La Chine rejoint le Centre de développement de l’OCDE et renforce sa coopération avec l’Organisation

OCDE Observateur

Li Keqiang, Premier ministre chinois, est accueilli par le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría lors d’une visite historique au siège de l’Organisation le 1er juillet 2015.

Le 1er juillet, la République populaire de Chine a rejoint le Centre de développement de l’OCDE, étape importante dans la transformation de la Chine et sa transition vers un nouveau modèle de croissance.

La Chine devient le 49e membre du Centre de développement, créé en 1961 pour aider les dirigeants à stimuler la croissance et améliorer les conditions de vie dans les économies émergentes et en développement.

Cette adhésion a eu lieu lors d’une visite historique du Premier ministre, M. Li Keqiang, à l’OCDE, la première d’un chef de gouvernement chinois à l’organisation parisienne, marquant le 20e anniversaire des relations OCDE-Chine. La Chine est un partenaire clé de l’OCDE, comme l’Afrique du Sud, le Brésil, l’Inde et l’Indonésie, déjà membres du Centre de développement.

Li Wei, Président du Centre de recherche sur le développement du Conseil des affaires d’État, a formellement accepté l’invitation officielle de l’OCDE à rejoindre le Centre de développement, en présence du Premier ministre chinois et du Secrétaire général de l’OCDE, M. Angel Gurría.

M. Gurría s’est réjoui de cette adhésion, qu’il a qualifiée d’« opportunité historique et mutuellement bénéfique de partage des connaissances. Cette adhésion témoigne de la reconnaissance de l’expérience solide de la Chine en matière de développement et du rôle joué par le Centre de développement dans l’élaboration d’un dialogue stratégique entre les pays membres et non membres de l’OCDE, afin de faire progresser les solutions et les meilleures pratiques dans le domaine du développement durable. »

« Le Centre de développement de l’OCDE mène des recherches importantes et poursuit un dialogue de fond sur la croissance inclusive, la restructuration économique, la réduction de la pauvreté, le programme des Nations Unies post-2015, le G20, les chaînes de valeur mondiales et le développement durable, domaines dans lesquels elle a obtenu des résultats remarquables, » a déclaré le Président Li Wei. « Nous souhaitons échanger nos expériences du développement et les enseignements que nous en avons tiré avec d’autres membres du Centre de développement ».

« L’adhésion de la Chine au Centre de développement contribuera à renforcer les partenariats avec les gouvernements et les institutions de pays d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes, d’Asie centrale et d’Asie du Sud-Est », a poursuivi Mario Pezzini, Directeur du Centre de développement.

Le Centre de développement espère enrichir la collaboration croissante entre la Chine, les pays en développement et la communauté internationale, notamment via des initiatives comme « One Belt, One Road ».

La dynamique mondiale de la Chine (rôle dans la création de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures et de la Nouvelle Banque de développement des BRICS, présidence du G20 en 2016, et contribution à l’élaboration des Objectifs de développement durable, notamment) est fondamentale pour l’approfondissement de sa coopération avec la communauté internationale et la définition d’un processus de mondialisation plus inclusif.

La Chine et l’OCDE

Parallèlement à l’adhésion au Centre de développement, la coopération entre l’OCDE et la Chine a été renforcée par une Déclaration de vision à moyen terme et un Programme de travail conjoint pour 2015-16, signés en présence du Premier ministre chinois M. Li par le Secrétaire général M. Gurría et le ministre du Commerce chinois Gao Hucheng, chargé de coordonner la collaboration entre la Chine et l’OCDE.

Le Programme de travail couvre 20 domaines politiques (gestion macroéconomique, réformes structurelles, gouvernance réglementaire et publique, croissance verte…) et vise à soutenir les efforts de la Chine pour poursuivre l’ouverture de son économie.

L’OCDE mettra son expertise factuelle, ses méthodes de travail et son savoir-faire en matière de gouvernance mondiale au service de la présidence chinoise du G20 en 2016, notamment pour rechercher de nouvelles sources de croissance à l’appui d’une économie mondiale plus ouverte et plus inclusive.

« La Chine, comme l’OCDE, connaît des mutations profonds au XXIe siècle, a déclaré M. Gurría. Les accords signés aujourd’hui témoignent de notre partenariat régulier et de notre désir mutuel de concevoir des politiques meilleures pour une vie meilleure. La prochaine présidence chinoise du G20 nous donnera une autre occasion de poursuivre ces objectifs, au bénéfice de nombreux individus dans le monde entier. »

Pour plus d’informations sur les travaux de l’OCDE avec la Chine, voir www.oecd.org/fr/chine, et www.oecdchina.org en chinois

Pour plus d’informations sur l’adhésion de la Chine au Centre de développement de l’OCDE, voir www.oecd.org/fr/dev/oecddevelopmentcentreandchina.htm

©L'Observateur de l'OCDE n°303, Septembre 2015




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016