Quel financement pour l’égalité des sexes ?

L’adoption imminente d’un nouveau programme de développement est l’occasion de rappeler la situation difficile des millions de femmes et de filles qui, partout, n’ont pas accès aux services de base ni à un emploi décent, et ne peuvent librement choisir leur vie. Sans un financement suffisant et bien adapté, l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes ne pourront jamais être pleinement réalisées.

Il faut donc un financement plus important et ciblé dans les domaines essentiels pour l’égalité des sexes. Tous les acteurs, notamment les donneurs et le secteur privé, doivent renforcer leur contribution financière pour lutter efficacement contre les inégalités entre les sexes. Les associations de femmes et la société civile jouent un rôle déterminant dans l’autonomisation des femmes à l’échelon local, et elles ont besoin de fonds pour pouvoir continuer.

Samina Anwar, commentaire dans le débat en ligne « Mobilising financing for gender equality to deliver on the SDGs in practice », www.wikigender.org, juin 2015

***

Vous demandez : Comment pouvons-nous faire pour mobiliser davantage les donneurs « non traditionnels », comme le secteur privé, afin d’intensifier l’investissement pour l’égalité des sexes ?

Qui désigne ce « nous » ? Je crois que « nous » n’avons pas tous les mêmes possibilités de coopérer avec le secteur privé. Dans le Sud, celui-ci est assez restreint et les associations locales n’ont pas les compétences et les capacités pour coopérer avec lui. Il faut les former et les informer sur les moyens efficaces de recueillir des fonds.

Quelles autres initiatives, financements ou partenariats sont nécessaires pour concrétiser les priorités sur l’égalité des sexes inscrites dans les ODD ?

Nous devrions rechercher, pour chacun des 17 ODD, des « champions » dans les organismes publics ou privés et les ONG effectuant ou finançant des travaux en rapport avec ces objectifs, pour permettre une réelle transversalité ainsi que des actions spécifiques. Peut-être faudrait-il lancer une campagne mondiale visant chacun des secteurs concernés, et mieux « diviser », mais aussi mieux coordonner, le travail des militant-e-s de l’égalité des sexes qui la mèneront. Faut-il créer un fonds pour chaque ODD ? Une meilleure coordination est aussi requise entre les différentes zones linguistiques, qui n’ont pas toutes la même expérience ni les mêmes possibilités quant aux relations directes avec le secteur privé.

Il faut mieux rendre visibles et faire fructifier les initiatives locales de collecte de fonds en faveur des associations de femmes, afin d’éviter que les grandes ONG et institutions n’accaparent les fonds, parfois au détriment des petites, et pour faire connaître l’action de ces associations.

Claudy Vouhé, commentaire dans le débat en ligne « Mobilising financing for gender equality to deliver on the SDGs in practice », www.wikigender.org, juin 2015.

©L'Observateur de l'OCDE n°303, septembre 2015


Suivez-nous sur Twitter @OECDObserver

Les commentaires et courriers peuvent être reformulés pour les besoins de la publication. Écrivez-nous sur observer@oecd.org ou sur ces portails : www.observateurocde.orgwww.oecdinsights.org.




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016