La gouvernance en ligne en Égypte

©REUTERS/Amr Dalsh

Le printemps arabe et les mouvements sociaux et démocratiques qui ont agité une grande partie du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord n’ont peut-être pas changé le monde, comme l’espéraient des millions de gens, mais ils ont au moins renforcé l’utilisation des technologies de l’information et de la communication et le potentiel de l’administration en ligne pour favoriser la participation et l’adhésion, améliorer la transparence et restaurer la confiance du public. 

OECD e-government Studies: Egypt analyse le rôle des TI dans la transition déclenchée dans cet important pays par les exigences de la population en termes de démocratie et de justice sociale. Les auteurs rappellent qu’en janvier 2011, l’escalade des manifestations et des rassemblements a conduit à la démission du président Moubarak. C’est ainsi que le mouvement de la base lancé et soutenu par des foules immenses généralement bon enfant, reflétant la diversité de la société égyptienne, a ouvert un nouveau chapitre de l’histoire de ce grand pays.

Il ne faut pas sous-estimer le rôle joué par Internet, les médias sociaux et les smartphones, selon les auteurs, car ils ont permis aux citoyens de diffuser l’information et de coordonner les actions dans des proportions sans précédent.

Alors que la poussière retombe, l’administration en ligne pourrait-elle devenir un puissant outil du futur émergent de l’Égypte, et transformer définitivement le printemps en été ? L’idée séduit, mais il faut voir les obstacles, principalement le problème des dotations budgétaires qui, en Égypte, se font par ministère et par projet, et non à l’échelle de l’ensemble des administrations. Cela crée un cloisonnement qui, tout en donnant l’impression d’une plus grande autonomie et d’un contrôle direct, réduit les incitations à la coordination interministérielle. Tout le monde y perd, car il est pratiquement impossible de lancer les gros investissements en TI dont l’Égypte a tant besoin. En bref, les services de l’État devraient se souvenir des enseignements du printemps arabe et faire comme la population : utiliser les TI pour abattre les cloisons, coordonner leurs actions et chercher à aller véritablement vers le progrès.

OCDE (2013), OECD e-Government Studies: Egypt, Paris ISBN : 978926417877-9

Voir www.oecd.org/fr/gov

Voir aussi  www.oecd.org/fr/gov/innovation-publique

©L'Observateur de l'OCDE n° 294, T1 2013




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016