Mettre en œuvre les Objectifs de développement durable : un impératif

Économiste et auteur

©Droits réservés

Le 25 septembre 2015, les 193 pays représentés à l’Assemblée générale des Nations Unies ont adopté les Objectifs de développement durable (ODD), vaste programme de développement destiné à « éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous ». Chacun des 17 ODD comporte des cibles précises à atteindre d’ici à 2030. Intégrant l’éducation, la santé, la pauvreté, le changement climatique et la fracture entre les sexes, ils jettent une lumière crue sur certains des problèmes apparemment insolubles que connaît le monde.

Nul esprit sensé ne contesterait le bien-fondé des ODD. Dans notre société interconnectée et mondialisée, il importe de lutter contre tous les problèmes qui entravent la croissance économique et la continuité du progrès humain.

Comme les Objectifs du millénaire pour le développement, leurs prédécesseurs, les ODD traduisent clairement la volonté de la communauté internationale d’atteindre des idéaux de société. Mais ils imposent surtout des cibles précises, aisément mesurables et observables, dont le suivi permettra d’apprécier les avancées vers leur concrétisation.

C’est un impératif car, dans le passé, les initiatives de portée mondiale ont souvent été difficiles à réaliser. Les problèmes de mise en œuvre tiennent en partie à un manque de coordination entre les pays, notamment lorsque certains font passer leurs intérêts immédiats avant ceux des autres et avant le bien de tous. Les politiques commerciales protectionnistes, comme les lois agricoles des États-Unis ou la Politique agricole commune de l’UE, qui imposent des droits de douane et des quotas favorisant les producteurs locaux mais préjudiciables aux agriculteurs étrangers, ne sont qu’un exemple de mauvaise coordination mondiale. Ces défaillances peuvent coûter des centaines de milliards de dollars en emplois et revenus perdus, et en effets néfastes sur la croissance mondiale.

Par ailleurs, l’inaptitude à atteindre des objectifs politiques approuvés au niveau mondial peut indiquer que ceux-ci ont été mal définis, sans tenir suffisamment compte du contexte local. Mais les ODD résultent d’une approche beaucoup plus fine, les acteurs locaux ayant contribué à leur élaboration ; ils offrent donc davantage de chances de réussite.

Les ODD sont d’autant plus importants aujourd’hui pour la définition de solutions concrètes que les économies avancées continuent de supporter le poids de dettes et de déficits insoutenables, de marchés du travail atones et d’une productivité en baisse. Ils ont un rôle essentiel à jouer à un moment où les économies émergentes, où vit 90 % de la population mondiale (en majeure partie âgée de moins de 25 ans), voient leur taux de croissance tomber sous les 7 % nécessaires par an pour entamer véritablement la pauvreté.

L’amenuisement de l’emploi dû à la technologie, l’aggravation des inégalités de revenus, les changements démographiques, l’épuisement des ressources naturelles et les effets environnementaux sont autant de facteurs d’inquiétude pour les perspectives de l’économie mondiale.

Citons aussi la montée du terrorisme lié à la radicalisation, les migrations désordonnées dans toute l’Europe et la gageure que représente l’accueil de 60 millions de réfugiés, chiffre mondial le plus élevé depuis la Seconde Guerre mondiale. Tous ces phénomènes, alliés à la résurgence de l’instabilité politique et sociale dans le monde entier (selon l’Economist Intelligence Unit, 65 pays sur 150 connaissent une instabilité forte ou très forte), soulignent combien il est urgent de mettre en œuvre les ODD.

Les ODD devraient servir de référence et de boussole mondiale aux décideurs, pour les aider à franchir les écueils d’un contexte économique et politique complexe, mouvant et difficile. Car s’ils ne sont pas mis en œuvre avec efficacité, la trajectoire macroéconomique et l’évolution géopolitique du monde risquent d’être menacées.

« Transformer notre monde » est la devise qui sous-tend le programme de développement durable adopté par les Nations Unies à l’horizon 2030. C’est aussi un cri de ralliement pour les gouvernements, le secteur privé, la société civile et la plupart des habitants de la planète. En définitive, les ODD seront jugés selon leur efficacité à relever les défis multiples qui touchent le monde d’aujourd’hui et menacent celui de demain.

Voir http://dambisamoyo.com

Suivre @dambisamoyo sur Instagram

©L'Annuel de l'OCDE 2016

Coopération internationale au Forum de l'OCDE 2016

Autres thématiques du Forum de l'OCDE 2016

L'OCDE et les objectifs de développement durable

Travaux de l'OCDE sur le développement

Financement pour le développement durable

Articles de l'Observateur de l'OCDE sur le développement

L'Annuel de l'OCDE




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016