Le « pays heureux »

©Stefano Guzzetti/Under licence from Shutterstock

L’Australie est connue comme le « pays chanceux », avec son climat ensoleillé, ses plages magnifiques et son mode de vie décontracté. Mais saviez-vous que c’est également un pays « heureux », du moins selon les mesures du bien-être ?

En effet, l’Australie dépasse la moyenne sur quasiment tous les 11 aspects du bien-être mesurés par l’indicateur. Les résultats sont exceptionnels sur l’environnement et la santé. Les Australiens respirent un air des plus purs, qui compte beaucoup moins de ces particules fines qui s’infiltrent dans les poumons que de nombreux pays : seulement 13,1 microgrammes de PM10 par mètre cube, contre 20,1 microgrammes dans l’OCDE. Ils peuvent en outre espérer vivre jusqu’à 82 ans en moyenne, contre 80 dans l’OCDE. En plus d’être en bonne santé, ils ont également un grand sens civique, grâce notamment au vote obligatoire : 93 % des électeurs ont voté à la dernière élection générale, soit le plus haut pourcentage de la zone OCDE.

voir www.oecdregionalwellbeing.org

Les régions australiennes sont également heureuses. De fait, selon le nouvel Indicateur régional du bien-être, les huit régions australiennes font partie des 20 % de régions où la vie est la plus agréable parmi 362 prises en compte en termes d’engagement civique, d’environnement et de revenu. Même les régions australiennes les moins performantes font mieux que la moyenne de l’OCDE sur la plupart des indicateurs retenus.

Le tableau n’est cependant pas idéal. Les régions australiennes enregistrent de vastes disparités, particulièrement dans les domaines de la santé et de la sécurité, où le pays se classe quatrième et cinquième parmi les plus mauvais en termes de disparités. L’éducation pose aussi problème dans certaines régions : la part de travailleurs vivant dans les régions australiennes les moins performantes et possédant au moins un diplôme de l’éducation secondaire est de 8 points de pourcentage plus basse que la moyenne de l’OCDE.

Le plus surprenant est peut-être le faible score de l’Australie sur l’équilibre entre travail et vie privée : plus de 14 % des salariés travaillent plus de 50 heures par semaine, soit bien plus que la moyenne de l’OCDE de presque 9 %. Ce chiffre contredit la réputation de mode de vie décontracté du pays. Les utilisateurs australiens de l’Indicateur du vivre mieux l’ont d’ailleurs bien souligné, en faisant de l’équilibre entre travail et vie privée le critère le plus important d’une vie meilleure.




L’Australie a-t-elle toujours été heureuse ?

Selon un rapport récent de l’OCDE, Comment vivait-on ?, l’Australie était déjà une destination de choix au XIXe siècle. Avec l’Europe occidentale, le Canada et les États-Unis, l’Australie a énormément profité des progrès techniques de la Révolution industrielle. Logiquement pour une nouvelle colonie britannique, l’Australie affichait le PIB par habitant le plus bas des pays développés en 1820, mais elle progressait déjà sur d’autres aspects du bien-être. Ses habitants étaient plus grands que les Européens, grâce à une meilleure alimentation et à moins de maladies. L’Australie était et reste l’un des endroits les plus sûrs au monde, même lorsqu’elle est engagée dans des conflits comme la Seconde Guerre mondiale. Et même à cette époque, c’était l’un des pays les plus avancés en matière d’égalité des sexes, puisque les Australiennes ont été parmi les premières au monde à pouvoir voter et n’ont pas souffert du grand retard en matière d’instruction qu’ont connu les femmes de la plupart des pays développés jusqu’aux années 1950.

En résumé, si le soleil et la plage contribuent probablement au bonheur des Australiens, ils ont plusieurs autres raisons de se sentir heureux dans leur pays.



Références

www.oecdbetterlifeindex.org/fr

www.oecdregionalwellbeing.org

OCDE (2014), Comment va la vie dans votre région ? Mesurer le bien-être local et régional pour les
politiques publiques, Éditions OCDE, Paris, http://dx.doi.org/10.1787/9789264223981-fr.

van Zanden, J.L., et al. (éd.) (2014), Comment vivait-on ?Le bien-être à l’échelle mondiale depuis 1820, Éditions OCDE, Paris, http://dx.doi.org/10.1787/9789264214262-en

©L'Observateur de l'OCDE n°300, T3 2014

Lire aussi :

L'économie australienne

L'Australie et l'Asie : la force de la proximité

Une cartographie de l'histoire du bien-être




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016