Israël : rapport encourageant

©Gouvernement d'Israël

Plus de deux ans après qu’Israël a rejoint  l’OCDE, Sharon Kedmi, Directeur général au  ministère de l’Industrie, du Commerce et du  Travail, a mené une délégation à la réunion du  comité de l’Emploi, du Travail et des Affaires  sociales de l’OCDE, tenue le 26 octobre. Il a  répondu aux questions de L’Observateur de  l’OCDE. 

Lors de l’adhésion d’Israël à l’OCDE en 2010,  il lui avait été demandé de s’attaquer à un  certain nombre de problèmes affectant la  société et le marché de l’emploi. Vous remettez  aujourd’hui un rapport d’avancement détaillé.  Quels sont selon vous les éléments principaux  de ce rapport ?

L’intégration de certaines populations ayant  un faible taux de participation au marché  du travail, tels que les arabes israéliens  (principalement les femmes) et les Haredim  ultra-orthodoxes (principalement les hommes)  est une des grandes difficultés qu’Israël  s’emploie activement à résoudre. C’est l’un des  principaux problèmes qui avaient été soulevés  lors de notre adhésion à l’OCDE. Ce rapport  d’avancement recense en détail les principales  initiatives approuvées ou déjà mises en œuvre  par le gouvernement israélien depuis 2010. Ces  différentes mesures ont contribué à accroître  les taux d’emploi de 2,4 % chez les femmes  arabes et de 6 % chez les hommes Haredim  entre 2008 et 2011, et cette progression va se  poursuivre ces prochaines années.  

La création d’un réseau de 21 centres  d’emploi dédiés offrant un large éventail de  services pour l’emploi à la population arabe  illustre notre détermination. Le premier  centre d’emploi destiné aux Haredim est  également en cours de création et d’autres   ont été approuvés. N’oublions pas non plus  les initiatives visant à accroître l’aide aux  travailleurs qui ont des enfants en bas âge.  Mon ministère crée un grand nombre de  places de crèches publiques pour accueillir  les tout-petits de zéro à trois ans dont les  parents travaillent. Nous nous réjouissons  à la perspective de présenter ces mesures et  d’autres initiatives au sein de l’OCDE.  

L’un des problèmes évoqués dans le rapport est  la pauvreté, dont le taux est relativement élevé  en Israël au regard des autres pays de l’OCDE.  Quelle action a été engagée à cet égard ?

Pour lutter contre la pauvreté, Israël a mis  en place une stratégie de long terme. Elle  s’appuie sur l’amélioration de la qualité  de l’éducation, sur un meilleur accès à  l’enseignement supérieur – en particulier  pour les groupes défavorisés –, sur le  développement des infrastructures dans les  zones excentrées et sur l’encouragement à la  participation au marché du travail.

L’une des mesures phares a été l’instauration  du crédit d’impôt sur le revenu à l’échelle  nationale, avec un niveau rehaussé pour  certaines populations. Le crédit d’impôt  a d’abord été appliqué dans le cadre d’un  programme pilote, puis généralisé à tout le  pays en 2011. L’extension de cette mesure a  porté le nombre des bénéficiaires potentiels de  100 000 en 2010 à 420 000 en 2011.  

Nous œuvrons également à l’application du  droit, en particulier du droit du travail. Le  gouvernement a été particulièrement attentif  à ce point, qui fait d’ailleurs l’objet de l’une  des recommandations de la Commission  Trajtenberg* sur les défis socio-économiques.  Le ministère s’est attaché à renforcer les  capacités du système de contrôle, d’abord en  adoptant une nouvelle loi visant à améliorer  l’application du droit du travail, avec la pleine  collaboration des organisations patronales et  du Histadrut, la centrale syndicale israélienne ;  ensuite en créant, dans les deux prochaines  années, 120 postes d’agents chargés de veiller  à l’exécution des lois.

Ce rapport d’avancement constitue à vos  yeux un jalon important dans le processus  d’apprentissage. Comment voyez-vous les  prochaines étapes ?

Ce processus d’apprentissage a récemment  conduit le gouvernement à créer la fonction  de Directeur général adjoint au ministère  de l’Industrie, du Commerce et du Travail,  chargé de définir la politique générale d’Israël  en matière d’emploi. Cette perspective  transversale permet une meilleure mise en  cohérence des mesures, cohérence qui est,  je crois, l’un des principes cardinaux prônés  par l’OCDE.  

Notre collaboration avec l’OCDE a été un  élément clé pour l’amélioration de l’ensemble  de nos politiques publiques, pas seulement  dans le domaine de l’emploi. Maintenant,  ce processus devrait prendre la forme  d’un examen par les pairs et d’exercices  comparatifs plutôt qu’un simple examen  du respect des normes. Ainsi, l’un de nos  objectifs est d’accroître la participation de mon  ministère aux travaux en cours et à des projets  volontaires de l’organisation, qui nous aideront  à définir des politiques publiques toujours  meilleures.

Je citerai ici deux exemples récents d’initiatives  volontaires. La première est une étude  nationale sur l’enseignement professionnel,  réalisée dans le cadre du projet « Apprendre  au-delà de l’école ». Cette étude donnera lieu  à des recommandations pour renforcer nos  systèmes d’enseignement et de formation  professionnels. La deuxième est un atelier  OCDE sur l’application de la réglementation  et sur les inspections de conformité, qui  s’est tenu à Jérusalem les 29 et 30 octobre à  l’invitation du ministère.

Dans le cadre de ces efforts, le ministère a  également désigné une conseillère juridique,  qui rejoint la délégation permanente d’Israël  auprès de l’OCDE. Avec son équipe, elle  veillera à parfaire les contributions du  ministère aux travaux de l’OCDE dans les  différents domaines de l’action publique.

*Commission formée en août 2011 par le gouvernement  pour proposer des solutions aux problèmes socio- économiques d’Israël. Elle est dirigée par Manuel  Trajtenberg, qui préside la Commission de la planification  et du budget de l’enseignement supérieur.

Voir aussi le site officiel du ministère de l’Industrie, du  Commerce et du Travail d’Israël 

État d’Israël (2012), Progress Report on the  Implementation of the OECD Recommendations:  Labour Market and Social Policies.

« La stratégie économique d’Israël. Entretien avec Yuval  Steinitz, ministre des Finances d’Israël », L’Observateur  de l’OCDE n° 284, T1 2011 

Voir www.oecd.org/fr/israel 

©L’Observateur de l'OCDE N˚ 293 T4 2012   




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016