Vers un système alimentaire mondial productif, durable et résilient

Thomas J. Vilsack, ministre de l’agriculture, États-Unis, et Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, France M Thomas J Vilsack et M Stéphane Le Foll; ©DR

La réunion 2016 des ministres de l’agriculture de l’OCDE, que nous avons l’honneur de coprésider, a pour thème « Des politiques meilleures pour un système alimentaire productif, durable et résilient » et vient à point nommé. 

C’est la première fois, depuis six ans, que les ministres de l’agriculture se retrouvent à l’OCDE pour réfléchir aux défis et opportunités auxquels le système alimentaire mondial est confronté. De plus, notre réunion suit de près l’adoption des Objectifs de développement durable de l’ONU (ODD) et l’Accord de Paris sur le changement climatique, qui requerront des contributions importantes de l’agriculture. Nous savons que celle‑ci est au fondement d’un avenir mondial prometteur. Lors de cette réunion, nous devrons mettre à profit les progrès en cours et envisager les politiques qui pourraient nous aider à nourrir correctement une population humaine croissante, à protéger nos ressources naturelles et à soutenir les agriculteurs et habitants des zones rurales dans le monde, malgré les difficultés soulevées par le changement climatique.

Certaines réponses aux enjeux communs sont d’ores et déjà connues. L’augmentation de la productivité est depuis longtemps dans la ligne de mire des décideurs publics et la durabilité éveille davantage l’intérêt depuis quelques années. En outre, du chemin reste à parcourir pour améliorer la résilience du secteur agricole et alimentaire face aux chocs dus aux conditions météorologiques et aux marchés, limiter les risques d’épizooties et de crises sanitaires, et développer les échanges agricoles. L’occasion nous est donnée de nous rassembler et d’examiner les stratégies et panoplies de mesures qui, à nos yeux, nous offrent les meilleurs atouts pour aller de l’avant et relever les défis à venir.

Nous savons que la coopération internationale sera essentielle à la réussite de nos efforts. Elle est indispensable dans le domaine de la transparence, pour que le dialogue soit étayé par les meilleures informations disponibles, d’autant plus que les marchés connaissent des conditions inhabituelles. L’AMIS, système international d’information sur les marchés agricoles du G20, est un exemple à suivre en la matière. Les contributions de l’agriculture à l’atténuation du changement climatique et à l’adaptation requièrent également une intensification de la coopération internationale et des stratégies synergiques, pour développer des techniques de gestion intelligentes adaptées au climat et des démarches comme l’initiative  « 4 pour 1 000 », qui vise à préserver et accroître les stocks de carbone dans les sols. Pour répondre à certains de ces enjeux, les ODD et l’Accord de Paris sur le changement climatique prévoient des cibles opérationnelles, mais nous devrons effectuer une transition dans plusieurs domaines d’action, de façon à intégrer les activités dans un système agricole et alimentaire compétitif, résilient et robuste.

Nous devrons accroître notre soutien à l’innovation agricole sous toutes ses formes, y compris la recherche, les technologies, l’enseignement et la formation, l’évolution de la gestion et de la structure des exploitations. Pour ce faire, nous devrons encourager le développement de l’économie numérique et l’ouverture des données liées à l’agriculture et à l’alimentation ; accroître les investissements dans la recherche‑développement, le partage de connaissances avec l’amont et avec l’aval, et les systèmes d’innovation ; et continuer à appuyer la bioéconomie, notamment l’énergie et les matériaux renouvelables tirés de la biomasse.

Il sera impératif que les échanges s’inscrivent dans des marchés ouverts, pour que les produits de base et les produits alimentaires puissent être distribués efficacement au moment et là où ils sont nécessaires, tout en promouvant des ambitions environnementales fortes, un développement inclusif et une conduite responsable des entreprises. Il ne faut pas que les mesures nationales isolent les producteurs des marchés mondiaux, mais qu’elles assurent un filet de sécurité en cas de difficultés inattendues et pour s’adapter à l’évolution des besoins. Calibrées pour favoriser la croissance localement, des politiques de développement économique des zones rurales s’imposeront pour améliorer les débouchés professionnels dans ces zones et les revitaliser.

Parallèlement, nous devrons promouvoir des systèmes agricoles et alimentaires à la fois compétitifs et gérés de façon responsable. Nous devons veiller à répondre aux besoins des populations vulnérables dans chaque système, nous attaquer aux gaspillages et pertes alimentaires, et être attentifs aux articulations entre santé humaine, santé végétale et santé animale. Des panoplies de mesures globales et cohérentes, conçues avec un large soutien du secteur agricole et alimentaire local, seront nécessaires pour atteindre tous ces objectifs. Nos débats devraient nous permettre d’apprendre les uns des autres, à partir de l’expérience et du contexte propres à nos pays.

Nous savons que beaucoup de ces opportunités et défis figurent déjà au programme de recherche étoffé de l’OCDE. Mais nous pensons que nos réflexions des 7 et 8 avril sur les nouvelles formes d’action mettront en évidence des domaines nouveaux que l’Organisation aura à étudier en profondeur. Il nous faudra disposer d’éléments concrets pour concevoir les politiques les plus adaptées à nos objectifs partagés et, en même temps, assurer la réussite de leur mise en œuvre en tenant compte des conditions locales. Nous aurons besoin de travaux sur le rôle de la science et de l’innovation sous toutes ses formes, des travaux qui intègrent performance climatique et performance environnementale, et qui insistent davantage sur la résilience à l’échelle du secteur, bénéfique aux exploitations, aux collectivités rurales et aux consommateurs.

Répétons‑le : coprésider cette importante réunion est à nos yeux un privilège et nous attendons beaucoup de nos échanges. Ensemble, nous pouvons jeter les bases d’un système agricole et alimentaire résilient pour demain.

Ministère française de l’Agriculture http://agriculture.gouv.fr

Département de l’Agriculture des États-Unis http://www.usda.gov

Voir www.oecd.org/fr/agriculture/ministerielle/

©L'Observateur de l'OCDE avril 2016




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016