Une vague d'innovations

Serprix.com

Si les politiques publiques et l’adhésion à l’OCDE expliquent pour beaucoup les réussites coréennes des vingt dernières années, les grandes entreprises ont également joué un rôle important. La Corée est même systématiquement associée à plusieurs grandes marques. C’est la forte demande de produits comme les télévisions incurvées Samsung, les voitures hybrides Hyundai ou les titres à succès comme Gangnam Style qui a fait bondir le Pays du Matin calme au 6e rang des exportateurs mondiaux. Mais si la productivité de nombreux grands fabricants a permis à la Corée de figurer parmi les dix plus grands producteurs de voitures, navires, téléphones portables et DVD, elle est contrebalancée par celle des entreprises plus petites et du secteur des services : la productivité globale est moitié moins élevée que dans les pays de l’OCDE les plus avancés.

L’initiative « pour une économie créatrice », lancée par la Présidente Park en 2013, insiste sur le besoin de nouveaux moteurs de la productivité et de la croissance à long terme. Le numérique, en diminuant les obstacles à l’entrepreneuriat, en permettant aux entreprises de réduire leurs coûts fixes et d’externaliser de nombreuses activités, peut fournir les ressources nécessaires à une hausse de la productivité. La Corée, forte de son statut de plus grand fournisseur mondial de produits des technologies de l’information et de la communication, bénéficie de la généralisation du haut débit (elle se classe au 8e rang des pays de l’OCDE pour le nombre d’abonnés au haut débit mobile, et 99 % des entreprises nationales l’utilisent). L’initiative vise particulièrement les start-up et les petites entreprises à fort potentiel de croissance. Les petites et moyennes entreprises (PME) représentaient 99,9 % des entreprises coréennes en 2013, avec 93,1 % de micro-entreprises, soit plus que la moyenne de la plupart des pays de l’OCDE (respectivement 68 % et 89,9 %). Cependant, l’économie numérique doit encore faire ses preuves dans ce secteur.

Alors que la vente en ligne concernait 33,8 % des grandes entreprises coréennes (plus de 250 employés), seulement 14,9 % des entreprises plus petites (10 à 49 employés) l’avaient adopté. Au total, 15,7 % des entreprises vendaient en ligne en 2013, contre 21 % en moyenne dans la zone OCDE. Les consommateurs coréens sont pourtant très friands de numérique : selon les Perspectives de l’économie numérique 2015 de l’OCDE, 47 % des utilisateurs coréens de smartphones ont effectué des achats via leur téléphone en 2013, contre 38 % en moyenne dans l’OCDE.

Il faut une hausse des salaires et de la productivité chez les PME, cette dernière étant quatre fois moins élevée que celle des grandes entreprises, et ce afin de générer des retombées bénéfiques sur l’ensemble de l’économie. Les politiques publiques devraient être centrées sur la concentration des PME dans le secteur des services, afin de réduire l’écart entre la productivité des services et celle de l’industrie.

Les PME ont également besoin de mieux appréhender les outils numériques à leur disposition, comme le cloud, qui permet un accès plus flexible et personnalisé aux applications et ressources informatiques, ce qui peut être particulièrement avantageux pour les entreprises de petite taille. En 2014, plus de 22 % des entreprises de la zone OCDE l’utilisaient, contre seulement 10,4 % en Corée en 2012.

La Corée applique également l’innovation numérique à d’autres domaines, avec par exemple la mise en place du projet pour l’internet des objets. Celui-ci, décliné dans des secteurs comme l’administration publique et l’industrie, vise à améliorer les services publics, la productivité, l’efficience et, plus généralement, la qualité de vie. Développer l’internet des objets suppose d’adapter la réglementation actuelle, notamment en matière de santé et de transports, et de remanier en particulier le droit de la médecine afin d’autoriser la télémédecine.

Dans cette même veine, il est important d’intégrer aux programmes de formation et d’enseignement de nouvelles compétences numériques, qui les rendraient d’autant plus pertinents par rapport aux attentes du marché du travail. Le maniement du numérique devrait être naturel chez les fervents technophiles que sont les jeunes Coréens, dont le niveau d’études supérieures chez les jeunes adultes est le plus haut de l’OCDE. Les étudiants coréens occupent d’ailleurs souvent les premières places du classement PISA. Pourtant, un pourcentage important de jeunes de 15 à 24 ans ne sont ni en cours d’études, ni en formation, ni en activité. Chez les 15-29 ans, 42 % des hommes et 44,4 % des femmes sont en activité, contre respectivement 64,1 % et 53 % en moyenne dans la zone OCDE.

Il faudra également promouvoir une attitude plus positive vis-à-vis des start-up et développer un esprit d’entreprise plus vivace. Les études montrent que les Coréens s’estiment moins aptes à entreprendre que les habitants de la plupart des autres pays. Beaucoup s’arrêtent à la crainte de l’échec, et devraient être incités à considérer l’entrepreneuriat comme une option de carrière viable. Claire MacDonald

OCDE (2015), « Korea : Policy priorities for a dynamic, inclusive and creative economy », Série Politiques meilleures, rapport disponible sur www.oecd.org/korea/korea-policy-priorities-for-a-dynamic-inclusive-and-creative-economy-EN.pdf

OCDE (2015), Perspectives de l’économie numérique

Voir le portail de l’OCDE sur le haut débit

©L'Observateur de l'OCDE octobre 2016




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016