussi sur les médias sociaux. Sites web dédiés, applications sur les smartphones et outils en ligne visent à aider les gens à modifier leurs comportements en Angleterre, au Chili, en Estonie et aux Pays-Bas. Certains pays ont renforcé la réglementation relative à la commercialisation de produits alimentaires potentiellement nocifs et de boissons sucrées à l’intention des enfants et des jeunes adultes. Le Chili, l’Irlande, l’Islande et le Mexique interdisent la publicité sur les boissons et autres produits alimentaires à la télévision et à la radio aux heures de grande écoute pour les enfants. D’autres interdictions sont appliquées dans les écoles au Chili, en Espagne, en Turquie et en Pologne, dans les transports publics en Australie, et dans les théâtres en Norvège. On ne connaît pas encore le véritable impact de ces mesures, mais d’après les premiers bilans, elles permettent aux consommateurs de faire des choix plus sains et influent aussi sur le comportement de l’industrie agroalimentaire.

Ce ne sont que quelques exemples. La plupart des pays de l’OCDE recourent maintenant à toute une série de mesures complémentaires pour créer des synergies et favoriser un style de vie plus sain. Mais il ne faut pas baisser la garde. En moyenne, les pays de l’OCDE ne consacrent que 3 % environ du budget de la santé à la prévention et à la santé publique. La lutte contre l’obésité nécessite des investissements et des politiques d’envergure qui ciblent d’importants facteurs sociaux et environnementaux. Pour y parvenir, une forte détermination et une volonté politique sans faille sont essentielles.

 

Références et liens

Initialement publié sur http://oe.cd/1Ze

OCDE/UE (2016), Health at a Glance : Europe 2016: State of Health in the EU Cycle, Éditions OCDE, Paris. http://dx.doi.org/10.1787/9789264265592-en

OCDE (2010), L’obésité et l’économie de la prévention : Objectif santé, Éditions OCDE, Paris. http://dx.doi.org/10.1787/9789264084889-fr

Voir www.oecd.org/health/obesity-update.htm

©L'Observateur de l'OCDE n°310 T2 2017

à lire aussi sur: santé



Données économiques

PIB +0.6% T3 2017
Échanges exp +4.3% ; imp +4.3% T3 2017
Inflation annuelle 2,4% nov 2017
Chômage 5.6% nov 2017
Mise à jour: 16 jan 2018

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2018