KPMG : L’Irlande accueille les investissements

Directeur général associé, KPMG Irlande

©Shaun Murphy

En 2015, l’Irlande affichait le taux de croissance le plus élevé de l’UE. D’après Shaun Murphy, directeur général associé de KPMG Irlande, la reprise remarquable de l’économie irlandaise est largement due au dynamisme des exportations, à l’amélioration de l’emploi et aux conditions favorables aux investissements directs étrangers (IDE).

L’Irlande a été sévèrement touchée par les chocs économiques après la crise de 2007. Resserrement du crédit, hausse de la fiscalité personnelle, réduction des dépenses publiques : autant de difficultés auxquelles ont été exposées l’économie et les entreprises. Confrontés au redressement de l’économie et à la restauration de la réputation internationale du pays, le gouvernement irlandais et tous les acteurs concernés sont parvenus à rétablir notre crédibilité. En 2016, le PIB de l’Irlande devrait afficher la plus forte croissance de l’UE. Le flux ininterrompu d’investissements directs étrangers (IDE) a permis à l’Irlande de renouer avec la croissance à long terme et la stabilité.

Malgré quelques années difficiles, la réputation établie de l’Irlande comme destination de choix des investissements internationaux a rarement – sinon jamais – été contestée, preuve s’il en est de ses atouts intrinsèques comme destination de choix de l’IDE.

La tâche des autorités pour préserver l’attrait de l’Irlande auprès d’entreprises de nature et de taille variées a été ardue. Tout d’abord, en plein débat paneuropéen sur le meilleur moyen de remettre les économies sur les rails, le gouvernement a su redorer le blason irlandais auprès de ses créanciers internationaux. Ses efforts, alliés à l’efficacité et au sérieux des services de recouvrement de l’impôt, ont été essentiels, et ont permis de réaffirmer la réputation de notre économie nationale.

Ensuite, les organismes publics, et IDA Ireland en particulier, ont continué à promouvoir l’Irlande auprès des entreprises. Le rôle commercial des ambassades et la mobilisation d’une diaspora influente ont également joué un grand rôle. En 2015, IDA Ireland faisait état d’une performance remarquable avec la création de plus de 19 000 emplois, un record depuis sa création il y a 67 ans. Les secteurs très performants, notamment les services financiers, l’agro-industrie, l’industrie pharmaceutique et les technologies, ont renforcé le statut de l’Irlande comme plateforme d’IDE.

Les faits attestent l’attrait que l’Irlande exerce depuis longtemps comme pays sûr et stable pour les investissements étrangers. Plus de 1 200 entreprises, géants mondiaux ou marques à forte croissance, ont fait le choix stratégique d’installer leur siège européen en Irlande. À l’occasion du 25anniversaire de son implantation en Irlande, Intel a investi 12,5 milliards de dollars dans son campus de Leixlip (près de Dublin). L’an dernier, Microsoft fêtait ses 30 ans en Irlande ; en 2014, Xilinx y célébrait son 20anniversaire, Citi et Bristol-Myers Squibb leur 50e.

Ces exemples de réussite sont éloquents et favorisent un cycle d’investissements sans cesse conforté et renforcé par les résultats de ces entreprises sur le territoire irlandais.

Aujourd’hui, le total d’emplois créés par l’IDE atteint presque 175 000, un record dans l’histoire d’IDA Ireland. En 2015, 213 opérations d’investissement ont été approuvées, contre 197 l’année précédente. D’après la Chambre de commerce américaine en Irlande, les entreprises américaines détiennent plus de 204 milliards de dollars d’IDE en Irlande, soit 9 % du total des investissements américains dans l’UE et 4,5 % du total mondial.

Assurément, l’environnement fiscal est déterminant dans la décision d’investir en Irlande. Nous possédons un régime fiscal stable et avons signé de nombreuses conventions fiscales. Les principaux avantages à établir son siège en Irlande sont un taux d’imposition sur les sociétés concurrentiel de 12,5 % pour les sociétés actives, un régime de crédit d’impôt attrayant pour la R-D et l’amortissement fiscal des dépenses d’investissement dans la propriété intellectuelle.

L’Irlande offre également un environnement exceptionnel pour les start-up. Le magazine Forbes classait récemment Dublin parmi les sept villes leur étant les plus favorables. La main-d’œuvre irlandaise est la plus jeune d’Europe, avec 40 % de la population active âgée de moins de 29 ans. Son système éducatif compte parmi les dix premiers mondiaux, selon le IMD Competitiveness Yearbook 2015, qui place également l’Irlande en tête pour son offre de compétences, son ouverture d’esprit et sa capacité d’adaptation à de nouveaux enjeux. En outre, c’est une destination incontestablement prisée de la main-d’œuvre internationale qualifiée et mobile. Les villes comme Dublin occupent souvent le haut du tableau dans les classements mondiaux de qualité de vie.

Le gouvernement reconnaît le besoin de visibilité fiscale pour maintenir le niveau de l’investissement étranger. Les principaux partis politiques irlandais, de la majorité comme de l’opposition, s’accordent sur un taux d’imposition établi et arrêté à 12,5 %. Il existe une réelle cohésion tant sociale que politique concernant l’action publique en faveur des entreprises. En ces temps incertains, l’Irlande sait aussi rassurer les investisseurs en affirmant fermement sa fidélité à l’UE. Le statut exceptionnel de l’Irlande comme destination de choix pour les entreprises n’est plus à prouver, et tous les acteurs concernés s’appliquent à en améliorer encore l’attractivité.

Sponsorisé par 

www.kpmg.ie

©L'Observateur de l'OCDE n°305 T4 2016




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016