Action locale : les villes peuvent changer la donne

Maire de Santiago, Chili

©Ivan Alvarado/REUTERS

Le monde ne pourra résoudre les défis actuels du développement en ne se basant que sur des approches nationales. Nous devrons également nous appuyer sur des démarches locales. Nous vivons une époque de profondes transformations, nos structures politiques et nos formes de participation démocratique traditionnelles doivent s’adapter. Il faut donc plus que jamais s’intéresser au rôle majeur des exécutifs locaux et des collectivités locales. Acteurs essentiels d’un développement durable et équitable, les territoires et les villes doivent être davantage entendus dans les forums internationaux.

Sur tous les continents, l’échelon local du pouvoir est devenu un moteur de l’innovation sociale et de l’action publique, et donne des résultats prometteurs dans des domaines complexes comme les inégalités sociales, la protection de l’environnement, la coexistence multiculturelle et la démocratie. À Santiago, certains projets, politiques et actions sont devenus exemplaires ; nombre d’entre eux ont été reproduits à l’échelle nationale et peuvent également s’appliquer aux réalités et aux expériences d’autres pays.

Prenons par exemple la gestion des déchets. Les ordures ne sont plus une nuisance coûteuse, mais servent désormais à produire de l’énergie et de la richesse. À Santiago, nous menons un programme de transformation des déchets qui va au-delà des simples points de collecte dans les espaces publics pour prendre en compte l’ensemble des étapes du processus de gestion des déchets, y compris le tri à la maison. Il suppose un changement des mentalités, qui nécessite le soutien de toute la collectivité concernée.

Il en va de même pour la politique de mobilité urbaine. Dans le monde entier, les villes modifient leurs systèmes de transport et leurs modes de déplacement, ce qui contribue à l’égalité sociale, diminue les émissions de gaz à effet de serre et améliore la qualité de la vie urbaine de manière générale. Notre Plan centre-ville, qui a transformé l’utilisation des rues du centre-ville de Santiago, en est un exemple représentatif. Il montre comment les embouteillages et la pollution peuvent être réduits en donnant la priorité aux piétons, aux cyclistes et aux transports publics. Il constitue un progrès appréciable vers notre objectif de promotion d’une ville plus accueillante et plus équitable, où riches et pauvres peuvent se déplacer, travailler et vivre dignement en toute sécurité.

Plus de la moitié de la population mondiale vit en ville, mais cette proportion atteint 80 % en Amérique latine et 90 % au Chili. L’élaboration de la politique urbaine revêt donc une importance cruciale, tant pour nous aider à comprendre le présent que pour anticiper l’avenir. Les forums internationaux consacrés au développement devraient tenir compte de ces données, comme le fait l’OCDE avec ses travaux sur la promotion d’une bonne gouvernance à tous les niveaux.

Après tout, différentes formes de démocratie, locale notamment, peuvent être sources d’innovation et d’enrichissement pour la participation politique et la gouvernance, mais également pour la vie de chacun. Les municipalités donnent non seulement la parole aux citoyens, mais les encouragent également à participer aux décisions, d’investissement par exemple, renforçant ainsi la solidarité et la cohésion sociale. C’est l’approche que nous avons adoptée à Santiago, grâce aux consultations publiques, aux budgets participatifs et à d’autres formes de participation sociale.

Le monde du XXIe siècle met les décideurs au défi d’impliquer les citoyens dans les décisions importantes. Quel type de développement recherchons-nous ? Comment pouvons-nous préserver la planète et mettre fin aux dommages irrémédiables causés à notre environnement ? Comment atteindre nos objectifs ? Comment les citoyens doivent-ils contribuer à cette démarche, et que peuvent-ils attendre en retour ?

Les municipalités et l’échelon local détiennent les réponses à ces questions centrales. L’implication des acteurs locaux dans les discussions de l’OCDE constitue une avancée. Elle est l’occasion de combler l’écart qui sépare les citoyens de nombreux pays de leurs institutions politiques nationales et internationales. À Santiago, nous sommes déterminés à contribuer à rapprocher définitivement ces acteurs. 

Voir www.municipalidaddesantiago.cl

©L'Annuel de l'OCDE 2016

Productivité et croissance inclusive au Forum de l'OCDE 2016

Autres thématiques du Forum de l'OCDE 2016

www.oecd.org/fr/chili

Travaux de l'OCDE sur le développement régional, urbain et rural

Vers des villes, régions et communautés plus vertes

L'Annuel de l'OCDE




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016