L’éducation, l’apprentissage et l’Agenda 2030 pour le développement durable

Direction de la coopération pour le développement de l’OCDE

Les Nations Unies œuvrent depuis trois ans à l’élaboration d’un programme mondial de développement durable pour succéder aux huit objectifs du millénaire pour le développement (OMD) qui expirent en 2015. Ce programme majeur, qui compte 17 objectifs de développement durable (ODD) et 169 cibles, devrait être adopté au Sommet des Nations Unies en septembre à New York. 

Comme les OMD, les ODD accordent une priorité fondamentale à l’éducation, visant à « assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et à promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ».

Ce quatrième objectif comprend dix cibles qui forment un programme ambitieux et universel pour développer des compétences meilleures pour une vie meilleure. Cinq cibles prévoient d’améliorer la qualité de l’enseignement pour les enfants, les jeunes et les adultes, et de produire des connaissances et compétences plus utiles et de meilleure qualité. Cette importance accordée aux retombées de l’enseignement est une avancée opportune par rapport aux OMD, qui privilégiaient l’accès à l’enseignement primaire et l’achèvement d’un cycle complet d’études primaires, ainsi que l’égalité des sexes dans l’enseignement primaire, secondaire et supérieur. Cet ODD tient aussi compte du fait que la participation à des programmes de développement des jeunes enfants, d’éducation formelle ou de formation des adultes est un moyen d’obtenir des résultats et d’améliorer les retombées de l’enseignement à chaque stade, depuis la maturité scolaire des tout petits via le développement de compétences en littératie et en numératie au primaire, jusqu’à l’acquisition par les jeunes adultes de connaissances et de compétences utiles pour trouver un emploi décent et devenir des citoyens du monde.

Mais être scolarisé ne suffit pas, comme le soulignent les résultats du Programme international de l’OCDE pour le suivi des acquis des élèves (PISA), l’évaluation mondiale la plus utilisée de la qualité des retombées de l’enseignement, et de l’enquête analogue sur les adultes, le Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PIAAC). En effet, dans de nombreux pays, tous les enfants sont scolarisés mais seule une petite proportion d’entre eux atteint un niveau suffisant de compétences à l’issue du premier cycle du secondaire. De toute évidence, cela augure mal du développement économique, social et durable. C’est pourquoi l’acquisition de compétences universelles de base est au centre du programme des ODD pour l’éducation. Les données recueillies et utilisées pour le suivi mondial des ODD concernant l’éducation doivent souligner ce changement d’orientation, de l’accès à l’enseignement aux résultats et compétences.

Le programme PISA est une évaluation comparative triennale, comparable au niveau international, des résultats scolaires des élèves de 15 ans, dont le prochain cycle doit être publié en décembre 2016. Il évalue les performances des élèves en lecture, mathématiques et sciences, mais aussi certaines compétences sociales et émotionnelles élargies qui sont essentielles pour réussir. Il recueille également, par des questionnaires, des données contextuelles sur certains facteurs comme le milieu familial. Un échantillon aléatoire d’au moins 5 000 élèves est évalué dans chaque pays. Depuis son lancement en 1997, PISA est devenu une référence mondiale pour les responsables de l’éducation, plus de 70 pays y ayant participé, notamment 44 pays émergents et en développement, comme le Brésil, l’Indonésie, le Vietnam et la Tunisie. Plus récemment, l’initiative PISA pour le développement (PISA-D) a été conçue par l’OCDE et ses partenaires pour renforcer la participation des pays à revenu faible et intermédiaire.

Les ODD portent sur les connaissances, les compétences et l’apprentissage tout au long de la vie pour tous, pas seulement sur la scolarisation. Pour faciliter leur suivi, l’évaluation internationale des compétences des adultes, publiée pour la première fois en 2013, offre un modèle intéressant car elle couvre 33 pays dans le cadre du PIAAC et mesure les principales compétences cognitives et professionnelles nécessaires aux individus pour trouver un travail décent et participer à la société, et aux économies pour prospérer.

Le défi consiste désormais à définir des indicateurs mondiaux couvrant l’accès, l’équité et la qualité à tous les niveaux d’enseignement, et pouvant être évalués et suivis au fil du temps à l’échelle internationale. C’est une tâche difficile, et plusieurs organisations internationales comme l’UNESCO et son Institut de statistique (UIS), l’UNICEF, la Banque mondiale et l’OCDE, aident le Forum mondial sur l’éducation et la Commission de statistique des Nations Unies à les développer. Les indicateurs proposés prévoient l’exploitation des grandes évaluations internationales existantes, comme les programmes PISA et PIAAC à l’OCDE, pour suivre les progrès accomplis.

Dans les prochains mois, les États membres de l’ONU et de l’UNESCO se réuniront pour décider des indicateurs qui permettront de suivre les ODD sur l’éducation à l’échelle mondiale. L’OCDE soutient ces discussions et partage la volonté des États membres de définir un nouveau programme universel pour l’éducation axé sur les retombées de l’enseignement et les compétences pour tous.

Références

Voir www.oecd.org/pisa et www.oecd.org/fr/sites/piaac-fr

Pour en savoir plus sur l’initiative PISA pour le développement : www.oecd.org/pisa/aboutpisa/pisafordevelopment.htm

OCDE (2015), Universal Basic Skills: What Countries Stand to Gain, Éditions OCDE

ONU (2015), « Projet de document final du Sommet des Nations Unies consacré à l’adoption du programme de développement pour l’après-2015 », 12 août, www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=A/69/L.85&referer=/english/&Lang=F

UNESCO (2015), « Éducation 2030 : Vers une éducation inclusive et équitable de qualité et un apprentissage tout au long de la vie pour tous », http://fr.unesco.org/world-education-forum-2015/declaration-dincheon

©L'Observateur de l'OCDE n°303, septembre 2015




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016