Solide reprise pour l’économie irlandaise

ministre des Finances de l’Irlande

©AFP ImageForum

La reprise de l’économie irlandaise est bien engagée. En réponse aux défis budgétaires, économiques et financiers auxquels elle a été confrontée, l’Irlande a pris avec détermination des mesures qui commencent à porter leurs fruits, et son économie devrait connaître l’une des croissances les plus rapides de l’OCDE cette année et la prochaine.

Ces deux dernières années, la reprise s’est accélérée : le PIB a augmenté de plus de 5 % en 2014, et de 7 % sur les trois premiers trimestres de 2015. Le PIB par habitant est désormais supérieur au niveau record atteint en 2007, avant la crise.

L’expansion de l’activité, tirée dans un premier temps par les secteurs d’exportation, est devenue plus soutenue, et la demande intérieure contribue aujourd’hui de manière résolument positive à la croissance. Les entreprises ont recommencé à investir dans l’économie réelle, et la consommation des ménages s’accroît grâce aux créations d’emplois et à la hausse des revenus des ménages.

J’ai toujours considéré que le marché du travail constituait le meilleur baromètre des tendances de l’économie irlandaise, et je suis particulièrement heureux de voir les derniers chiffres indiquer une hausse généralisée de l’emploi dans toute l’économie du pays, partout en Irlande et quasiment dans tous les secteurs. Les données les plus récentes montrent que 140 000 emplois nets ont été créés depuis le pire de la crise, soit une augmentation de 8 % du niveau de l’emploi. En conséquence, le taux de chômage était tombé à 8,8 % en décembre, reculant de plus de 6 points de pourcentage par rapport à son pic de 2012. Et ce n’est pas fini : nous poursuivrons nos efforts pour continuer en priorité de réduire le taux de chômage.

Il s’agit là de formidables résultats, qui montrent la réussite de l’approche adoptée, à l’échelle de l’ensemble de l’administration, pour résoudre les difficultés inhérentes au marché du travail. Notre approche, qui s’articule autour des aspects du marché ayant trait à l’offre aussi bien qu’à la demande, s’appuie sur des mesures de réactivation destinées aux chômeurs et axées sur l’éducation, la formation et le mentorat, et sur la mise en place des conditions favorables à la création d’emplois par le secteur privé.

Remettre les finances publiques sur une assise saine et durable est aussi une priorité fondamentale du gouvernement irlandais. Pour le dire simplement, des finances publiques stables sont un préalable indispensable à la croissance économique. À cette fin, le gouvernement a fixé plusieurs objectifs budgétaires pour réduire le déficit par paliers, et je suis heureux de dire qu’année après année, nous avons atteint et même dépassé ces objectifs. Le déficit sous-jacent est ainsi revenu de 8,6 % du PIB en 2011 à 1,5 % (estimation) en 2015, et l’Irlande devrait en conséquence sortir de la Procédure de déficit excessif.

Nous avons veillé à ce que les mesures d’assainissement soient stratégiquement mises en œuvre de la manière la moins dommageable possible pour la croissance. Conformément aux études et recommandations de l’OCDE, nous avons élargi la base d’imposition en réduisant ou supprimant des dépenses fiscales, et contré l’instabilité des recettes en misant sur des assiettes plus durables.

Ce n’est là qu’un exemple de l’aide substantielle que les décideurs irlandais ont, pendant toute la crise, puisé dans le savoir-faire de l’OCDE et dans ses avis indépendants. Je souhaiterais également remercier l’Organisation pour ses travaux sur l’Étude économique de l’Irlande 2015, dans laquelle les défis actuels de notre pays étaient analysés avec une certaine prescience. Cette Étude, comme d’autres travaux antérieurs de l’OCDE, a mis en lumière la nécessité d’une amélioration du système fiscal et de la protection sociale afin de supprimer les contre-incitations potentielles au travail. Le gouvernement s’est efforcé de résoudre ces problèmes en abaissant les taux marginaux d’imposition des salaires moyens, lesquels sont élevés, comme l’a montré l’OCDE.

Je me félicite également que l’OCDE ait mis l’accent, dans son Étude, sur le thème de la croissance inclusive. La reprise économique n’a pas encore profité à tous ; or une croissance inclusive dont les avantages économiques profitent au plus grand nombre est un objectif essentiel pour nous, et le meilleur moyen d’y parvenir est d’assurer le retour au plein-emploi.

L’Irlande progresse sur la voie de la reprise. Nous avons retrouvé notre compétitivité et stabilisé nos finances publiques, et nos avancées vers un retour au plein-emploi sont considérables. Nous avons établi les fondations d’une reprise solide et durable. Il nous incombe désormais de capitaliser sur les progrès accomplis récemment et d’entretenir le dynamisme de la reprise.

Voir www.finance.gov.ie

Noonan, Michael (2011), « L’Irlande : confiante en son redressement », L’Observateur de l’OCDE n° 284, T1, Éditions OCDE, voir www.observateurocde.org

OCDE (2015), Études économiques de l’OCDE : Irlande, Éditions OCDE

©L’Observateur de l’OCDE n° 305, T1 2016




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016