Énergies renouvelables : un rôle catalyseur pour une transition énergétique propre

Commissaire européen chargé de l'action pour le climat et de l'énergie

©Droits réservés

Accord de Paris est un succès sans précédent dans la lutte contre le changement climatique. Un nombre record de pays se sont réunis, d’abord dans la capitale française pour la COP21* en novembre-décembre 2015, puis pour la signature officielle de l’accord à l’ONU le 22 avril 2016, afin d’assurer aux générations futures un monde stable, sain et habitable. Cet accord nous place sur une trajectoire permettant de contenir la hausse des températures mondiales par la réduction des émissions.

Cette réduction n’est possible qu’en transformant radicalement notre système énergétique – ce qui a été admis à Paris, en déclarant clairement que l’énergie propre peut réduire les émissions et aider à atteindre les objectifs climatiques tout en faisant progresser nos économies. La moitié des plans climatiques présentés par les pays à la COP21 prévoient des objectifs énergétiques explicites, généralement axés sur le développement des sources renouvelables. Ainsi, le message adressé aux acteurs concernés, aux investisseurs, aux entreprises, à la société civile et aux décideurs publics est clair : la transition vers une économie énergétique propre n’est pas une mode passagère, c’est la nouvelle réalité.

Ce que nous avons déjà accompli

Dans l’Union européenne, nous adhérons à la transition énergétique propre de façon concrète, en développant des technologies vertes compétitives et avancées – nous voulons que l’Europe soit le leader mondial dans ce domaine. Dans ce but, nous nous sommes donné des objectifs à court et moyen terme : 20 % de sources renouvelables dans notre système énergétique en 2020, et 27 % en 2030. Ces objectifs ne seront pas faciles à atteindre, mais nous avons mis en place les instruments nécessaires pour faciliter le changement. Nous avons adopté une législation établissant la politique globale de promotion de l’énergie renouvelable, avec notamment des objectifs nationaux spécifiques pour faciliter sa mise en œuvre.

Nos efforts portent leurs fruits : des estimations de l’Agence européenne pour l’environnement révèlent qu’en 2014, grâce aux renouvelables, la consommation d’énergies fossiles aurait baissé de 114 Mtep (millions de tonnes équivalent pétrole), volume comparable à la consommation de combustibles fossiles de la France. En termes absolus, ce sont l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne qui ont le plus réduit la consommation intérieure d’énergies fossiles et évité le plus d’émissions de gaz à effet de serre grâce au déploiement des énergies renouvelables depuis 2005. Au total, nous avons évité d’émettre quelque 380 Mt de dioxyde de carbone, soit une année d’émissions de la Pologne.

Ces résultats s’accompagnent d’opportunités d’investissement et de croissance. Les investissements auparavant affectés aux combustibles fossiles sont progressivement redirigés vers les renouvelables et les autres sources d’énergie propre. À l’horizon 2030, selon l’Agence internationale de l’énergie, l’investissement dans les renouvelables devrait représenter près de trois fois celui alloué aux centrales thermiques à flamme. Il s’agit d’une opportunité exceptionnelle, qui commence d’ailleurs à être saisie, pour propulser les entreprises énergétiques européennes en tête du nouveau marché mondial des technologies bas carbone. D’après l’édition 2015 du rapport État des énergies renouvelables en Europe, le secteur des renouvelables a généré un chiffre d’affaires de 143,6 milliards EUR et créé plus d’un million d’emplois en Europe en 2014. L’éolien, principal moteur de croissance et d’emploi, a induit 324 000 créations d’emplois et 48,3 milliards EUR de chiffre d’affaires cette même année.

La marche à suivre

L’Accord de Paris conforte les objectifs de l’UE, que les États membres s’efforcent activement d’atteindre, et il valide sa législation. Il reste un long chemin à parcourir, et nous avons déjà commencé à élaborer des propositions et textes législatifs pour contribuer à cet effort.

Notre système énergétique évolue rapidement. En 2030, la moitié de notre électricité sera  renouvelable, et sans carbone dans environ 35 ans : il s’agit d’immenses progrès au regard de la part actuelle des énergies renouvelables, à 27,5 %. Nous devons préparer notre système électrique, le rendre plus souple et davantage axé sur le marché. C’est pourquoi nous achevons actuellement une proposition de nouvelle organisation du marché de l’électricité, visant à placer les renouvelables au cœur de notre système et de notre mode de vie. Nous voulons encourager les citoyens, les coopératives énergétiques et les autorités locales à s’approprier l’énergie qu’ils produisent et consomment. L’utilisation d’énergies renouvelables pour nos besoins en chauffage et refroidissement figure aussi dans une proposition que nous entendons présenter cette année : le développement des renouvelables fera un bond considérable si nous en tirons parti dans ce secteur, qui absorbe la moitié de l’énergie consommée en Europe.

Dans l’UE, nous sommes en train de réformer et de consolider le marché du carbone. En 2015, nous avons proposé une réforme du système d’échange de quotas d’émission (SEQE), qui couvre environ 45 % des émissions de gaz à effet de serre de l’UE. Cette année, nous définissons des objectifs pour les secteurs non pris en compte dans la proposition précédente – notamment le logement, l’agriculture, la gestion des déchets et les transports. Ces deux initiatives nous aideront à réaliser notre objectif de réduire de 40 % les émissions d’ici à 2030, et augmenteront les initiatives à continuer de déployer les énergies renouvelables.

Les propositions qui seront établies ultérieurement en 2016 privilégieront l’intensification de la coopération régionale sur les régimes d’aide, et viseront à maintenir l’UE sur la trajectoire qui en fera le leader mondial des renouvelables, rôle que nous entendons tenir en respectant nos objectifs ainsi que nos engagements pris à la  COP21.

Tout porte à l’optimisme : l’Europe et le reste du monde vont dans la bonne direction. Les émissions mondiales liées à l’énergie ont de nouveau marqué le pas en 2015, et l’essor de l’électricité renouvelable dans le monde entier y a beaucoup contribué. Il y a lieu de s’en réjouir, mais non de pavoiser : nous devons redoubler d’efforts pour remplir nos engagements.

*La COP21, également appelée Conférence de Paris sur le climat, désigne la 21e réunion de la Conférence des Parties (COP) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques de 1992, voirwww.cop21paris.org/fr/a-propos/cop21

AEE (2016), Renewable energy in Europe: Recent growth and knock-on effects, Agence européenne pour l’environnement

Voir https://ec.europa.eu/energy

Voir www.iea.org

©L'Annuel de l'OCDE 2016

Coopération internationale au Forum de l'OCDE 2016

Autres thématiques du Forum de l'OCDE 2016

L'OCDE à la COP21

Travaux de l'OCDE sur la croissance verte et le développement durable

Statistiques de l'OCDE sur les énergies renouvelables

Travaux de l'OCDE sur l'environnement

Smil, Vaclav (2015), « Transitions énergétiques, renouvelables et rationalisation : la réalité en face »,L'Observateur de l'OCDE n° 304, novembre

Blundell-Wignall, Adrian (2015), « Changement climatique : investir dans les énergies propres et encourager la transparence », L'Observateur de l'OCDE n°304, novembre

L'Annuel de l'OCDE




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016