Réformes du marché du travail : le rôle des compétences

Tánaiste (Vice-Premier ministre) et ministre de la Protection sociale du gouvernement irlandais, et Présidente de la réunion 2016 des ministres de l’Emploi et du Travail des pays de l’OCDE*

©DR/www.JoanBurton.ie

Le marché du travail irlandais s’est considérablement amélioré, notamment grâce à de solides mesures en faveur des nouvelles compétences susceptibles de répondre à l’évolution de la demande, et au soutien accordé aux demandeurs d’emploi. 

Depuis 2011, les mesures de relance définies annuellement dans notre Plan d’action pour l’emploi ciblent la création d’emplois en favorisant les entreprises et la compétitivité. La création de 140 000 emplois en Irlande depuis 2012 illustre la très grande réussite de ces mesures.

Parallèlement, l’Irlande a mis en œuvre plusieurs réformes du marché du travail dans le cadre d’une stratégie globale, Pathways to Work. Ces réformes visent à s’assurer que du côté de l’offre, le marché du travail soutient l’emploi. Une attention particulière est portée au fait que la majorité des emplois créés pendant la reprise soient occupés par des bénéficiaires de l’aide sociale au chômage, en particulier des personnes ayant perdu leur emploi pendant la crise de 2008-09 et subi depuis de longues périodes de chômage.

L’un des principaux éléments de la stratégie Pathways to Work porte sur la réforme de notre système de prestations versées aux personnes d’âge actif et sur ses interactions avec les services de l’emploi. Le résultat en est un service public redéfini et rénové, Intreo, qui réunit les services de l’emploi et le système de versement des prestations aux chômeurs, ainsi que les services sociaux chargés de verser les aides sociales de base. L’objectif est de veiller à ce que les nouveaux chômeurs bénéficient le plus rapidement possible du soutien des services de l'emploi.

Dans le cadre de cette stratégie globale, et conformément à la Recommandation européenne sur la garantie pour la jeunesse, nos engagements en faveur des jeunes chômeurs progressent plus vite que les objectifs liés aux travailleurs âgés. Notre approche des problèmes liés à l’emploi des jeunes a bénéficié d’une étude réalisée par l’OCDE en 2014.

Après nous être concentrés sur la réforme des procédures rapides d’intervention auprès des nouveaux chômeurs, nous nous sommes tournés en 2015 vers un programme ambitieux en faveur des chômeurs de longue durée. Ce programme passe par la déploiement de ressources de tierces parties dans l’offre de services de l’emploi, notamment pour les personnes bénéficiant d’indemnités de chômage depuis au moins un an.

Développement des compétences

Pathways to Work privilégie l’aide au retour à l’emploi. Cependant, pour ceux qui ne parviennent pas à retrouver un emploi dans des délais raisonnables, toute une batterie de solutions sont proposées afin d’améliorer leur employabilité. L’importance que nous attachons au développement des compétences se reflète dans les types d’opportunités offertes. Par exemple, près de 75 % des solutions proposées aux jeunes chômeurs concernent des formations continues ou complémentaires (le reste est lié à l’expérience professionnelle et à des programmes d’emploi temporaire).

L’offre de formation professionnelle pour les chômeurs ne constitue qu’une petite partie des mesures globales mises en œuvre pour s’assurer que nos citoyens possèdent aujourd’hui et pourront acquérir demain les compétences et les qualifications nécessaires dans une économie moderne. Ces dernières années, l’Irlande s’est engagée dans un processus continu de réforme et d’amélioration de son système d’enseignement, professionnel en particulier. Les étapes récentes de ce processus concernent notamment la création d’une nouvelle autorité en charge de l'enseignement postscolaire, SOLAS, et l’examen du système d’apprentissage qui conduit à l’instauration de 25 nouveaux programmes d’apprentissage, dans des domaines tels que l’informatique, les services financiers, les transports, le tourisme et l’hôtellerie.

Du bon travail

Toute l’ambition du pays en faveur du renforcement des compétences s’exprime dans les objectifs définis pour l’éducation dans le cadre de la stratégie Europe 2020. Nous nous sommes engagés à ramener le pourcentage des jeunes sortant prématurément de l’école de 11,4 % en 2010 à 8 % en 2020 – en 2014, il était déjà tombé à 6,9 %. Nous voulons également accroître la part des 30-34 ans diplômés du supérieur à 60 % au moins en 2020 – ils étaient déjà plus de 52 % en 2014, bien au-dessus de la moyenne européenne de 38 %.

Les données montrent que, depuis 2011, la stratégie Pathways to Work a favorisé un marché du travail flexible, qui permet aux demandeurs d’emploi de profiter de la reprise économique, comme en témoigne le fait qu’aux 140 000 emplois créés depuis 2012 corresponde une baisse du nombre de chômeurs de près de 120 000. En outre, le chômage de longue durée a reculé encore plus rapidement que le chômage général, passant de 9,5 % début 2012 à 5 % au milieu de l’année 2015. L’impact de la hausse de l’emploi sur le chômage – général comme de longue durée – est donc relativement important par rapport aux périodes de reprise précédentes.

Nous poursuivrons nos efforts afin d’affiner et de consolider nos politiques face à l’évolution des besoins économiques et sociaux, et nos deux stratégies, Pathways to Work et la National Skills Strategy, seront réactualisées début 2016.


* La réunion ministérielle organisée à l’OCDE le 15 janvier s’intitulait « Mettre en place des marchés du travail plus résilients et inclusifs ». Elle était précédée, le 14, d’un Forum stratégique sur l’avenir du travail. Voir http://www.oecd.org/fr/emploi/ministerielle/forum-travail/

OCDE (2015), Études économiques : Irlande, Éditions OCDE.

OCDE (2014), « Options for an Irish Youth Guarantee », Plan d’action de l’OCDE pour les jeunes, voir www.oecd.org/ireland/YouthActionPlan-IrishYouthGuarantee.pdf

© L’Observateur de l’OCDE n° 306, janvier 2016




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016