Israël : pallier la rareté de l’eau par l’innovation

OCDE Observateur

Cliquer pour agrandir

Depuis la création de l’État d’Israël, il est vital pour sa croissance démographique et économique de surmonter les difficultés posées par le climat aride et la rareté des réserves naturelles d’eau. C’est le moteur des améliorations constantes obtenues en appliquant des techniques, pratiques et plans à long terme innovants dans le secteur de l’eau.

Actuellement, les besoins annuels d’Israël dépassent de près d’un milliard de mètres cubes sa capacité moyenne de renouvellement naturel. Néanmoins, sa consommation annuelle moyenne d’eau naturelle est désormais durable et couvre la totalité de ses besoins malgré d’immenses obstacles logistiques, biologiques et techniques, vaincus à l’aide de solutions innovantes, parmi lesquelles :

  • Fournir l’eau des réserves naturelles du nord à tout le pays, y compris le sud aride, par un réseau de transport visionnaire, construit entre 1955 et 1964 ;
  • Traiter et réutiliser en irrigation agricole presque toutes les eaux usées domestiques ;
  • Utiliser des techniques de pointe, comme l’irrigation au goutte-à-goutte automatique, installée à la racine des plants et réagissant à l’humidité ;
  • Produire de nouvelles variétés au rendement dix fois supérieur pour la même quantité d’eau ;
  • Forer des puits d’une profondeur révolutionnaire, jusqu’à 1 500 mètres, avec un réglage de pompe allant jusqu’à 500 mètres ;
  • Dessaler à grande échelle l’eau de mer et les eaux souterraines saumâtres ;
  • Prévenir la prolifération d’algues dans les réservoirs d’eau à réutiliser ;
  • Garantir la salubrité de l’eau grâce à des méthodes innovantes à plusieurs niveaux, des systèmes d’alerte précoce et d’autres technologies ;
  • Innover pour réduire au minimum les pertes d’eau non génératrice de revenus.

Innovations en matière de planification, de politiques et de tarification

L’accès à l’eau potable pour tous et la promotion d’une consommation nationale durable de l’eau ont toujours figuré parmi les objectifs d’Israël, dans ses nombreuses politiques et stratégies : le plan national à long terme relatif au secteur de l’eau entre 2010 et 2015, les innovations dans les secteurs public et privé dans des domaines clés – particulièrement gestion de la demande, utilisation rationnelle de l’eau, potabilisation – et le soutien public à l’innovation, notamment dans le programme NewTech.

En investissant dans le capital humain, la R&D, la commercialisation, l’essor des jeunes pousses et l’activité internationale, le programme NewTech fait d’Israël un champion mondial des technologies de l’eau. Il a rencontré un vif succès dans l’implantation locale et l’exportation des technologies hydrauliques innovantes d’Israël.

Le secteur agricole d’Israël est devenu l’un des leaders mondiaux en matière de conservation de l’eau, ce que l’OCDE et la FAO ont salué en 2012. Malgré le déclin spectaculaire de la consommation agricole d’eau ces dernières décennies, la production agricole continue de croître et s’exporte à 80 % environ, avec le ratio rendement/m3 d’eau le plus élevé au monde.

Israël est également pionnier du dessalement. Les réserves d’eau naturelle, bien qu’utilisées de façon exceptionnellement efficace, ne suffisent pas à satisfaire les besoins. Pour combler ce déficit, Israël a rapidement porté sa capacité de dessalement à 560 millions de mètres cubes/an (MMC/an), en se dotant d’usines par osmose inverse parmi les plus grandes et les moins coûteuses du monde, et de nombreuses innovations.

Les réussites d’Israël parlent d’elles-mêmes. En 2015, les eaux usées, l’eau saumâtre et l’eau dessalée traitées et réutilisées représentent environ la moitié de l’approvisionnement en eau (voir graphique), tandis que le secteur agricole est l’un de leaders mondiaux en termes d’efficacité de la conservation et de l’utilisation de l’eau. Israël doit ces résultats à un soutien continu apporté aux techniques et méthodes innovantes, à la gestion holistique des ressources en eau et aux stratégies visant à répondre durablement aux besoins en eau du pays.

*Compagnie nationale de l’eau d’Israël

Références

Master Plan for Water Sector Development in the Period 2010-2050, Planning Department, Département de la planification, Autorité de l’eau israélienne, Israël

Rejwan, Ariel et Abraham Tenne (2012), Israel's Innovations Overcome Water Shortages, document interne de l’Autorité de l’eau israélienne, Israël

« Water in Israel: Fast facts », voir www.investinisrael.gov.il/NR/exeres/0CB6A8B8-8561-4943-ABBE-A697DDDD1123.htm

©L'Observateur de l'OCDE n°302, T1 2015

 Podium de l'Observateur de l'OCDE par Watech, Mekorot

Note sur les données statistiques concernant Israël

Pour aller plus loin:

Israel NewTech

Délégation d'Israël auprès de l'OCDE

Le défi de l'eau : la réponse de l'OCDE

 

à lire aussi sur: israel, watech, eau, mekorot



Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016