Végétalisation : ensemble, protéger la nature en ville

Chef de projet de l’association Multi’colors

CBADET

Aux confins du périphérique, isolé par une barre d’immeuble des rumeurs de l’autoroute, entre deux tours de béton, se trouve un havre de paix, un « refuge urbain » : c’est ainsi que Multi’colors nomme les jardins solidaires qu’elle crée dans les quartiers sensibles franciliens.

Depuis 12 ans, l’association développe des activités de promotion de la nature en ville, qui attachent autant d’importance à l’environnement social que naturel. Ces initiatives s’inscrivent également dans le champ éducatif et culturel. Les projets s’adressent à un public qui, dans sa majorité, est soumis à des conditions de vie précaires ne leur permettant pas de franchir le seuil d’un jardin partagé. Pour ces personnes vivant dans l’urgence, il n’est tout simplement pas envisageable de se projeter dans l’avenir en concevant un jardin et en y consacrant du temps et de l’argent sans être assurées d’avoir une production significative.

Mais, chez MultiʼColors, les difficultés ne nous arrêtent pas, nous sommes optimistes et nous aimons relever les défis ! Nos projets visent à réduire les inégalités sociales : inégalités d’accès à la ressource que constituent les espaces verts, inégalités quant aux décisions permettant d’être acteur de la transformation de son environnement proche en impulsant la création de jardins dans les lieux de vie, aux pieds des immeubles où jouent les enfants. Ce sont des jardins à jardiner et à visiter, mais qui gardent toujours un côté « sauvage » apportant de la poésie à ces lieux très minéraux.

C’est également pour répondre à une urgence que nous avons choisi d’apporter une éducation à la nature à travers ces jardins. Nous assistons à l’épuisement des ressources planétaires lié à un système économique essentiellement fondé sur la croyance, érronée, que le bien-être n’est que matériel. Nés du désir d’apporter de la beauté à des lieux souvent délaissés dans des quartiers dévalorisés, les jardins sont entièrement pensés et réalisés par et avec les participants, quel que soit leur âge - le plus souvent, des enfants qui par la suite convaincront leurs parents de participer à l’aventure. La mise en oeuvre collective de ces jardins se fait dans le respect des principes du jardinage écologique, en rappelant toujours ce simple message : nous faisons tous partie de la nature et nous y sommes intimement liés. Grâce à la récupération d’eau, au tri des déchets, au compostage, au respect de la biodiversité et à la préservation d’espaces en friche, le jardin devient un refuge pour tous les êtres vivants mais aussi un lieu d’apprentissage et de ressources pédagogiques pour mieux comprendre l’environnement afin de pouvoir mieux le protéger. Multi’Colors est convaincue que jardiner en préservant la biodiversité est un acte politique et citoyen primordial pour défendre le plus grand trésor de l’humanité : la terre.

Notre but est de mettre en relation le citadin avec la nature ordinaire qui l’entoure sur ces territoires fortement urbanisés. Au total, 900 enfants volontaires ont pu jusqu’à ce jour apprendre au contact de la nature en ville lors d’ateliers gratuits, en créant leur propre jardin avec Multi’colors et à travers des ateliers artistiques débouchant sur des expositions de photos, sur la réalisation d’un guide pratique pour jardiniers ornithologues et d’autres supports, tous téléchargeables sur le site de l’association. Le jardin est un espace de vie pour tous, il représente également un moyen de donner aux enfants des clés pour leur avenir. En effet, jardiner, c’est prendre du plaisir tout en apprenant à observer l’environnement et à découvrir la faune et la flore. C’est aussi une occasion de raconter des histoires, de transmettre du savoir et de créer des liens amicaux et de confiance entre pairs et entre générations. En lien avec la nature, les enfants vivent des expériences qui favorisent l’acquisition de l’autonomie, la créativité, la confiance en soi et la coopération. Ces enfants, qui ont rarement l’occasion de sortir de leur quartier, peuvent s’enraciner dans la vie, se construire au contact de la nature, accompagnés d’adultes bienveillants et respectueux de leurs particularités et de leurs besoins.

Depuis 2003, Multi’Colors a réalisé 14 jardins pédagogiques dans de grands ensembles d’habitat social, un jardin d’enfant, un centre d’animation avec une classe d’enfants primo-arrivants, ainsi qu’un jardin à visée thérapeutique au sein d’un accueil de jour pour des personnes touchées par la maladie d’Alzheimer. Notre dernier jardin, le Petit jardin du monde, a la particularité de pousser au sein d’un équipement de la ville de Paris, la gare de Reuilly dans le XIIe arrondissement. Son existence témoigne de la volonté politique des élus de la Ville de Paris d’ouvrir chaque espace possible aux projets de végétalisation urbaine. Ici, nous accueillons les enfants de l’école maternelle voisine et les habitants qui souhaitent être guidés dans leur projet de végétalisation. C’est aussi un lieu où l’on peut découvrir les plantes médicinales et potagères selon leur continent d’origine.

Au final, ces 14 petits jardins représentent une surface végétalisée d’un demi-hectare, et produisent suffisamment de légumes pour un atelier de cuisine hebdomadaire. Car, si beaucoup d’enfants connaissent la citrouille d’Halloween, rares sont ceux qui l’ont goûtée !

Multi’colors a pu réaliser ces jardins grâce à un travail d’équipe mêlant salariés et bénévoles, en partenariat avec des institutions de la Ville de Paris, des associations locales et environnementales, des fondations et des bailleurs sociaux. Par ailleurs, nous proposons également un volet conseil pour accompagner les bailleurs sociaux ou les collectivités locales d’Îlede- France dans la création et la réalisation d’éco-jardins conçus comme des moyens de refaire une place à la nature dans la ville.

Les projets de Multi’colors pour rendre la ville plus verte ne s’arrêtent pas aux grilles des jardins : dans le XXe arrondissement de Paris, nous avons introduit la nature dans la rue ! Le quartier Saint-Blaise est l’un des quartiers les plus denses d’Europe, avec une construction sur dalle qui laisse peu de place au végétal. Multi’Colors y développe une trame verte de 600 mètres, reliant différents jardins à gestion écologique. Elle est composée de 100 pots personnalisés lors d’ateliers artistiques par des jeunes et des adultes. Les pots fleuris et entretenus par les enfants et les habitants sont disposés sur les potelets antistationnement longeant les voies publiques. En organisant des actions participatives de végétalisation en ville, nous collaborons à une requalification globale d’un quartier en Grand projet de renouvellement urbain. Ce projet pilote s’inscrit dans le Plan Biodiversité de la Ville, adopté en 2011 par le Conseil de Paris.

Dans un futur proche, Multi’colors expérimentera de nouveaux espaces en transformant un toit-terrasse en jardin collectif destiné à accueillir de nombreux supports d’information sur les bonnes pratiques à adopter en agriculture urbaine. Avec les produits du jardin, chacun pourra découvrir les bienfaits d’une alimentation saine et de saison grâce à des ateliers de cuisine. Partager le bien, le beau et le bon sont certainement les clés de la réussite du bien-vivre ensemble dans la ville, en harmonie avec la nature !

Multi’colors
2 square d’Amiens
75020 Paris
www.multicolors.org  

©L'Observateur de l'OCDE n°304, Novembre 2015




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016