Investissement : le bon cadre

OCDE Observateur

©Nir Elias/REUTERS

L'investissement, indispensable à une reprise durable et au bien-être futur, a été durement touché par la crise. Entre 2008 et 2014, l'investissement privé était 25 % en dessous des prévisions d'avant la crise. Des infrastructures aux énergies vertes en passant par l'amélioration de l'enseignement et des soins de santé, tous les pays dépendent de l'investissement dans le capital physique et humain.

Cela vaut également pour les politiques de développement, car de gros déficits infrastructurels demeurent dans la plupart des pays, notamment dans les transports, les énergies renouvelables et les compétences. Des investissements privés et institutionnels supplémentaires seront nécessaires pour les combler.

Les pays en développement ont reçu plus de 1 000 milliards USD d'investissement direct étranger en 2012-13. Mais toutes les régions n'ont pas progressé autant qu'elles l'auraient dû : ainsi, l'Afrique représentait seulement 2 % du commerce mondial en valeur ajoutée. Remonter ce pourcentage est moins une question de ressources financières – les liquidités des sociétés et des investisseurs à long terme sont considérables – que de réformes nécessaires pour les attirer : réduire les coûts commerciaux, développer les marchés régionaux, s'insérer dans les chaînes de valeur mondiales, mettre fin à la corruption, etc.

Le Cadre d'action pour l'investissement de l'OCDE aide les responsables de l'action publique à concevoir des réformes efficaces. Utilisé par une trentaine d'économies émergentes et en développement depuis son lancement en 2006, il vise à aider les autorités à attirer les investissements et à acheminer les fonds aux bons endroits. Le Cadre porte sur une douzaine de domaines tels que la promotion et la facilitation de l'investissement, la concurrence, le commerce, la fiscalité, la gouvernance d'entreprise et les ressources humaines. Sa mise à jour de juin 2015 met davantage l'accent sur les infrastructures, les petites et moyennes entreprises et les chaînes de valeur mondiales, et intègre les questions d'égalité hommes-femmes et de croissance verte.

Le Cadre d'action pour l'investissement de l'OCDE apporte un soutien aux gouvernants, qu’ils désirent stimuler l'investissement dans les activités à faible intensité de carbone, réaliser des investissements d’infrastructure à long terme, ou encore renforcer la diligence raisonnable dans l'agriculture.

Des gouvernements, des agences d'investissement, des banques de développement et des entreprises privées dans des pays comme le Botswana, le Burkina Faso, la Zambie, la Chine, le Pérou ou le Myanmar utilisent le Cadre comme référence mondiale pour réformer les politiques d'investissement.

Pour eux et pour l'OCDE, le Cadre d'action pour l'investissement est un outil précieux de coopération pour le développement ; d’amélioration des politiques ; d’auto-évaluation, d’examen par les pairs, de partage de connaissances et d'expérience, notamment dans le cadre des discussions multilatérales sur l'investissement ; ainsi qu’une source de référence sur les bonnes pratiques internationales.

OCDE (2015), « Recommandation du Conseil sur le Cadre d'action pour l'investissement », document déclassifié, 4 juin, C/MIN(2015)6/FINAL

OCDE (2015), « Using the PFI: From Advice to Action », brochure d'information

Pour accéder à ces documents et à d'autres informations : www.oecd.org/fr/investissement/cadre-action-pour-investissement.htm

©L'Observateur de l'OCDE n°303, Septembre 2015




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016