Prendre la mesure des Objectifs de développement durable

Chef statisticien, Directrice, Direction des statistiques de l’OCDE

Les leaders mondiaux viennent d’adopter 17 Objectifs de développement durables (ODD), divisés en 169 cibles. Avant d’espérer les concrétiser, il faudra atteindre un autre objectif : l’amélioration de la qualité des données. 

Qu’il s’agisse de lutter contre la pauvreté, la faim, les inégalités dans le monde, ou encore de promouvoir l’action climatique, la paix et la justice, des données de qualité sont nécessaires pour dresser un état des lieux initial, observer les progrès éventuels et repérer les axes d’amélioration. Grâce aux données, les pouvoirs publics peuvent prendre des décisions fondées sur des éléments concrets, et les citoyens leur demander des comptes. Pas de politiques publiques de qualité sans données de qualité.

À cet égard, d’importants enseignements peuvent être tirés de la mise en œuvre, entre 2000 et 2015, des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Si les OMD sont globalement considérés comme une réussite, et s’il est indéniable qu’ils sont à l’origine d’une augmentation des apports d’aide et d’autres ressources, le suivi des progrès réalisés s’est cependant avéré difficile pendant les premières années, faute d’avoir porté une attention suffisante à l’existence de données fiables, suffisantes, et d’indicateurs soigneusement sélectionnés.

Les choses sont différentes pour les ODD : les données sont désormais considérées comme essentielles à la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030. La Commission de statistique des Nations Unies supervise déjà l’élaboration d’un ensemble d’indicateurs officiels, qui devra être approuvé en mars 2016, et des dispositions régissant le suivi et l’examen de la mise en œuvre des ODD au cours des prochaines années ont déjà été décidées.

Le suivi des ODD sera, sans nul doute, encore plus difficile que celui des OMD. Les nouveaux objectifs s’appliquent à tous les pays et ne visent pas uniquement les problèmes de développement. Bon nombre d’entre eux sont complexes, pluridimensionnels, et couvrent un éventail de thématiques et de secteurs bien plus large que les OMD. Les ODD ciblant la réduction des inégalités, les données devront couvrir de multiples aspects : égalité hommes-femmes, handicap, situation socio-économique, etc.

Malgré les défis attendus, il y a de bonnes raisons d’être confiant. Les données sont beaucoup plus largement disponibles qu’en 2000, et elles sont aussi, grâce aux avancées technologiques et au perfectionnement des méthodologies, plus détaillées et plus granulaires – par exemple sur le comportement des ménages et des entreprises. De nouveaux partenariats se mettent en place pour tirer parti de cette révolution des données. En outre, la coopération internationale établie pendant la période des OMD a amélioré la communication et la comparabilité des données, et accru l’appui et le financement en faveur des systèmes nécessaires au suivi des progrès.

Il faut poursuivre dans cette voie pour relever les défis que posent les ODD en termes de données. Même à l’heure des « données massives », aucun pays, y compris au sein de l’OCDE, ne dispose de toutes les données nécessaires pour assurer le suivi des ODD. Il faudra exploiter de nouvelles ressources pour combler les lacunes et déployer un effort international sans précédent pour mettre au point les nouvelles informations nécessaires.

Notre Organisation est réputée pour ses statistiques. Elle est à la pointe de l’innovation mondiale en matière de méthodologie, de systèmes et de diffusion des statistiques depuis plus d’un demi-siècle, et fait autorité dans un large éventail de statistiques économiques, sociales, environnementales et liées au développement.

Notre valeur ajoutée dans le suivi des ODD portera sur de multiples aspects. Sur la question cruciale des « moyens de mise en œuvre », nous rendons déjà compte des efforts des pays pour respecter les objectifs internationaux de financement repris dans les ODD, comme l’objectif des Nations Unies de 0,7 % du RNB de chaque apporteur consacré à l’APD (0,15-0,20 % pour les pays les moins avancés). Nous élaborons également de nouvelles mesures, comme le soutien public total au développement durable (SPTDD), afin de brosser un tableau plus complet des apports de ressources. 

Depuis des années, nous sommes aux avant-postes de la recherche sur de nouvelles mesures statistiques du progrès au-delà du PIB, et avons mis au point des indicateurs du bien-être, que nous mesurons en permanence dans les pays de l’OCDE.

Grâce à nos tableaux internationaux des entrées-sorties, nous suivons les effets transfrontaliers de la production et de la consommation des pays de l’OCDE sur les émissions de CO2 et les ressources naturelles essentielles.

En matière d’éducation, dans le cadre de notre initiative PISA au service du développement, nous adaptons le Programme PISA, qui est déjà l’indicateur le plus utilisé pour mesurer les performances des systèmes éducatifs, afin d’en faciliter l’utilisation par un plus grand nombre de pays (voir l’article de Michael Ward). Nous avons créé d’autres outils et concepts aujourd’hui utilisés quotidiennement, comme le principe pollueur-payeur, si important dans la lutte contre le changement climatique, ou encore des indicateurs dans le domaine de la science et de la technologie, de la distribution des revenus, de la santé, du travail, de l’investissement international ou des analyses régionales, entre autres.

Nous dispensons un soutien technique, notamment aux offices statistiques, en concevant des principes et des méthodologies permettant de collecter des données robustes, comparables et pertinentes. Grâce à son cadre d’évaluation de la qualité et la procédure d’examen de la qualité des statistiques, l’Organisation contribue à promouvoir la qualité et la cohérence des données internationales. Nous aiderons les membres et les partenaires de l’OCDE à établir leurs rapports au titre des ODD et à en harmoniser la notification, à en combler les lacunes et à en améliorer l’efficacité.

L’accessibilité est également un élément crucial. Selon la formule du célèbre statisticien Hans Rosling, les statistiques ne sont pas destinées à la comptabilité de l’État mais doivent être comprises et utilisées par tous. L’OCDE s’engage à garantir que ses données sont ouvertes, accessibles et gratuites. Nous investissons dans des portails conviviaux et partageables, permettant à la fois une diffusion mondiale maximale et un retour d’information qui nous aide à améliorer la qualité et l’accessibilité des informations. De toute évidence, établir un système statistique de suivi des ODD exigera des investissements en capacités et en compétences sur l’intégralité du processus (conception, collecte, interprétation et communication des données).

Depuis près de 20 ans, le Partenariat statistique au service du développement au 21e siècle (PARIS21), hébergé par l’OCDE, aide les pays en développement à renforcer leurs capacités statistiques, et notre projet relatif aux Statistiques des recettes publiques a été d’une aide précieuse pour renforcer les capacités des administrations fiscales de plusieurs pays. Ces programmes mutuellement bénéfiques témoignent de l’esprit de coopération qui anime l’OCDE.

Depuis plusieurs décennies, l’OCDE est un acteur essentiel du processus de définition d’objectifs mondiaux. Sa stratégie sur Le rôle de la coopération pour le développement à l’aube du XXIe siècle (1996) a constitué une étape clé dans l’élaboration des OMD, et l’Organisation a joué un rôle majeur dans leur suivi ces 15 dernières années. L’OCDE mettra tout en œuvre pour aider ses pays membres et partenaires, et l’ensemble de la communauté internationale, à relever les défis encore plus grands que posent les ODD en matière de mesure.

Des « données meilleures pour une vie meilleure » : un objectif que nous sommes bien déterminés à atteindre.

Références

Bumpstead, Robert et Richard Alldritt (2011), « Statistics for the people? The role of official statistics in the democratic debate », document présenté à l’occasion du 58e Congrès mondial de l’Institut international de statistiques, Dublin, 21-26 août

Durand, Martine (2012), « Données massives : promesse ou chimère ? », L’Observateur de l’OCDE n° 293, T4 2012

Durand, Martine (2012), « Mesurer le progrès : de la boussole au GPS », L’Annuel de l’OCDE, décembre

OCDE (à paraître), Comment va la vie ? 2015 : Mesurer le bien-être, Éditions OCDE

Pour plus d’informations sur l’Initiative du vivre mieux, voir www.oecd.org/fr/statistiques/initiative-vivre-mieux.htm

Voir www.Paris21.org

©L'Observateur de l'OCDE n° 303, Septembre 2015




Données économiques

PIB +0,7% T2 2017
Échanges exp +1.4% ; imp +1.7% T1 2017
Inflation annuelle 2,3% septembre 2017
Chômage 5.7% septembre 2017
Mise à jour: 14 nov 2017

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017