« Nous sommes désormais un acteur incontournable dans le développement des énergies renouvelables en Afrique subsaharienne »

Sponsorisé par la Société Africaine de Biocarburants et des Énergies Renouvelables

Sponsorisé par la Société Africaine de Biocarburants et des Énergies Renouvelables

Pouvez-vous nous présenter brièvement la SABER ?


La Société Africaine de Biocarburants et des Énergies Renouvelables est une initiative africaine débutée en 2009 afi n de lutter de manière effi cace contre les effets négatifs du changement climatique, promouvoir et développer des projets dans le domaine de l’énergie renouvelable en Afrique. C’est une holding dont les actionnaires sont 14 États et 6 institutions financières, et qui comprend deux divisions principales : une facilité d’assistance technique et un fonds d’investissement, le Fond Africain pour les Énergies Renouvelables (FAER). La SABER a le statut d’organisation internationale. Le Fonds, qui sera lancé à la fin de l’année, est adossé à la Banque africaine de développement (BAD). Il a pour mission de prendre des participations en capital minoritaires dans des projets d’énergies renouvelables et d’effi cacité énergétique.

En quoi consiste votre activité ?


La SABER a apporté une assistance technique et a aidé à la mobilisation des fonds pour l’implantation de lampadaires solaires en Sierra Leone et au Togo. Par ailleurs, nous avons travaillé avec la Communauté électrique du Bénin (CEB), qui fournit de l’électricité au Togo et au Bénin, pour la construction de deux centrales solaires de 5 MW chacune dans ces pays. En outre, nous sommes le partenaire et l’agence d’exécution de l’Union économique et monétaire de l’Afrique occidentale (UEMOA) pour le Programme de Développement des Énergies Renouvelables et de l’Effi cacité Énergétiques (PRODERE). Notre mission est d’identifi er et d’étudier des projets, d’élaborer les dossiers d’appels d’offres et d’accompagner les gouvernements dans l’exécution.

Trois domaines ont été retenus : les lampadaires solaires, l’électrifi cation rurale par kits solaires ou mini-centrales solaires, photovoltaïques et l’installation de lampes à basse consommation (LBC/LED). Au total, nous avons une cinquantaine de projets en cours.  

Sponsorisé par La Société Africaine de Biocarburants et des Énergies Renouvelables. Voir: www.saber-abrec.org/

Voir aussi www.oecd.org/fr/croissanceverte/energie-verte/greengrowthandenergy.htm

© L’Observateur de l’OCDE n° 296 T3 2013

Tous les articles Podium à (re)lire en cliquant ici

 




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017