« Nous offrons un service complet et personnalisé aux investisseurs »

Sponsorisé par APIEX

Le Président Ali Bongo Ondimba s’est fixé comme objectif de faire du Gabon un pays émergent. Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste ce projet et quels sont les moyens mis en oeuvre pour atteindre cet objectif ?

Le Président de la République, Chef de l’État, son Excellence Ali Bongo Ondimba, a inscrit son mandat dans la réalisation d’un projet de société visant l’émergence du Gabon à l’horizon 2025, et porté par la diversification de l’économie, l’exploitation durable de ses ressources et l’amélioration de la qualité de vie des Gabonais. La mise en oeuvre de ce projet repose sur trois piliers de transformation et de croissance que sont le Gabon Vert, le Gabon Industriel et le Gabon des Services.

Quels sont aujourd’hui les secteurs prioritaires pour l’investissement direct étranger ?


Comme nous l’avons dit pour la question précédente, l’un des objectifs du Président de la République est la diversification de l’économie gabonaise. Diversification consistant à réduire notre forte dépendance vis-à-vis des matières premières et à créer des nouvelles sources de richesses. Cela, par un attrait d’investissements directs étrangers dans les secteurs suivants : forêt-bois ; agriculture ; pêche ; hydrocarbures ; mines ; tourisme ; services numériques ; infrastructures (transports, énergies et habitat) ; et autres services (éducation-formation, audiovisuel, santé, services culturels et financiers).

Pouvez-vous nous rappeler quelles ont été les mesures mises en oeuvre récemment pour renforcer l’attractivité de l’économie gabonaise et améliorer l’environnement des affaires?


Pour améliorer son environnement des affaires, le Gabon a récemment pris des mesures portant sur l’amélioration du positionnement du Gabon dans le classement « Doing Business », de la prise en charge des grandes fonctions d’appui au secteur privé et du cadre incitatif.

S’agissant de son positionnement dans le « Doing Business », le Gabon ambitionne d’intégrer le Top 10 des pays africains. Pour ce faire, un accent particulier est mis sur la réduction des coûts, des délais et des procédures dans les domaines suivants : la création d’entreprises, la protection des investisseurs, le transfert de propriétés, l’exécution des contrats, l’octroi du permis de construire et le commerce transfrontalier. Un accord de financement pour le Projet de Promotion des investissements et de la compétitivité a été mis en place avec la Banque mondiale.

S’agissant de l’amélioration des fonctions d’appui au secteur privé, les organismes suivants ont été crées :
• Une Agence de promotion des investissements et des exportations (APIEX), remplissant les fonctions d’accompagnement, de conseil et de promotion du secteur privé.

• Le Centre de développement des entreprises (CDE), comprenant un Guichet unique de création d’entreprises, permettant de réduire considérablement les délais de création en passant de 58 jours à moins d’une semaine.

• Une Agence nationale de l’urbanisme, des travaux topographique et du cadastre, réduisant les procédures d’octroi du permis de construire et d’accès à la propriété.

En ce qui concerne le cadre incitatif, le Gabon dispose des incitations de droit commun propres à toutes les entreprises et d’autres incitations prévues par des codes sectoriels. L’une des réformes les plus importantes a été la création des zones économiques spéciales (ZES), qui prévoient des facilitations administratives et des incitations fiscales pour les investisseurs.

De quelle façon l’APIEX accompagne-t-elle les entreprises intéressées par le marché gabonais ?


Dans l’accompagnement des investisseurs intéressés par le marché gabonais, l’APIEX offre un certains nombre de services :
• La mise à disposition d’informations pertinentes sur le pays et les secteurs porteurs (indicateurs économiques, incitations fiscales et non fiscales, procédures administratives et facteurs de production). Dans ce cadre, son site Internet constitue un outil stratégique.

• Un service de facilitation pour l’accompagnement des investisseurs et des opérateurs économiques dans leurs démarches d’investissement (démarches administratives).

• Un service de suivi qui permet de faciliter et de susciter un renouvellement des investissements

• En définitive, nous pouvons dire que l’APIEX offre un service personnalisé aux investisseurs depuis la recherche d’information jusqu’à la réalisation du projet et au suivi de ce dernier.

STABILITÉ POLITIQUE
• Un modèle de stabilité politique dans une région en proie aux troubles

• Chaque alternance politique post-indépendance s’est déroulée de manière démocratique

INDICATEURS ÉCONOMIQUES FORTS


• Ces 5 dernières années, le taux de croissance du Gabon dépasse celui des pays industrialisés, et même celui de certains BRICS

• Les perspectives économiques sont très positives puisque le Gabon diversifi e ses activités en dehors des exportations de pétrole

• D’importants investissements à long terme ont été réalisés dans les infrastructures, les logements sociaux et l’éducation

INFRASTRUCTURES ET ZONES ÉCONOMIQUES SPÉCIALES (ZES)


Le Gabon prévoit l’établissement de trois ZES qui offriront des avantages fi scaux et des infrastructures :
• Nkok, à 30 km de Libreville, sera opérationnelle en 2013, avec plus de 60 entreprises principalement spécialisées dans le traitement du bois

• L’île Mandji, à proximité de Port-Gentil, sera dédiée à l’aval et au traitement pétroliers, ainsi qu’aux activités de haute technologie

• Une troisième ZES proche de Franceville et de la frontière avec le Congo sera consacrée à l’industrie agroalimentaire

PLAQUE TOURNANTE RÉGIONALE


• La situation géographique du Gabon fait du pays le point d’entrée et la plaque tournante de la région

• Accès à la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), qui compte 120 millions de personnes, et à la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), zone douanière commune regroupant 450 millions de personnes

DIVERSIFICATION ÉCONOMIQUE


Une stratégie claire visant à diversifi er l’économie du pays a été mise en oeuvre en 2009 pour augmenter le PIB de 2 % à 3 %.

Le Gabon s’est fixé pour objectif d’augmenter les activités suivantes :
• la filière bois, qui prévoit d’attirer davantage d’acteurs de niveau 2 et 3

• l’aval pétrolier, avec le développement de projets pétrochimiques et d’engrais

• le secteur minier, qui compte développer son activité de traitement du manganèse près de Moanda

D’autres secteurs nouveaux, comme l’agroalimentaire, la pêche, le tourisme et la construction, sont également en développement.

RESSOURCES ABONDANTES


• Recouvert de forêt tropicale, le Gabon jouit de ressources naturelles abondantes avec 885 km de littoral, 22 millions d’hectares de forêt et de nombreuses rivières

• Le pays est le sixième producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne ; il possède plusieurs mines de manganèse et un immense gisement de minerai de fer à Belinga, qui pourrait bien devenir la plus forte composante du PIB

ENVIRONNEMENT D’AFFAIRES FAVORABLE


• L’agence de notation Fitch Ratings a décerné au Gabon la note de BB+ (perspective positive)

• Il existe de nombreux services de soutien pour les investisseurs, notamment l’APIEX

• Le Gabon offre un cadre juridique clair et établi de longue date, avec des garanties pour les investisseurs 

Sponsorisé par APIEX. Voir www.gaboninvest.org/

Voir aussi www.oecd.org/fr/daf/inv/

© L’Observateur de l’OCDE n° 296 T3 2013

Tous les articles Podium à (re)lire en cliquant ici




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016