Le double visage des prix alimentaires

Cliquez pour agrandir

La hausse des prix alimentaires, cause de la famine ? On se souvient des émeutes de la faim dans plusieurs pays en 2008, suite à la hausse brutale des prix de certains aliments. Pourtant, si les prix jouent un rôle important, ils ne constituent pas le problème fondamental.

Certes, le problème de la faim a été accentué par le prix élevé des aliments de base. Dans les pays à faible revenu, les dépenses alimentaires représentent généralement 50 % au moins du budget des ménages, 40 % dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, comme la Chine et l’Inde. Mais les agriculteurs – qui constituent une forte proportion des populations les plus pauvres dans ces pays – ressentent les effets des prix alimentaires à la fois en tant qu’acheteurs et en tant que vendeurs, et peuvent tirer profit de la hausse des prix.

La majorité des pauvres des régions rurales sont cependant des acheteurs nets de produits alimentaires. Les hausses de prix ont certes accentué les difficultés de ces ménages, mais, à l’échelle mondiale, elles n’en ont pas été la cause déterminante, car les revenus moyens ont aussi augmenté. Il est peu probable que les cours mondiaux des céréales retrouvent leurs niveaux historiquement bas du début des années 2000. D’ailleurs, même lorsque les prix étaient à ces niveaux, la sous-alimentation concernait encore 16 % de la population mondiale, soit plus de 800 millions de personnes. Le défi de l’éradication de la faim dans le monde dépend davantage de l’augmentation des revenus des ménages les plus pauvres que du prix des produits alimentaires.

Voir www.oecd.org/fr/tad/echanges-agricoles

Voir aussi www.oecd.org/developpement

© L’Observateur de l’OCDE n° 296 T3 2013




Données économiques

PIB +0.6% T3 2017
Échanges exp +4.3% ; imp +4.3% T3 2017
Inflation annuelle 2,3% septembre 2017
Chômage 5.7% septembre 2017
Mise à jour: 14 nov 2017

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017