L'OCDE condamne les attentats terroristes à Paris et exprime ses condoléances et sa solidarité à la France

Jean Julien

Le Secrétaire général de l'OCDE Angel Gurría a condamné ce soir, au nom de l'Organisation et dans les termes les plus fermes, les attentats terroristes et barbares perpétrés à Paris pendant la soirée du 13 novembre. Il a exprimé ses plus sincères condoléances et sa solidarité à la France et au peuple français, à la Ville de Paris et à ses citoyens à la suite de ces terribles attentats.

M. Gurría a écrit au président François Hollande et au premier ministre Manuel Valls pour exprimer ces sentiments au nom de l'Organisation dont le siège est à Paris et dont le personnel et les familles vivent dans la ville et ses environs. "Nos plus sincères condoléances, pensées et prières vont aux citoyens de notre pays hôte, la France, et de notre ville hôte, Paris, et plus particulièrement aux familles des victimes de ces atrocités. Nous devons rester plus unis que jamais dans la défense des libertés qui tiennent à cœur de nos démocraties". 

Publié le 13 novembre sur www.oecd.org/fr

Hommage

Nous ne pouvons réconforter ceux qui ont perdu des êtres chers. Nous pouvons et devons condamner les attentats insensés du 13 novembre. Nous pouvons et devons rejeter le terrorisme et la violence. Mais comment rendre hommage aux victimes innocentes et à leurs familles ? La réponse est claire : nous le pouvons en continuant le travail que chacun de vous accomplit ici, à l’OCDE.

Nous ne sommes ni soldats, ni policiers, ni agents du renseignement. Mais ne nous y trompons pas, notre défi est aussi grand que le leur dans le combat contre le fléau du terrorisme. Nos armes sont les politiques, la passion et la patience. Nous faisons preuve de notre combat en redoublant d’efforts pour faire du monde un endroit meilleur, plus sûr et plus inclusif. Nous ripostons au nihilisme en faisant tous ce qui est en notre pouvoir pour améliorer les vies, partout dans le monde.

Le travail que vous accomplissez tous pour élargir l’accès à l’emploi et à l’éducation, pour promouvoir la transparence, pour mener des politiques meilleures pour des vies meilleures : c’est ainsi que nous rendons hommage aux victimes. C’est ainsi que nous entretenons leur mémoire.

J’ai été frappé par un hashtag qui émergé sur les réseaux sociaux dans les heures suivant cette terrible tragédie. #PorteOuverte signalait les portes ouvertes à ceux qui fuyaient les attaques. C’est un symbole de l’unité de notre ville contre la violence, comme le sont aussi les longues files de donneurs de sang qui se sont formées samedi, et les foules qui se sont réunies Place de la République dimanche.

Mais il y a un autre message dans cette expression. Elle nous rappelle que nous devons garder nos portes ouvertes à ceux qui fuient exactement la même violence aveugle qui est derrière les attaques sur notre sol. Nous ne pouvons céder à la haine. Nous ne pouvons succomber à ceux qui cherchent à diaboliser les femmes, les enfants et les hommes qui cherchent désespérément un refuge. Nous ne pouvons condamner la totalité pour les actes de quelques uns. Nous ne pouvons nous méprendre sur nos ennemis.

Nous, à l’OCDE – parmi tous – devons maintenir notre engagement à l’égard de l’égalité, de l’inclusion et de la tolérance. Tandis que nous pleurons les nôtres, nous ne pouvons oublier ceux qui luttent pour fuir les extrémismes. Nous devons garder nos portes ouvertes. Et nous devons garder nos cœurs ouverts.

Alors que nous nous arrêtons pour penser aux victimes et à leurs proches, je demande à chacun d’entre vous de les honorer en réaffirmant votre engagement à faire du monde un endroit meilleur, grâce à votre travail ici.

Douglas Frantz, Secrétaire général adjoint de l’OCDE, allocution prononcée le 16 novembre 2015 devant le personnel de l’OCDE avant d’observer une minute de silence en hommage aux victimes des attentats de Paris du 13 novembre. 

©L'Observateur de l'OCDE n°304 novembre 2015




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016