Gérer l’information et les communications dans un monde en mutation rapide

©Tim Wimborne/Reuters

Ce sont les personnes qui font les  politiques, mais leurs travaux reposent sur une infrastructure d’information et de  télécommunications parfois invisible mais  extensive et intelligente, qui constitue un  facteur fondamental de progrès.

L’OCDE est, par définition, une forme  de média social. Elle relie des pays et des  peuples. Ses forums d’experts de l’action  publique et de représentants nationaux  permettent aux gens de se réunir, de travailler  ensemble et de s’influencer pour rendre  leurs économies et leurs sociétés plus  performantes.

Gérer ce monde de l’information a toujours  été un défi. De fait, au début des années  1970, L’Observateur de l’OCDE préconisait  l’élaboration d’une politique de l’information  pour aider la société à gérer le volume  croissant d’informations et à en tirer des  enseignements.

Mais ces enjeux se sont multipliés avec  les technologies de l’information (TI). Du  Télex aux systèmes de communications  informatisés, la rapidité est essentielle. Et  l’information s’accélère tandis que son  volume augmente.

L’OCDE a développé son premier système  d’information en ligne OLIS (On Line  Information System) pour les pays membres en 1989. Il permettait aux responsables  partout dans le monde d’accéder  électroniquement aux documents et  informations de l’OCDE. Cela a contribué  à diminuer le volume des documents sur  papier envoyés par la poste, et donc à réduire  les coûts et l’impact sur l’environnement. Peu  après, le courrier électronique, technologie de  communication omniprésente, s’imposait.

Nos statisticiens, économistes et analystes ont  besoin de systèmes TI, de bases de données  statistiques et d’applications analytiques  sophistiqués. Plus de 12 000 documents  officiels sont écrits chaque année, avec l’aide  d’un environnement auteur spécifique, et les  agents et pays de l’OCDE peuvent travailler  ensemble grâce à des systèmes collaboratifs.

De plus, les exigences quotidiennes (et  croissantes) de l’organisation doivent  constamment être satisfaites. L’ensemble  des bases de données des acquis de l’OCDE  (Instruments, Actes, Recommandations et  Organes) est disponible en ligne. L’OCDE est  réputée pour la fiabilité de ses statistiques.  Dans un monde rapide et compétitif, il est nécessaire d’utiliser la technologie la plus  récente pour collecter, gérer et lire le flux  massif de données provenant des bureaux  de statistiques et d’autres sources, et pour  les publier sous une forme conviviale et  attractive.

Les réunions font aussi largement appel  aux TI, pour leur préparation ou leur  déroulement. Plus de 50 000 délégués et  experts du monde entier viennent chaque  année à l’OCDE pour assister à 2 000  réunions. Nos experts participent également  à des réunions à l’étranger. Toutes ces  activités produisent des informations qui  doivent être recueillies, traitées et gérées  dans des bases de données conviviales,  mais aussi très élaborées. Le système de  gestion des événements (EMS) de l’OCDE  a rationalisé le processus d’organisation et  de gestion des réunions et modifié la façon  dont l’OCDE reste en contact avec son réseau  mondial. Tous les acteurs disposent ainsi  d’une information immédiate, exacte et à jour, qui facilite l’organisation, le planning et  l’inscription aux conférences.

Ces exigences ne peuvent que s’accroître.  Les ordinateurs portables, tablettes et  smartphones font aujourd’hui partie du  quotidien, mais qui sait ce que nous  réserve l’avenir ? Avec l’évolution de la  démographie, la consumérisation des TI et  de la mobilité, et le brouillage des frontières  entre vie personnelle et professionnelle, un  environnement TI dynamique et évolutif est  nécessaire pour répondre aux exigences de  demain.

Il ne suffit plus de télécharger un document,  l’utilisateur doit pouvoir aussi l’adapter et le  partager avec des collègues et amis, avoir plus  de vidéos et de sons, souvent en temps réel.  L’usage professionnel des réseaux sociaux  tend à se développer, les organisations  associant les divers acteurs au développement  de leurs stratégies et produits. Tout cela  contribue à un processus d’accumulation  de connaissances dont se nourrit l’OCDE.

Dans un monde en mutation rapide où  l’accès à l’information est de plus en plus  important, tous les systèmes doivent être  disponibles en permanence. Des éléments  essentiels comme l’alimentation électrique,  la cybersécurité, la remise en état après  un sinistre et les sauvegardes doivent être  planifiés. La recherche d’économies d’énergie  et de gains d’efficience doit aller de pair avec  le développement de l’information et des  communications, tout comme la réduction  de l’impact environnemental des TI.

Les progrès des technologies de l’information  et des communications ont sensiblement  amélioré la qualité de vie et de travail à  l’OCDE, comme cela a été le cas pour des  millions d’organisations, d’entreprises et de  ménages dans le monde entier. Dans les 50  prochaines années, de nouvelles tendances  apparaîtront, offrant de nouvelles possibilités  d’améliorer nos connaissances et la façon  dont nous recueillons, gérons et diffusons  nos informations, afin que les pays membres  et partenaires puissent concevoir des  politiques meilleures pour une vie meilleure.   

Voir www.oecd.org/general/olis.htm

Voir aussi www.oecd.org/internet/interneteconomy/ 

©L’Observateur de l'OCDE N˚ 293 T4 2012    




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016