L'eau : tout ou rien

En 2015, de nombreux pays ont souffert de graves sécheresses et d’inondations. L'Afrique du Sud n'avait pas vu de telle sécheresse depuis 30 ans, l'Éthiopie pourrait connaître une crise alimentaire majeure, et la canicule a sévi en Californie pour la quatrième année consécutive. Les inondations ont fait plus de 2 000 morts en Inde l’été dernier, et causé des dégâts sans précédents en Angleterre, au Paraguay et en Caroline du Sud. Or, le changement climatique devrait accroître la fréquence et la gravité des événements météorologiques extrêmes dans les années à venir.

Selon Gestion des risques de sécheresse et d'inondation dans l'agriculture : Enseignements pour les politiques publiques, les gouvernements pourraient faire bien mieux sur le front de l'atténuation et de la gestion des risques. Ce rapport, qui s'inscrit dans les travaux de l'OCDE sur la gestion des risques en agriculture, s'appuie sur les tendances, expériences et recherches des pays membres (Australie, Canada, Espagne, France et Royaume-Uni, notamment) en matière de gestion durable des inondations et des sécheresses en agriculture, et énonce des recommandations pour l’action publique. Il définit un cadre général pour aider les pays à analyser leurs politiques et définir les stratégies envisageables.

Des politiques globales cohérentes sont nécessaires au plan local et national, notamment pour permettre à l'agriculture de nourrir une population urbaine toujours plus nombreuse. L’étude passe en revue les mesures concernant les droits et allocations d'eau, l'information météorologique et hydrologique, l'innovation et l'éducation, ainsi que l'indemnisation et l'assurance contre les sécheresses et inondations, et la façon dont elles pourraient être associées de manière plus cohérente pour améliorer la gestion des risques. La réduction des subventions telles que les prix garantis et ou les assurances sur les récoltes, qui faussent les incitations, permettrait aux exploitants de prendre leurs décisions de production et d'investissement en fonction des coûts et avantages réels de la prise de risque.

OCDE (2016), Gestion des risques de sécheresse et d'inondation dans l'agriculture : Enseignements pour les politiques publiques, Études de l'OCDE sur l'eau, Éditions OCDE, http://dx.doi.org/10.1787/9789264254459-fr

Voir également http://wp.me/p2v6oD-2oR

©L'Observateur de l'OCDE avril 2016




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017