L’Université Internationale de Rabat, un nouveau modèle d’enseignement au Maroc

Sponsorisé par l'Université Internationale de Rabat

L’Université Internationale de Rabat (UIR) est devenue dès ses premières années d’existence un modèle d’établissement innovant bénéficiant d’une attractivité grandissante et d’une image de professionnalisme et de rigueur reconnue au niveau national et international.

L’UIR une expérience inédite qui concrétise le 1er Partenariat Public-Privé dans le secteur de l’enseignement supérieur et la de recherche scientifique au Maroc et dans la Région MENA. Dans ce modèle, l’Etat et les partenaires institutionnels se sont engagés pour créer un nouveau modèle universitaire avec comme objectifs d’offrir des formations qui répondent aux besoins du marché du travail conformément aux orientations stratégiques des différents plans sectoriels du Maroc.

L’UIR en chiffres
• 1, 2 milliard de DH d’investissements sur 5 ans,
• Un campus de 20 hectares,
• Plus de 24 brevets déposés,
• Capacité d’accueil de 5000 étudiants,
• Plus de 50 professeurs permanents de haut niveau issus de la diaspora marocaine à l’étranger ou mis à notre disposition par les partenaires académiques.
• Un réseau de plus de 50 partenaires académiques, institutionnels et industriels.

Une université pluridisciplinaire, des formations de pointe
Les pôles de formation de l’UIR ont été définis sur la base des besoins exprimés par le marché du travail. L’UIR a ainsi choisi un positionnement innovant en décidant de former des étudiants dans des domaines alignés sur les plans sectoriels impulsés par le Maroc : Ingénierie des Transports, Energies, Offshoring, etc.

Pôle Business, Management, Finance et Actuariat opèrant en partenariat académique avec l’ESC Rennes et l’ISFA Lyon.
• Pôle Sciences Po Rabat en partenariat avec l’IEP de Grenoble ;
• Le pôle Electronique, Logistique, Informatique et télécommunications opèrant en partenariat avec l’Université de Nantes; Le pôle Energies en partenariat avec l’Université de Lorraine ;
• Le pôle Ingénierie des Transports en partenariat avec Georgiatech, Atlanta, USA ;
• Le pôle Architecture en partenariat avec l’Université de Paris Est et l’Ecole d’Architecture de Nancy.

Les nouveaux métiers au coeur du projet pédagogique de l’UIR
L’une des caractéristiques de l’UIR réside dans la diversité de son offre de formation qui est en adéquation avec les différentes stratégies sectorielles impulsées par le Maroc. En effet, la complémentarité des pôles d’enseignement et de recherche de l’UIR permettra à termes de répondre aux besoins du marché du travail dans des secteurs de pointe au Maroc. L’UIR se distingue ainsi dans le paysage marocain par le développement de programmes de formation totalement adaptés aux nouveaux besoins du marché du travail :
• Actuariat
• Fiscalité
• Architecture
• Sciences Politiques et Juridiques
• Logisitique
• Informatique
• Finance Islamique

École supérieure d’Ingénierie de l’Énergie, ECINE : S’appuyant sur la recherche de pointe, la création de l’ECINE (École supérieure d’Ingénierie de l’Énergie) par l’UIR répond aux besoins de formation de spécialistes de haut niveau dans le domaine des énergies renouvelables qui sont estimés à plus de 24 700 emplois.

Ecole d’Ingénierie Aérospatiale : Dédié à l’accompagnement et au développement des secteurs de pointe ainsi que pour répondre aux besoins en ingénieurs qualifiés, le pôle Aéronautique, Spatial, Automobile, Naval et Ferroviaire de l’UIR propose des formations d’excellence en phase avec les nouvelles technologies en matière de transports. Unique en son genre, ce pôle couvre un grand nombre de domaines de haut niveau.

L’UIR : 1ère université au Maroc en termes de dépôt de Brevets
L’UIR s’appuie dans le cadre de ses activités de Recherche Développement Innovation (RDI) sur des partenariats industriels de renommée internationale et sur des projets de recherche impliquant des moyens importants, avec des partenaires locaux et internationaux. Les solutions innovantes résultant des activités de RDI menées par les chercheurs et par les étudiants de l’UIR ont donné lieu à plus d’une vingtaine de brevets d’invention. A ce titre, l’UIR a été classée par l’OMPIC première université marocaine en matière de brevets pour l’année 2012.

Par ailleurs, différents contrats de recherche ont été signés par l’UIR avec des partenaires industriels de renom :
• US Army (USA)
• Jusung Engeneering (Corée du Sud)
• Air Liquide (France)
• Thalès (France) 

Sponsorisé par l'Université Internationale de Rabat. Voir www.uir.ac.ma/

Voir aussi www.oecd.org/fr/pays/maroc/

© L’Observateur de l’OCDE n° 296 T3 2013

Tous les articles Podium à (re)lire en cliquant ici




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016