OCP, un acteur industriel engagé pour une agriculture performante et durable en Afrique

Sponsorisé par OCP

Discussion sur les résultats des tests agronomiques des produits Engrais complexes en Éthiopie

OCP, un des leaders mondiaux des phosphates et produits dérivés, s’est résolument engagé à contribuer au développement durable de l’agriculture en Afrique et à contribuer à une réelle révolution verte du continent. 

Les engrais phosphatés, la clé pour améliorer la productivité agricole en Afrique


Les engrais sont des éléments vitaux pour le développement durable de l’agriculture. En Afrique, leur utilisation raisonnée peut contribuer efficacement à renverser la tendance d’une faible productivité agricole. En effet, l’Afrique représente 18 % des terres arables de la planète, cependant le continent ne représente que 1 % de la consommation mondiale d’engrais, et ce malgré le développement de cultures à fort potentiel destinées à l’export.

OCP s’est engagé dans des actions concrètes contribuant au développement agricole en Afrique


OCP, acteur majeur de l’agriculture mondiale, compte jouer le rôle de locomotive dans le processus d’amélioration de la productivité agricole en Afrique. Avec des réserves de phosphates parmi les plus importantes au monde, une production marchande de 28 millions de tonnes qui sera portée à 50 millions à l’horizon 2020 et une expertise de près de 50 ans dans le domaine des engrais, OCP s’est engagé à investir plus de 15 milliards de dollars sur la décennie 2010-2020. Le Groupe dispose ainsi des atouts nécessaires pour tirer vers le haut la productivité agricole du continent. 

OCP est convaincu que l’Afrique recèle des potentialités énormes pour assurer sa sécurité alimentaire, à condition d’adopter de bonnes stratégies de développement agricole. C’est pourquoi l’amélioration du taux d’utilisation des engrais demeure le fondement de toute stratégie agricole visant à accroître sensiblement la productivité agricole du continent.

La démarche du Groupe pour le marché africain s’articule autour de trois axes :

Apprendre


Parce que le marché africain a ses propres spécificités, OCP a dédié une équipe à l’étude des particularités du continent, à travers la rencontre et l’échange avec les distributeurs locaux, les organismes étatiques et les instituts de recherche agronomiques de plusieurs pays en Afrique. De plus, afin d’améliorer sa connaissance des spécificités agricoles africaines, le Groupe parraine et participe aux forums et conférences internationaux d’envergure, en lien étroit avec le sujet.

S’engager


Pour sécuriser durablement l’approvisionnement du continent, OCP a dédié des volumes de production à l’Afrique, indépendamment de la demande internationale. La sécurisation de ces volumes représente un investissement d’environ 600 millions de dollars pour la construction d’une unité spécifique sur la plateforme industrielle du groupe à JorfLasfar.

Innover


OCP crée des nouveaux produits innovants qui répondent à des besoins spécifiques, appelés « Produits performants aux phosphates » (PPP).

En 2012, OCP a lancé, en plus de la formule de base « PPP-Application directe-Teractiv », trois formules spécifiques de en application directe afin de répondre aux besoins de trois cultures : le cacao, le coton et le maïs.

Récemment, OCP a également lancé un projet ambitieux: une carte de fertilité des sols du Maroc. Cet outil, public et gratuit, est une base de données géographiques et scientifiques des sols, afin de faciliter la mise en place d’une agriculture raisonnée et productive. OCP compte capitaliser sur l’expérience acquise pour aider à la réalisation d’un outil similaire dans les pays d’Afrique subsaharienne.

Le Groupe a mis en place à partir de 2012 sur le marché marocain un modèle innovant de partenariat public-privé qui l’engage lui, les distributeurs, ainsi que les petits agriculteurs, dans un cercle vertueux de création de valeur, faisant intervenir la Fondation OCP.

L’un des outils de ces contrats packages est la « Caravane OCP » dont les éditions ont sillonné le Maroc pour se rapprocher des agriculteurs et leur prodiguer les meilleurs conseils. La Caravane OCP Céréales 2012 a été présentée à Dakar en mars 2013, lors de la 4e édition de la conférence FMB Africa. 

Sponsorisé par OCP. Voir www.ocpgroup.ma/

Voir aussi www.oecd.org/fr/agriculture/

© L’Observateur de l’OCDE n° 296 T3 2013

Tous les articles Podium à (re)lire en cliquant ici




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016