Aider les réfugiés à s’intégrer et à participer

Filippo Grandi ©Andrew Wheeler/OECD

Lors d’une conférence conjointe de haut niveau organisée à Paris en janvier, les dirigeants de l’OCDE et de l’Office du Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) ont appelé les États à intensifier leurs efforts pour aider les réfugiés à s’intégrer et à participer aux sociétés et économies européennes.

En 2015, plus d’un million de personnes ont traversé la Méditerranée pour rejoindre l’Europe en quête de protection. Au total, environ 1,5 million de réfugiés ont demandé l’asile dans des pays de l’OCDE, soit presque deux fois plus qu’en 2014 − un record. Pourtant, les demandeurs d’asile ne représentent qu’environ 0,1 % de la population totale de l’OCDE et moins de 0,3 % de celle de l’UE.

L’OCDE et le HCR ont souligné l’impératif moral mais aussi l’intérêt économique évident d’une aide aux millions de réfugiés dans les pays de l’OCDE pour leur permettre d’acquérir les compétences nécessaires pour être productifs et occuper en toute sécurité les emplois de demain.

« L’intégration est un processus dynamique à double sens, qui impose aux individus comme à la société des efforts considérables », a déclaré le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, M. Filippo Grandi. « Pour jouer pleinement un rôle dans la vie sociale, économique et culturelle de leur pays d’accueil, les réfugiés doivent bénéficier de l’égalité des droits et des chances. L’action des États est importante à cet égard, s’agissant notamment des services fournis, car ils doivent s’assurer que les réfugiés participent au processus d’intégration et sont acceptés par des communautés accueillantes ».

Lors de cette conférence, l’OCDE a dévoilé le rapport Les clés de l'intégration : les réfugiés et autres groups nécessitant une protection, qui tire les principales leçons des mesures prises par les pays de l’OCDE pour favoriser l’intégration des réfugiés. Cette publication met en relief de nombreuses bonnes pratiques pour lutter contre les principaux obstacles et promouvoir l’intégration durable des réfugiés et de leurs enfants. Elle souligne combien il importe d’intervenir rapidement, notamment avec des cours de langue, des programmes pour l’emploi et des services d’insertion, particulièrement pour les demandeurs d’asile fortement susceptibles de rester. Le rapport souligne en outre la nécessité d’aider les migrants à s’installer là où il y a de l’emploi, et pas nécessairement là où les logements sont abordables. Il insiste également sur la nécessité d’adapter les programmes d’insertion pour tenir compte de la diversité des compétences des migrants et des besoins spécifiques des réfugiés.

« Loin d’être un problème, les réfugiés peuvent et doivent faire partie de la solution à de nombreuses difficultés que connaissent nos sociétés », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE, M. Angel Gurría lors de cette conférence. « Ils sont porteurs de l’espoir d’une vie et d’un avenir meilleurs pour leurs enfants et les nôtres. Ce potentiel nécessite un investissement substantiel afin d’apporter un soutien immédiat et d’aider les réfugiés à s’installer et à valoriser leurs compétences. La tâche est difficile et coûteuse à court terme, mais le rendement sera élevé pour tous à moyen et long terme. »

Lire l’intégralité du discours de M. Gurría : http://oe.cd/1fg

Plus d’informations sur les mouvements migratoires et les réfugiés : www.oecd.org/migration-insights

Voir également « Une nouvelle ère migratoire », de Jean-Christophe Dumont, dans L’Observateur de l’OCDE, n° 303, septembre 2015, www.observateurocde.org

OCDE (2016), Making Integration Work : Refugees and others in need of protection, Éditions OCDE, http://10.1787/9789264251236-en

©L'Observateur de l'OCDE n°305 T1 2016




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016