L’école paie-t-elle ?

Cliquez pour agrandir

Les enseignants sont la clé de voûte d’un enseignement de qualité. Il n’est donc pas surprenant que leurs salaires constituent le premier poste de dépenses du système éducatif, à forte intensité de main-d’oeuvre. 

Pour attirer, motiver et retenir des enseignants de qualité, les salaires et les conditions de travail sont importants. Les enseignants sont le pilier du secteur éducatif, lui-même déterminant pour la productivité et la croissance.

Les niveaux de salaire des enseignants sontils adaptés à leur mission ? En 2011, le salaire brut statutaire de base des enseignants du premier cycle du secondaire ayant 15 ans d’expérience variait de moins de 15 000 USD par an en Estonie, Slovaquie et Hongrie, à plus de 60 000 USD au Luxembourg, en Allemagne et aux Pays-Bas. Dans les pays membres de l’OCDE, la moyenne est de presque 40 000 USD.

Pour enseigner, il faut un diplôme de l’enseignement tertiaire. En termes de salaire, où se situent les enseignants par rapport à d’autres professionnels ayant investi autant de temps, d’argent et d’efforts pour un diplôme de niveau équivalent ?

Dans presque tous les pays de l’OCDE, les salaires bruts des enseignants sont inférieurs à ceux des employés ayant le même niveau d’études. En Espagne, en Corée, au Luxembourg et au Portugal, c’est l’inverse. En Nouvelle-Zélande, au Canada, en Allemagne et en Finlande, les salaires statutaires des enseignants sont à peu près équivalents aux rémunérations moyennes des travailleurs diplômés de l’enseignement tertiaire, mais en Slovaquie, Islande, Italie et Autriche, ils sont sensiblement inférieurs.

Voir www.oecd.org/fr/education/ et www.oecd.org/fr/edu/




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Abonnez-vous dès maintenant
Edition en ligne
Edition précédente

Ne manquez pas

  • L'école est-elle toujours l'un des principaux vecteurs d'intégration en France? Le niveau d'instruction de la population française progresse mais les inégalités aussi. Une analyse d'Eric Charbonnier et de Jean-Christophe Dumont de l'OCDE à lire sur Lemonde.fr.
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • Véhicules « caillassés », retournés, vandalisés, bagarres, embuscades pour « coincer » des chauffeurs UberPop… depuis quelques jours, la grogne des artisans taxis prend de l’ampleur. Le Monde vous explique l'actuelle grève des chauffeurs de taxi en 3 points.
  • Le nombre de chômeurs devrait baisser à partir de cet été, selon l'Unédic, qui estime que plus de 90.000 devraient quitter les listes de Pôle emploi d'ici à fin 2016. Mais les travailleurs précaires devraient être plus nombreux. A lire dans le JDD.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • Alors que la FIFA est secouée par un scandale financier de grande ampleur, des sponsors tels que Coca-Cola et Visa remettent en question leur soutien au vu du décès de nombreux travailleurs sur les chantiers qataris du Mondial de 2022. A lire dans Libération.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2015