De l’importance des négociations UE/États-Unis sur les échanges et l’investissement

Francois Lenoir/Reuters

Depuis début 2013, l’UE et les États-Unis négocient pour approfondir la libéralisation des échanges et de l’investissement. Un accord en 2014 serait bénéfique pour les protagonistes, certes, mais pour d’autres aussi. Explication. 

Le cycle de négociation actuel entre l’UE et les États-Unis dans le cadre du Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP) est riche de promesses. S’il aboutit, ce partenariat serait le plus important accord de libre-échange jamais conclu, et porterait sur environ 50 % de la production, près de 30 % des échanges de biens (échanges intracommunautaires compris, mais hors échanges de services) et 20 % des investissements directs étrangers (IDE) de la planète.

L’UE et les États-Unis sont chacun le principal partenaire commercial et d’investissement de l’autre. En 2012, l’UE a accueilli 63 % des IDE américains et était à l’origine de 44 % des IDE reçus par les États-Unis. Les échanges de flux bilatéraux entre les deux acteurs ont généré un cinquième de l’ensemble des fusions et acquisitions. Les États-Unis représentent 20 % des exportations ainsi que des importations de l’UE (hors échanges intracommunautaires), tandis que l’Union européenne représente 28 % des exportations et 24 % des importations américaines.

Mesurés en valeur ajoutée, ces échanges sont encore plus importants qu’en termes bruts (voir graphique). En valeur ajoutée, les États- Unis reçoivent ainsi 23 % de l’ensemble des exportations de l’UE et lui fournissent 21 % de ses importations. L’Union européenne, quant à elle, représente 29 % des exportations et 27 % des importations des États-Unis. En d’autres termes, ceux-ci sont de loin la principale destination de la valeur ajoutée de l’UE et les principaux pourvoyeurs de valeur ajoutée dans les importations de l’Union.

Les barrières commerciales transatlantiques étant déjà faibles, un accord éventuel permettrait avant tout d’aplanir les obstacles aux échanges et à l’investissement pardelà les frontières. Il y aurait, par exemple, des avantages notables à ouvrir les marchés publics aux États-Unis et dans l’Union européenne, à tous les niveaux d’administration.

Une étude de l’OCDE estime que le gain de prospérité pourrait atteindre 3 à 3,5 % du PIB annuel pour l’UE et les États-Unis, tandis que d’autres l’évaluent entre 0,5 % et 3,5 % du PIB. Un rapport entrevoit même un gain pouvant atteindre 13 % du PIB pour les États-Unis et 5 % pour l’UE. Alors que ces économies sont contraintes d’assainir leur budget sur le long terme et que le chômage reste élevé, ces bénéfices paraissent considérables, d’autant plus qu’ils n’appellent aucune dépense ou emprunt supplémentaires.

Ces estimations ne rendent pas compte du dynamisme que pourrait insuffler la libéralisation des échanges et de l’investissement, ni de l’élan qu’il donnerait à la productivité. Pourtant, aux yeux de nombreux commentateurs, ce sont là les principaux gains potentiels, bien qu’ils n’aient pas été analysés dans les études effectuées jusqu’à présent.

Cliquez pour agrandir

Entre les États-Unis et l’UE, les échanges sont en grande partie intrasectoriels et intragroupe. C’est donc probablement au sein des chaînes de valeur existantes que le TTIP fera évoluer la donne, en agissant par exemple sur le lieu de prestation de certains services de commercialisation, plutôt qu'en entraînant la délocalisation de secteurs entiers. Les marchés étant déjà étroitement intégrés, la bonne démarche consiste sans doute à chercher des solutions pour lever les freins inutiles et coûteux aux échanges et à l’investissement.

Cela entraînera une diminution des coûts qui profitera naturellement aux entreprises et stimulera la croissance et l’emploi chez les deux partenaires. En outre, de nouveaux dispositifs réglementaires aux États-Unis et dans l’UE, plus efficaces, sont par nature non-discriminatoires ; des partenaires commerciaux pourraient donc en bénéficier sans être directement impliqués dans un éventuel accord.

Ainsi, les bienfaits sont dans l’ensemble bien plus vastes que ce que les seules mesures bilatérales donneraient à penser.

Quid du système commercial multilatéral ? Le TTPI n’en reste pas moins un processus bilatéral plutôt que multilatéral, ce qui lui vaut généralement d’être considéré comme un optimum de second rang. Toutefois, les États-Unis et l’UE sont les principales sources et destinations d’exportation, d’importation et d’investissement de nombreux autres pays, lesquels pourraient donc aussi tirer parti d’un accord ambitieux. À vrai dire, ce dernier pourrait devenir une référence et ouvrir la voie à une intégration profonde et globale des échanges et de l’investissement dans le monde.

En résolvant un plus grand éventail de questions délicates et complexes jusqu’ici absentes des négociations de l’OMC, l’accord serait la pierre angulaire de futures initiatives multilatérales, conformément à la tendance actuelle à « multilatéraliser » des dispositions d’accords commerciaux régionaux allant au-delà de celles de l’OMC. Toutefois, si l’éventuel accord se contentait de libéraliser marginalement les échanges et l’investissement, aux frontières comme au-delà, le TTIP ne serait qu’un accord parmi les centaines d’arrangements bilatéraux et régionaux qui existent déjà.

En annonçant l’ouverture de négociations en vue du TTIP, les États-Unis et l’UE ont fait dûment preuve d’ambition : ils ont mis l’accent sur les obstacles qui continuent de peser sur les échanges et l’investissement aux frontières et au-delà, tout en reconnaissant explicitement les différences ancrées qui les séparent sur des sujets sensibles. Dans certains domaines, rien ne garantit que des solutions acceptables par tous se dessinent à court terme, mais les différences pourraient s’estomper avec le temps grâce à des initiatives innovantes des accords de reconnaissance mutuelle aux organes consultatifs mixtes destinées à améliorer la collaboration internationale en matière de réglementation.

La transparence jouera également un rôle primordial. En cas d’accord, les questions de réglementation devraient être centrales. Un processus transparent d’élaboration et de mise en oeuvre des réglementations permettra donc à d’autres pays de décider s’ils souhaitent appliquer eux aussi ces mesures, et comment. Certaines, de ces réglementations notamment celles visant à améliorer les procédures aux frontières et l’efficacité des dispositions de lutte contre la corruption, sont non discriminatoires par nature et ont des retombées favorables au-delà des frontières de l’UE et des États-Unis.

S’il aboutit, le TTIP pourrait aussi être ouvert à d’autres participants désireux et capables d’adhérer à ses dispositions. Dans le domaine de l’investissement, les États-Unis et l’UE sont déjà liés par la clause de la nation la plus favorisée (NPF) prévue par les Codes de libération de l’OCDE. Autrement dit, toute mesure de libéralisation découlant du TTIP devrait être étendue aux autres adhérents aux Codes de l’OCDE.

Il serait également envisageable d’étendre la reconnaissance mutuelle des normes aux autres pays avec lesquels les États-Unis ou l’UE ont déjà conclu un accord comparable.

Les progrès décisifs accomplis en décembre à Bali lors des négociations sur les échanges multilatéraux sont très utiles à l’OMC et au système commercial multilatéral, et apporteront des bienfaits substantiels, notamment aux pays en développement. Tout doit être mis en oeuvre pour entretenir le progrès. Certes, les pays continueront inévitablement à explorer d’autres voies en parallèle. Heureusement, ces optimums de second rang peuvent étayer un système commercial multilatéral efficace s’ils sont ambitieux, innovants dans des domaines sensibles et aussi ouverts que possible à la participation, tout en se prêtant au multilatéralisme. Ajoutons-leur les avancées réalisées à Genève, et il sera plus facile de parvenir à concilier régionalisme et multilatéralisme et à ce que ces deux mouvements se renforcent mutuellement.

Il est une autre dimension à prendre en compte, qui concerne les échanges en valeur ajoutée et les chaînes de valeur mondiales. Les travaux réalisés jusqu’ici par l’OCDE à ce sujet soulignent que l’ouverture des échanges et de l’investissement est une composante importante des réformes structurelles globales et favorables à une croissance solide, durable, équilibrée et inclusive. Pour autant, les conséquences de cette ouverture sur l'action publique des pays – quel que soit leur niveau de développement – et sur les secteurs et les entreprises aux caractéristiques, structures et tailles différentes, restent peu connues. Notre objectif est d’intégrer les échanges en valeur ajoutée au système statistique international, d’élargir l’éventail des pays, secteurs et indicateurs couverts, et d’étendre notre analyse à l’ensemble des domaines de l’action publique concernés. Il est prévu que ces travaux soient menés dans le cadre d’un réseau étendu de pays et d’institutions partenaires.

Références

Ash, Ken (2012), « Échanges : les faits », L’Observateur de l’OCDE n° 293 T4 2012

Thompson, Lyndon (2013), « Bénéficier des échanges en valeur ajoutée », L’Observateur de l’OCDE n° 295 T2 2013

Voir la base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée sur www.oecd.org/fr/echanges 

© L’Observateur de l’OCDE n° 297 T4 2013




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Le choix de la rédaction

  • Stefano Scarpetta était l'invité de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1: l'occasion de commenter l'enquête de l' OCDE sur les inégalités de revenus dans les 34 pays membres. Retrouvez l'intégralité de l'interview.
  • "53% des affaires de corruption transnationale ont impliqué les cadres de l'entreprise ou le PDG". Découvrez les résultats du Rapport de l'OCDE sur la corruption transnationale.
  • Le samedi 29 novembre, Angel Gurría était l'invité de l'émission "On n'arrête pas l'éco". Un podcast à (ré)écouter sur le site de France Inter.
  • Notables avancées contre la fraude et l'optimisation fiscales au G20: un article à lire sur le site des Echos.
  • Evasion fiscale: y a-t-il encore de la place aux paradis? De nouvelles avancées majeures donnent un coup d’accélérateur à la coopération internationale au service de la lutte contre la fraude fiscale. Interview avec Pascal Saint-Amans à (ré)écouter sur le site de France Culture.
  • Panorama des Statistiques de l'OCDE 2014: Economie, environnement et société:Le Panorama des statistiques de l'OCDE 2014 est une publication statistique annuelle globale. Plus de 100 indicateurs couvrent une large gamme de sujets.
  • Enquête sur le "vivre mieux": les Français privilégient l'immatériel au matériel - toutes les explications avec Anthony Gooch sur la chaine Youtube du journal Les Echos.
  • L'indicateur du vivre mieux: selon vous, quelle est la recette d'une vie meilleure ? Créez votre propre indicateur en utilisant notre outil interactif et découvrez ce qui importe le plus aux gens suivant leur pays.
  • Et vous, quelle définition donneriez vous du "vivre mieux"? Dans cette vidéo produite par des étudiants de la Sorbonne, vous découvrirez l'avis de jeunes personnes venant des quatre coins du monde.
  • En Afrique, l'investissement dans le secteur énergétique peut être le moteur d'un développement économique et social rapide dans toute la région. Découvrez l'édition spéciale de l' Africa Energy Outlook publié par l'Agence internationale de l'énergie en cliquant sur la couverture.
  • Lutter contre la crise actuelle du chômage des jeunes: voilà en substance le message d'Angel Gurría, Secrétaire général de l'OCDE, lors de son allocution au Women's Forum. Retrouvez son discours sur le site du huffingtonpost en cliquant sur l'image !

Articles les plus lus

Abonnez-vous dès maintenant

n° 299 T2 2014

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Abonnez-vous dès maintenant
Edition en ligne
Edition précédente

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2014