Le vrai prix du carbone

Mazzzur. Licence accordée à Shutterstock.com

Le dioxyde de carbone (CO2) est un gaz à longue durée de vie. Près de la moitié du CO2 émis en 2013 sera encore présent dans l’atmosphère dans un siècle, de sorte que sa concentration – donc son potentiel de réchauffement – augmentera au fil du temps. 

Sauf si l’on parvient à stopper son accumulation. L’OCDE invite tous les pays à atteindre cet objectif : ramener à zéro les émissions d’ici le milieu du siècle. Pour y parvenir, ils devront rapprocher davantage le prix explicite des émissions de CO2 de leur coût réel, tout en privilégiant les solutions les plus économiques.

Aujourd’hui, le prix explicite du carbone est bien trop bas, et les incitations à la réduction des émissions sont donc insuffisantes. Dans la plupart des pays, les faibles taxes sur l’essence et le gazole ne rendent pas pleinement compte des coûts sanitaires et environnementaux de l’utilisation d’un véhicule. Lors des tentatives pour attribuer un prix explicite aux émissions de carbone, celui-ci a souvent été faussé par des mesures contradictoires. Par exemple, certains gouvernements s’emploient à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), tout en accordant des subventions aux consommateurs et aux producteurs de combustibles fossiles, subventions estimées à plus de 500 milliards USD par an dans le monde. Que peuvent faire les gouvernements pour corriger cette situation ? Tout d’abord, ils doivent adopter des mesures pour affecter un prix explicite au carbone. Ceci peut se faire par des taxes sur les émissions de carbone ou sur les combustibles fossiles, ou par des systèmes d’échange de droits d’émission, c’est-à-dire par l’échange d’un volume plafonné de quotas d’émission sur un marché ouvert, comparable à un marché boursier.

Bien que généralement beaucoup plus économiques que les autres instruments de limitation des émissions de GES, ces mesures peuvent susciter une opposition politique. L’expérience montre cependant que l’on peut atténuer cette résistance en annonçant l’adoption de ces instruments suffisamment tôt pour que l’industrie s’y prépare, et en compensant d’éventuelles retombées négatives sur la compétitivité par des mesures d’accompagnement telles que la redistribution de recettes fiscales vers l’industrie. À cet égard, une bonne stratégie de communication est essentielle, non seulement pour sensibiliser le public aux risques des changements climatiques en l’absence d’une réduction forte des émissions, mais aussi pour l’informer quant à l’utilisation des recettes fiscales. Au Canada, la province de Colombie-Britannique a ainsi pu appliquer son projet de taxe carbone : initialement hostile, l’opinion publique est devenue majoritairement favorable à cette taxe peu après sa mise en place (voir la section Livres, page 45).

Les gouvernements doivent être bien conscients de ce qu’une panoplie optimale de mesures doit recouvrir. Les mesures non tarifaires pouvant aussi, comme les taxes et les systèmes d’échange, contribuer à attacher un prix au carbone, les gouvernements doivent dresser un inventaire précis des mécanismes qui agissent implicitement sur la tarification du carbone, sans quoi le coût de réduction des émissions pourrait devenir prohibitif. Dans le secteur de l’électricité, par exemple, les subventions d’équipement représentent un coût moyen de 176 € par tonne d’émissions de CO2 évitées ; ce coût est de 169 € dans le cas des tarifs d’achat (contrats à long terme avec des producteurs d’énergie, normalement basés sur le coût de la production d’énergie renouvelable), mais de seulement 10 € dans celui des systèmes d’échange. Les subventions d’équipement et les tarifs d’achat sont toutefois bien plus répandus, malgré leur coût plus élevé. En outre, les gouvernements doivent réexaminer l’ensemble de leur politique budgétaire pour s’assurer de sa cohérence avec leur politique climatique. Ils doivent ainsi veiller à ce que les transferts budgétaires et les dépenses fiscales n’encouragent pas, directement ou indirectement, l’utilisation ou la production de combustibles fossiles. Dans les pays de l’OCDE, ce sont surtout les exonérations de taxes sur l’énergie qui sont en cause, plutôt que les subventions directes.

Consommateurs, producteurs et investisseurs doivent comprendre que les actions visant à établir un prix explicite des émissions de carbone s’inscrivent dans le cadre d’un objectif plus large : la lutte contre le changement climatique et ses effets néfastes. Elles sont donc profitables à tous. Face à ce défi, les gouvernements ne doivent pas relâcher leurs efforts, malgré le contexte économique difficile : il en va de la crédibilité des politiques climatiques.

Voir www.oecd.org/fr/environnement/cc et www.oecd.org/environment/climate-carbon.htm

© L’Observateur de l’OCDE n° 297 T4 2013




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Le choix de la rédaction

  • Combien coûte un étudiant en France ? Le Monde compare le prix des études dans l'Hexagone à celui des autres membres de l'OCDE.
  • Désindustrialisation et précarisation de l’emploi ne sont pas seulement le lot des ouvriers: l’atelier d’assemblage de moteurs où travaille Axelle (photo ci-dessus) emploie une forte proportion de femmes, souvent jeunes et intérimaires. Découvrez l’enquête photographique de Mediapart en cliquant sur l’image. © Raphaël Helle / Signatures / La France VUE D'ICI
  • Les energies renouvelables (ENR) sont à l'honneur. Compte tenu des objectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial, les ENR semblent avoir un avenir prometteur devant elles selon les Echos.
  • [Vidéo] Migrations internationales: un enjeu planétaire. Interview de Jean-Christophe DUMONT, Chef de la division des migrations internationales auprès de l'OCDE, auditionné par le Conseil Economique, Social et Environnemental.
  • Paris 2015 En vue de la conférence de décembre 2015 contre le changement climatique, le président français François Hollande est en visite officielle aux Philippines, pays qui subit déjà les conséquences de ce phénomène.
  • Je vois chaque jour...Découvrez qui sont les finalistes du concours Instagram organisé par la Banque mondiale et votez pour votre photo préférée!
  • SwissLeaks: Pascal Saint-Amans, directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, analyse les réformes en cours pour lutter contre la fraude fiscale. Une interview à lire sur le site de L'Express.
  • "L'alliance de la pâquerette et du PIB", ou comment les politiques environnementales ne nuisent pas (nécessairement) à la productivité. Un article paru sur Lemonde.fr.
  • Pas de croissance inclusive sans égalité de genre. Corriger les inégalités dont sont victimes les femmes africaines en matière de rémunération, de choix du métier et de sécurité de l’emploi permettrait d'obtenir des effets positifs non négligeables sur le développement.
  • Une histoire d'amour? Lors de sa rencontre avec Angel Gurría, le Premier Ministre grec Alexis Tsipras lui a exposé son souhait de faire de l'OCDE le nouveau prescripteur de réformes d'Athènes.
  • Le vélo, outil clé du développement ?En plus d'être un moyen de déplacement écologique, économique et bénéfique pour la santé, le vélo et son industrie génèrent de nombreux emplois. En parallèle des transports en commun, le vélo semble être un moyen prometteur de répondre aux objectifs de développement durable.
  • Le chômage est-il mauvais pour la santé ? Plusieurs études tendent à montrer qu'être sans emploi pendant six mois ou plus se traduit par une diminution du bien-être chez le chômeur lui-même, mais aussi au sein de sa famille et de la communauté dans laquelle il vit.
  • Alors que le président François Hollande présente ses voeux au monde éducatif, Eric Charbonnier de l’OCDE rappelle sur LCI que "la sanction, c'est le redoublement", tout en présentant des alternatives.
  • Stefano Scarpetta était l'invité de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1: l'occasion de revenir sur l'enquête de l' OCDE sur les inégalités de revenus dans les 34 pays membres. Retrouvez l'intégralité de l'interview.
  • "53% des affaires de corruption transnationale ont impliqué les cadres de l'entreprise ou le PDG". Découvrez les résultats du Rapport de l'OCDE sur la corruption transnationale.
  • Le samedi 29 novembre, Angel Gurría était l'invité de l'émission "On n'arrête pas l'éco". Un podcast à (ré)écouter sur le site de France Inter.
  • Enquête sur le "vivre mieux": les Français privilégient l'immatériel au matériel - toutes les explications avec Anthony Gooch sur la chaine Youtube du journal Les Echos.
  • L'indicateur du vivre mieux: selon vous, quelle est la recette d'une vie meilleure ? Créez votre propre indicateur en utilisant notre outil interactif et découvrez ce qui importe le plus aux gens suivant leur pays.
  • Et vous, quelle définition donneriez vous du "vivre mieux"? Dans cette vidéo produite par des étudiants de la Sorbonne, vous découvrirez l'avis de jeunes personnes venant des quatre coins du monde.

Articles les plus lus

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Abonnez-vous dès maintenant
Edition en ligne
Edition précédente

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2015