Les défis de l’Afrique

© BAD

L’économie africaine a connu une forte expansion ces dernières années. Êtes-vous confiant pour l’avenir ? 

Le continent a effectivement enregistré une croissance remarquable. Le PIB a triplé depuis l’an 2000, et sept des dix économies dont la croissance est la plus rapide se trouvent en Afrique. Nous prévoyons une croissance d’au moins 6 % en 2013. Mais nous ne devons pas confondre croissance économique et transformation économique.

Le défi actuel majeur est celui de la viabilité – les indicateurs du développement humain sont trop bas, il reste de sérieuses poches de fragilité et, à l’échelle du continent, nous nous heurtons aux limites du déficit d’infrastructures. Mais nous avons identifié certaines tendances lourdes qui, si nous savons les gérer, me rendent très confiant pour l’avenir : ressources naturelles, démographie, technologie, et la capacité de l’Afrique à profiter des nouveaux pôles mondiaux de croissance.

Notre population grandit (de 2,2 % par an, le double de l’Asie) et notre urbanisation est rapide (40 % aujourd’hui, 70 % d’ici 2050). La cartographie géologique permet de découvrir de nouvelles richesses naturelles, et les technologies de l’information continuent de faire avancer l’Afrique à grands pas, la révolution du téléphone mobile facilitant l’accès à l’information et réduisant les coûts des entreprises. Cependant, le dividende démographique n’est pas une prédestination, il dépend de ce qui est réalisé aujourd’hui.

Quels sont les deux ou trois principaux défis auxquels est confronté le développement économique de l’Afrique ?

L’emploi et l’inclusion. Bien que nos économies connaissent la croissance, elles ne créent pas suffisamment d’emplois. C’est pourquoi la Banque africaine de développement a bâti sa stratégie pour 2013- 2022 sur ces deux défis importants : veiller à ce que la croissance déjà forte soit partagée, durable et créatrice d’emplois. Autrement dit, nous voulons une croissance qui crée des opportunités pour tous, sans épuiser le capital naturel, terrestre ou marin, ni la biodiversité. Gardons à l’esprit que l’empreinte écologique du continent a progressé de 250 % en 50 ans.

Cette situation est due en grande partie à la politique et aux problèmes concrets de réduction du déficit de financement des infrastructures, lequel est estimé à 50 milliards USD par an pour les dix prochaines années et nous coûte 2 % de croissance chaque année. Seuls 33 % des Africains ont accès à des équipements sanitaires, 40 % à l’électricité et 66 % à l’eau potable, et nous avons beaucoup de mal à trouver des solutions transnationales pour nos besoins en matière d’infrastructures.

Nous ne ménageons pas nos efforts pour trouver des solutions. Le projet visant à lancer en 2013 le fonds Africa50 (essentiellement financé par des banques centrales et des fonds souverains africains) est un témoignage supplémentaire montrant que l’Afrique prend en charge l’avenir de son développement économique.

L’an prochain marquera le vingtième anniversaire du génocide au Rwanda. En tant que Rwandais, quelles leçons économiques peuvent être tirées, selon vous, pour le Rwanda, l’Afrique et le monde ?

Le Rwanda revient de loin, notamment grâce aux efforts de sa population et à l’aide de ses partenaires. Son évolution se poursuit comme celle d’autres pays. Quelles sont les leçons ? J’en vois trois. Premièrement, aussi mauvaises que puissent être les conditions de départ, un pays peut réussir si sa population est déterminée. Deuxièmement, et contrairement à ce que l’on dit souvent, l’aide étrangère est utile lorsqu’elle est correctement utilisée, notamment dans les phases précoces de développement, comme cela a été le cas en Corée. Troisièmement, il n’existe pas de boîte à outils standard pour reconstruire un pays : l’histoire et l’environnement jouent leur rôle, mais chaque pays doit tracer son propre chemin.

Voir www.afdb.org/fr/

Voir aussi www.oecd.org/afrique

et www.oecd.org/dev-fr

© L’Observateur de l’OCDE n° 296 T3 2013




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016