La ville compacte

En 2050, 70 % de la population mondiale, soit plus de 5,5 milliards d’habitants, vivront en zone urbaine. Cette explosion démographique, conjuguée à un réchauffement climatique menaçant, à des prix de l’énergie élevés et à des finances publiques resserrées, plaide fortement en faveur d’un urbanisme plus efficace. Face à la croissance démographique et à la raréfaction des ressources naturelles, les pouvoirs publics ont deux choix : laisser l’étalement urbain absorber des surfaces agricoles utiles, ou planifier le développement de « villes compactes » favorables à l’économie et l’environnement. 

La publication de l’OCDE intitulée Compact City Policies: A Comparative Assessment (Les politiques de la ville compacte : évaluation comparative, disponible en anglais uniquement) s’appuie sur les exemples de Melbourne, Paris, Portland, Toyama et Vancouver pour souligner qu’avec des politiques d’urbanisme appropriées, des villes compactes peuvent contribuer à protéger l’environnement, favoriser la croissance économique régionale et offrir une meilleure qualité de la vie. En région parisienne, une proposition consistant à accroître d’au moins 30 % la surface occupée par les zones boisées pour contenir les canicules est en discussion.

Tout en préservant la biodiversité et en limitant les émissions de gaz à effet de serre, la présence de terres agricoles au voisinage immédiat des villes encourage la consommation et réduit la distance de transport d’aliments produits localement. Pour les habitants, le coût élevé de l’énergie sera compensé par la réduction des temps de transport, et par un meilleur accès aux transports publics, aux services et aux emplois locaux. La ville compacte intéresse également les pouvoirs publics en quête d’économies, car elle améliore l’efficience des investissements d’infrastructure et réduit les coûts d’entretien des réseaux de transport, de distribution d’énergie, d’eau, de collecte et d’évacuation des déchets.

L’ouvrage expose les pratiques observées dans une trentaine de pays et propose 18 indicateurs sur la ville compacte destinés à aider les pouvoirs publics à comparer leurs résultats et à améliorer leur action. Il recommande aux administrations nationales, régionales et urbaines de collaborer avec des investisseurs et d’autres instances afin d’encourager la densité, en particulier dans les nouveaux quartiers, et de synchroniser les politiques d’aménagement urbain et rural. Il incite à la rénovation des immeubles existants, à une utilisation diversifiée des sols, et à l’amélioration de la qualité de la vie en conjuguant zones d’activité et zones d’habitation. Les pouvoirs publics sont encouragés à contenir les effets négatifs de la compacité urbaine en limitant la congestion automobile par la fiscalité sur les véhicules ou sur les carburants, en favorisant une offre de logement abordable, et enfin en encourageant la présence d’espaces verts dans les espaces publics et les zones bâties.

Voir www.oecd.org/gov/cities

ISBN 9789264167841




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016