La croissance au menu?

OCDE Observateur

La gastronomie serait-elle la recette miracle pour sortir du marasme économique ? Food and the Tourism Experience ne va pas jusqu’à l’affirmer, mais elle montre qu’il s’agit d’un ingrédient important du dynamisme économique. Les articles de ce recueil avaient été réunis pour un atelier organisé en Corée en décembre 2010 : en guise d’amuse-bouche, deux chapitres évoquent la contribution de la gastronomie au tourisme et à la croissance ; ils sont suivis d’un buffet de chapitres sur l’Amérique latine, l’Autriche, la Corée, l’Espagne, la France, l’Italie, le Japon et les pays nordiques.

On y apprend que les touristes consacrent souvent au moins 30 % de leur budget à la nourriture, et qu’une partie importante de ce budget profite directement à l’économie locale. En 2009, 59 % des touristes étrangers citaient la gastronomie comme leur principale raison de se rendre au Japon, avant le shopping. Le Japon s’est doté, depuis 2004, d’un bureau chargé de promouvoir sa gastronomie, et ses grandes villes comptent désormais plus de restaurants étoilés au Michelin que leurs homologues européennes.

Rendus plus exigeants par la multiplication des voyages et la mondialisation, les touristes se détournent des destinations sans tradition culinaire. Ils recherchent des expériences de cuisine locale authentiques, exotiques et parfois novatrices, et la gastronomie peut influencer l’image de marque d’un pays. Ainsi, le vin et le fromage sont étroitement associés à la France, et le kimchi à la Corée, où une foire de gastrotourisme était l’une des manifestations majeures de l’opération Visit Korea Year en 2010.

L’expérience culinaire nordique se caractérise par l’innovation et la créativité locale ; en Italie, la gastronomie est pimentée par le mouvement du slow food, qui met en avant les ingrédients locaux et la production alimentaire durable. Les produits novateurs et respectueux de l’environnement figurent aussi au menu en Autriche et, dans des villes comme Paris, la cuisine « fusion » inspirée de la gastronomie internationale gagne en popularité.

En Amérique latine, des influences diverses venues d’Espagne, du Portugal ou d’Irlande, mais aussi d’Afrique et d’Asie, se sont conjuguées à la redécouverte du patrimoine culinaire andin pour produire une gastronomie extrêmement riche. De fait, les touristes recherchent une évasion gustative totale, comme l’indique Tae Hee Lee dans l’ouvrage. Pour les responsables publics, cette publication offre une liste d’ingrédients clés : l’authenticité, la qualité et la cohérence, le respect de l’environnement, les réseaux, la créativité, le marketing et la R&D. La croissance est peut-être à portée de fourchette…

ISBN 978-92-64-11059-5 (disponible en anglais et en coréen uniquement)

Voir la publication

©L’Observateur de l’OCDE n° 290-291, T1-T2 2012  




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016