Trois choses à savoir sur le changement climatique

Directeur, Direction de l'environnement de l'OCDE

Marcelo Del Pozo/Reuters

Trois éléments clés aideront les leaders mondiaux et les représentants des entreprises, des organisations syndicales et de la société civile à conclure un nouvel accord efficace sur le changement climatique lors du sommet décisif des Nations Unies à Paris, et à accélérer l’action en faveur du climat en 2015 et au-delà. 

La lutte contre le changement climatique avance-t-elle assez vite ?

En un mot, non. Tout le monde est conscient du problème, mais à travers le monde, des centaines de milliards de dollars continuent d’être dépensés pour subventionner les combustibles fossiles, qui restent la source d’énergie dominante. Il y a certes des avancées progressives, mais elles ne sont pas assez rapides. Les signes physiques du dérèglement climatique sont déjà visibles, et nos études montrent que les effets sur la croissance économique seront perceptibles à brève échéance.

Rappelons qu’il est acquis que nous connaîtrons un réchauffement de 2 °C, et que cela aura déjà un coût élevé. Au-delà, il deviendra de plus en plus difficile de trouver des solutions. Il nous faut passer à la vitesse supérieure parce que le temps est compté. Tout retard limitera les options possibles et augmentera les coûts.

Faut-il donc adopter des objectifs d’émissions concrets ?

Le problème n’est pas juste de fixer des objectifs, mais de les atteindre. Et pour cela, il faut que les gouvernements mettent en place un plan d’action qui concerne les moindres rouages de l’économie. C’est un défi de taille ; aucun pan de l’économie ne sera épargné car il nous faudra bouleverser nos manières de faire pour parvenir à réduire à zéro les émissions nettes de carbone d’ici la fin du siècle.

Pour cela, il faut fixer un prix au carbone, soit par une taxe sur le carbone, soit par un système d’échange de droits d’émission. On ne peut espérer que les gens arrêtent de polluer tant que cela ne leur coûte rien. En 2015 déjà, les émissions de carbone dans l’atmosphère ont atteint de nouveaux records. Il faut faire en sorte que la réglementation qui permet aujourd’hui à une économie des combustibles fossiles de prospérer soit remplacée par une réglementation favorisant la pénétration des technologies propres dans tous les secteurs. Ensuite, il faut pouvoir mobiliser des capitaux à l’appui de ces technologies propres. Enfin, il faudra bien veiller à ce que les inévitables coûts de transition ne pèsent pas trop lourdement sur ceux qui ne sont pas en mesure de les assumer.

Avons-nous les ressources financières nécessaires pour lutter efficacement contre le changement climatique ?

Ce sera une question de priorités, mais pour les pays développés et les économies en développement rapide, la grande question est celle de la mobilisation de l’investissement privé. Les gouvernements doivent veiller à ce que leurs politiques publiques ne constituent pas un frein. Il faut savoir que les investisseurs institutionnels comme les fonds de pension ou les sociétés d’assurance gèrent plus de 90 000 milliards USD d’actifs, et que moins de 1 % de cette manne sont investis dans des infrastructures propres, et ce, en raison de la réglementation. Ces obstacles doivent être levés.

En ce qui concerne les pays en développement, il paraît justifié qu’ils bénéficient d’une aide accrue de la part des pays développés. La bonne nouvelle, c’est que les apports de ressources augmentent. Selon l’estimation de l’OCDE et de Climate Policy Initiative, les pays développés ont mobilisé 62 milliards USD à l’appui de l’action climatique dans les pays en développement en 2014, contre 52 milliards USD en 2013. C’est encourageant, mais nous sommes encore loin de l’objectif de 100 milliards USD d’ici 2020.

Adapté de la vidéo de l’interview de Simon Upton, septembre 2014 : www.youtube.com/watch?v=jNJLxPNJ3Qc  

Voir www.oecd.org/fr/environnement/cop21.htm

©L'Observateur de l'OCDE n°304 novembre 2015




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016