Sur l’ouverture d’internet

Directeur scientifique de l’APNIC*

©David Rooney

Vous avez probablement déjà entendu parler de « l’internet ouvert ». Le terme est évocateur des nombreux bienfaits de « l’ouverture » dans différents contextes, et donne une impression positive. L’employer revient donc déjà à en faire l’éloge, en quelque sorte. Mais est-ce vraiment le cas et, le cas échéant, pourquoi ?

On peut considérer qu’internet est « ouvert » car il repose sur des standards libres et publics, accessibles et exploitables par tout le monde. Il y a là une rupture radicale avec les normes technologiques « propriétaires » fermées qui étaient la règle il y a quelques décennies, par exemple dans le domaine des ordinateurs centraux. Aujourd’hui, les nouveaux acteurs peuvent lancer des biens et services sans s’inquiéter d’éventuels problèmes de compatibilité avec l’infrastructure existante d’internet. En ce sens, internet n’est pas fermé à de nouveaux investissements dans la fourniture de biens et services, et les obstacles à l’entrée sont réduits au minimum.

Internet est aussi « ouvert » en ce qu’il accepte toutes les formes de trafic et traite tous les flux de données à peu près de la même façon. Parfois désigné par le terme « neutralité du net », ce principe d’ouverture veut que les consommateurs puissent choisir librement les applications et services qu’ils utilisent, et décider seuls des contenus licites qu’ils consultent, créent ou partagent avec d’autres. Cette ouverture favorise la concurrence, l’investissement et l’innovation.

L’internet ouvert permet aussi à chacun, partout, de lancer facilement des applications et des services novateurs qui changent notre façon de communiquer, de participer, de créer et de mener des activités économiques. Celui qui imagine un nouvel outil de communication original n’a d’autorisation à demander à personne pour le partager avec le reste de l’humanité.

Mais cette ouverture est extrêmement fragile, et a des limites très concrètes qui obligent à tempérer le tableau idyllique et quelque peu utopique que nous venons de brosser. Tout d’abord, les technologies sous-jacentes sont librement accessibles, mais cela ne signifie pas qu’elles sont librement utilisables. Internet repose sur des strates de technologies intelligentes qui ne sont en aucun cas libres de droits de propriété intellectuelle. De plus, les équipements de transmission et de commutation sur lesquels il repose ne sont pas infinis : aussi, lorsque la somme des demandes d’accès dépasse la capacité disponible, un fournisseur de services peut choisir de dégrader de façon sélective certains services pour préserver l’intégrité des flux les plus essentiels ou les plus lucratifs pour lui. De plus en plus, nous sacrifions des domaines d’innovation potentiels dans les modèles de communications pour concentrer nos efforts sur le maintien d’un cercle restreint de modèles de services.

Actuellement, les moyens de communication sur internet restent cantonnés à un modèle de transactions « client/serveur » classique qui se limite au web. Différents logiciels médiateurs ajoutés se chargent souvent de bloquer d’autres formes d’interaction, comme les services de pair à pair. Le plus gros problème auquel se heurte aujourd’hui l’innovation ouverte sur internet est peut-être le succès et l’omniprésence de celui-ci. Les fournisseurs en place peuvent réaliser des économies d’échelle inaccessibles aux autres acteurs, et occuper ainsi une position dominante sur le marché. Du fait de l’inertie de la base installée, la plupart des formes d’innovation qui sortent des sentiers battus n’atteignent pas la masse critique nécessaire pour leur assurer un avenir. Et plus la base installée est large, plus ce seuil d’acceptation des innovations est élevé.

Il existe aussi des tensions en ce qui concerne la vie privée et la sécurité. Un internet ouvert doit-il valider le choix d’un utilisateur d’employer, dans toute la mesure des moyens techniques aujourd’hui disponibles, des outils, services et appareils qui protègent sa vie privée ? Ou bien faut-il l’empêcher de dissimuler totalement ce qu’il fait au nom de l’impératif de protection de la collectivité ? Doit-on tolérer un internet ouvert de plus en plus toxique, qui expose chacun d’entre nous à de multiples formes d’attaques et de pièges ? Comment s’assurer que les millions d’appareils connectés à internet par les particuliers, les entreprises et les administrations ne pourront pas être piratés et mis au service d’une attaque aux conséquences catastrophiques ?

Aucune de ces questions n’a de réponse claire. Pourtant, il est urgent que les pouvoirs publics s’y attellent. Derrière le vernis des technologies de pointe, internet n’est jamais qu’une déclinaison parmi d’autres de l’espace public de communication. Et peu importe que les différents investissements qui le ciblent soient financés par des capitaux publics ou privés, l’espace de travail et de jeu qu’il nous procure est toujours un espace public. Autrement dit, si les forces du marché ont une grande influence sur les discussions quotidiennes à propos d’internet, les pouvoirs publics doivent faire entendre avec force leur voix dans le débat à plus long terme pour défendre les valeurs de la collectivité. Il nous incombe à tous de veiller à ce que l’internet ouvert demeure au service de chacun et conserve les qualités essentielles – universalité, accessibilité, sécurité et utilité – que l’on est en droit d’attendre de tout espace commun public.

En tant qu’organisation publique internationale qui œuvre en faveur de « politiques meilleures pour une vie meilleure », l’OCDE doit aujourd’hui apporter sa contribution au débat en cours sur ce que recouvre un internet à la fois « ouvert » et responsable.

L’APNIC est l’Asia Pacific Network Information Centre, voir www.apnic.net

©L'Observateur de l'OCDE n°307 T3 2016




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016