La BRVM, une solution pour les entreprises de l’UEMOA

Sponsorisé par la BVRM

1. Pouvez-vous nous présenter la BRVM et dresser un premier bilan de son activité ?

La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) est une bourse commune aux huit pays regroupés au sein de l’UEMOA : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. Elle a démarré ses activités le 16 septembre 1998. Sa création est l’aboutissement d’un processus engagé depuis la signature du traité instituant l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA), le 14 novembre 1973. Après 15 ans d’existence, la BRVM a 37 sociétés à sa cote et une capitalisation boursière du marché des actions de 4,973 milliards de FCFA, soit une croissance de 388 %. Quant au marché des obligations, il est passé d’une capitalisation de 83 à 957 milliards de FCFA, soit une progression de 1 053 %. Les indices BRVM 10 et BRVM Composite s’établissent à 224 et 205 points, à comparer à la base 100 au démarrage en 1998. Le bilan de la BRVM est donc positif depuis sa création.

2. Quels sont les projets que vous entendez mettre en œuvre afin de renforcer le rôle de la BRVM comme instrument au service du financement des économies d’Afrique occidentale ?

Les entreprises de la zone UEMOA doivent rechercher des ressources à long terme pour financer leur croissance, conquérir des marchés et soutenir la concurrence continentale dans leur secteur d’activités. La Bourse est une solution pour les accompagner. C’est un défi que la BRVM veut relever pour apporter sa contribution à l’accélération de la croissance au sein de notre Union. C’est pourquoi, la BRVM a retenu de grandes orientations stratégiques pour les années à venir : faciliter l’accès des entreprises au financement par le marché, être plus accessible aux investisseurs et accroître sa visibilité régionale et internationale. Notre passage au système de cotation en continu participe de cette dynamique. De plus, nous travaillons à l’ouverture d’un nouveau compartiment pour les PME/PMI et les entreprises à forte croissance, au développement de l’épargne en valeurs mobilières, et à la diffusion et la vulgarisation de l’information boursière auprès des populations, etc.

Sponsorisé par la BVRM. Voir www.brvm.org

Voir aussi www.uemoa.int

www.oecd.org/fr/afrique

www.oecd.org/fr/daf/inv

©L'Observateur de l'OCDE n° 296, T3 2013

Tous les articles Podium à (re)lire en cliquant ici

 




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017