Financement des PME par fonds propres : culture et vérités nationales

OCDE Observateur

Problème culturel? ©REUTERS/Kai Pfaffenbach

Les petites et moyennes entreprises (PME) restent en général financées par le crédit bancaire. Alors que celui-ci devient plus difficile à obtenir au sortir de la crise, le développement d’alternatives pourrait aider à remédier au déficit de financement des PME. L’OCDE étudie ces questions en utilisant les contributions du secteur privé à ses tables rondes financières.

L’enjeu consiste à stimuler la prise de participation dans un secteur économique caractérisé par un faible taux de survie et une grande diversité des entités, deux facteurs qui compliquent l’évaluation des risques. Le débat porte davantage sur l’analyse d’un environnement peu propice au financement des PME par capitaux propres que sur les solutions.

Il faut cependant tenir compte d’un élément plus fondamental de la motivation des investisseurs pour assurer un flux durable d’investissements par fonds propres des PME : le changement culturel.

L’absence de culture de la prise de participation à risque en Europe est un obstacle de taille. En Allemagne, 13,8 % seulement de la population investit dans des actions cotées, contre 50 % aux États-Unis. Les États-Unis et l’Allemagne ont tous deux observé une légère diminution de l’actionnariat depuis 2000, en raison des effets à long terme de la bulle Internet dans les années 2000 et du comportement pro-cyclique des investisseurs individuels et institutionnels, qui a conduit à une baisse de leur exposition par suite de la Grande Récession.

Comment inverser cette tendance à la baisse de la participation aux entreprises en Allemagne et dans les pays voisins ? Analysons d’abord ce qui a fait passer le nombre d’actionnaires allemands de 3,9 millions en 1992 à 6,2 millions en 2000, puis à 4,5 millions en 2013. Deux facteurs principaux peuvent expliquer la hausse : une attitude politique favorable à l’actionnariat et la tendance des investisseurs à privilégier les entreprises nationales.

Avec l’éclatement de la bulle Internet, le premier a été mis à mal, et les hommes politiques ont condamné les marchés boursiers, jugés trop dangereux. La Grande Récession a confirmé leur position. Certains, comme l’Autriche avec sa taxe sur les opérations boursières, ont même adopté des mesures énergiques d’assèchement de la liquidité.

La bulle Internet a aussi incité des millions d’Allemands à renoncer à la préférence accordée aux entreprises nationales. Celle-ci, bien documentée dans la finance comportementale, répond à des facteurs à la fois rationnels et irrationnels. La préférence locale dans le cas des investissements en faveur des PME est motivée par : la fierté associée à la participation locale ; l’aversion à l’ambiguïté (les investisseurs sont plus susceptibles de choisir une option aux risques connus plutôt qu’aux risques inconnus, et comportant peu d’éléments inconnus plutôt que beaucoup) ; l’identification au produit, au service ou à l’entrepreneur ; et la réduction des asymétries d’information grâce aux connaissances locales.

Il est facile de se renseigner sur les entreprises cotées, car l’information numérique est diffusée mondialement, mais pas de s’identifier à elles. Le biais national commun aux investisseurs institutionnels et particuliers peut servir de point de départ à une culture nouvelle de la prise de participation en Europe.

Extrait : la version complète de cet article a été publiée sur oecdinsights.org le 3 décembre 2014.

M. Schuller a participé aux tables rondes sur les marchés financiers à l’OCDE en 2014. 

©L'Observateur de l'OCDE n°301, T4 2014




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016