Les gens à l'OCDE

Ji Eun Chung

Je m’appelle Ji Eun Chung et je travaille en qualité d’analyste des politiques à la Direction de l’éducation et des compétences (EDU) depuis 2011. Je dirige le projet Promouvoir une éducation de qualité pour tous, dont l’objectif est de s’attaquer aux inégalités éducatives, en étroite collaboration avec l’Initiative de l’OCDE sur la croissance inclusive. J’ai rejoint l’OCDE en tant que jeune professionnelle – j’avais étudié les politiques publiques à l’Université nationale de Séoul et l’économie à l’Université de Londres – et contribué à l’une des publications phares de l’Organisation, Regards sur l’éducation.

J’ai ensuite travaillé sur le projet PIAAC d’enquête sur les compétences des adultes, première étude de l’OCDE à évaluer les compétences des adultes dans 32 pays et régions partout dans le monde. Travailler à l’OCDE m’a permis d’élargir considérablement mon horizon. J’ai pu travailler sur de grandes enquêtes internationales, en apprendre davantage sur de multiples politiques nationales et tirer des enseignements de projets transversaux englobant divers sujets pluridisciplinaires sur les plans économique et social. J’ai notamment la chance de travailler avec des personnes formidables de toutes origines.

Je souhaite continuer à œuvrer en faveur d’une société plus juste et plus inclusive, en mettant toutes mes compétences au service de nos pays membres et partenaires, notamment en direction des personnes socialement et économiquement défavorisées.


Eun Jung Kim

Je m’appelle Eun Jung Kim, et je suis statisticienne auprès du Département des affaires économiques de l’OCDE. Je suis actuellement chargé de collecter et d’analyser des statistiques pertinentes pour les Études économiques de l’OCDE sur l’Allemagne, l’Estonie et la Slovaquie, ainsi que pour les Perspectives économiques de l’OCDE. Avant de rejoindre l’Organisation, j’ai travaillé en tant qu’analyste junior des contrats d’assurance et des réclamations pour une compagnie d’assurances privée, après avoir obtenu mon diplôme à l’Université de Corée.

Je suis initialement venu à Paris pour mes études. En 2007, j’ai postulé à un stage à l’OCDE et ai commencé à travailler à la division des comptes nationaux de la Direction des statistiques pendant l’été. J’y suis encore aujourd’hui, ce qui fait de moi l’un des plus anciens agents coréens de l’Organisation.

Je suis heureuse de pouvoir travailler ici et je trouve très gratifiant le fait de contribuer à l’amélioration des politiques publiques des pays membres sur divers sujets. J’apprécie également l’échange de connaissances entre collègues aux horizons et aux domaines d’expertise différents, et les éclaircissements qu’apportent les uns et les autres face à des situations épineuses.

Cette année, la Corée célèbre son 20e anniversaire à l’OCDE. J’espère que la coopération entre mon pays et l’Organisation ira en se renforçant au cours des 20 prochaines années.


James Kim

Je m’appelle James Kim et je suis responsable des technologies de l’information et de la communication au sein de la Direction de la coopération pour le développement (DCD). Je suis coréano-américain, né aux États-Unis et élevé dans la culture coréenne, avec toutes ses traditions et coutumes. Je vis aujourd’hui à Paris avec ma femme et nos trois enfants, nés ici. C’est un privilège de travailler à l’OCDE et de vivre en France. Certains, au vu de mon histoire, me qualifieraient de multinational. Je dois avouer que je n’y ai jamais vraiment pensé car je ne me suis jamais considéré comme citoyen à part entière d’un pays. Cependant, le 20e anniversaire de l’adhésion de la Corée à l’OCDE m’a donné l’occasion de réfléchir à mon statut, et je dirais que la multinationalité décrit assez bien la singularité de mon expérience du travail et de la vie au sein d’un groupe de personnes si divers et international. Mon statut coréano-américano-français me donne une identité internationale et influence indéniablement ma vision du monde. Il m’offre des opportunités de rencontres, façonne mes expériences, et me permet d’être actif dans ma communauté locale, à Paris, mais également dans la communauté internationale. La vision de l’OCDE, qui prône « des politiques meilleures pour une vie meilleure », a de plus en plus de sens à mes yeux. J’ai en effet le sentiment que la connaissance des individus et des parcours derrière les statistiques, graphiques et données donne du relief et du sens à notre travail. Le travail en profondeur que nous accomplissons pour les pays membres favorise un dialogue ouvert sur les orientations des politiques publiques à l’appui d’une vie meilleure, et fédère la communauté des hommes politiques et de leurs partenaires, ce qui joue un rôle essentiel dans le climat tendu d’aujourd’hui. En tant que citoyen du monde, j’ajouterais bien à la devise de l’OCDE : « Ensemble, nous sommes plus forts ».


Yerim Park

Mon nom est Yerim Park et je suis actuellement coordinatrice de projet à la division Eurasie au sein du Secrétariat des relations mondiales de l’OCDE. À travers les projets, la diversité des contenus, la communication et les collègues, l’aspect international de mon travail est ce qui me paraît le plus intéressant. Le travail aux côtés d’experts et d’acteurs originaires du monde entier constitue une expérience extrêmement enrichissante. En tant que coordinatrice, je contribue à la mise en œuvre de projets aidant des pays non-membres, par exemple à renforcer leurs capacités et à élaborer des réformes propices au développement durable en tirant parti des expériences et des pratiques exemplaires appliquées dans l’OCDE. Mon travail sur la compétitivité sectorielle en Ukraine en 2015 fait partie de ces expériences irremplaçables, en particulier dans le contexte d’évolution majeure qu’a connu le pays.

J’ai rejoint la famille de l’OCDE en 2012, tout d’abord au sein du Bureau de la politique et de l’énergie globale à l’Agence internationale de l’énergie (AIE), organisation rattachée à l’OCDE. Avant cela, j’ai travaillé dans le secteur privé sur l’analyse des besoins du marché de l’énergie, et collaboré avec des promoteurs et des clients du secteur public sur les possibilités d’investissement. J’ai également beaucoup voyagé au Moyen-Orient, en Inde, en Asie du Sud-Est et en Amérique du Sud tout en étant basée à Séoul.

Je suis née en Corée mais j’ai grandi à Washington DC. J’ai étudié la philosophie, les sciences politiques et l’économie à l’université d’Oxford jusqu’en licence, avant de suivre un master en développement économique local à la London School of Economics and Political Science.

©L'Observateur de l'OCDE octobre 2016




Données économiques

PIB +0.6% T4 2017
Échanges exp +2.7% ; imp +3.0% T4 2017
Inflation annuelle 2,3% avr 2018
Chômage 5.4% mar 2018
Mise à jour: 06 juin 2018

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Regarder la conférence de presse finale de la réunion ministérielle de l'OCDE 2018.
  • Coopération internationale, croissance inclusive et transformation digitale sont les thèmes clés du Forum de l’OCDE, les 29 et 30 mai, sous la bannière « Ce qui nous rapproche ». La Réunion du Conseil au niveau des Ministres se tiendra les 30 et 31 mai : présidée cette année par la France, elle explorera notamment la question du multilatéralisme.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2018