En bref - Mai 2012

Pression fiscale Accrue ; Urgence diabète ; Économie ; Pays en bref ; Optimiser les partenariats public-privé ; Aide en baisse ; Lauréats vidéastes ; Verbatim ; Mauvais genre ? ; La vraie crise ; Appel à investir ; Marges records ; Best of

 

Pression fiscale Accrue

Urgence diabète

Économie

Pays en bref

Optimiser les partenariats public-privé

Aide en baisse

Lauréats vidéastes

Verbatim

Mauvais genre ?

La vraie crise

Appel à investir

Marges records

Best of

Pression fiscale Accrue

Le prélèvement moyen d’impôts et de cotisations sociales sur les revenus du travail a augmenté dans 26 des 34 pays de l’OCDE en 2011, selon la nouvelle édition de l’ouvrage Taxing wages de l’OCDE. La pression fiscale est mesurée par le montant total des impôts versés par les salariés et les employeurs en pourcentage des coûts totaux de main-d’oeuvre, après déduction des allocations familiales.

Dans la plupart des pays, la hausse globale de la pression fiscale provient davantage de la hausse des impôts sur le revenu des personnes physiques que de celle des cotisations de sécurité sociale. Seuls cinq pays ont relevé leurs taux légaux d’imposition applicables au salaire moyen. Dans la plupart des cas, cette hausse est liée à une part accrue des revenus du travail soumise à l’impôt en raison d’une baisse relative de la valeur des abattements et des crédits d’impôt par rapport aux salaires. Dans quelques pays, dont la République tchèque, la Hongrie et l’Irlande, ces crédits d’impôts et abattements ont diminué en valeur nominale.

Les contribuables irlandais, luxembourgeois, portugais et slovaques, entre autres, ont été soumis aux augmentations les plus importantes. En revanche, la pression fiscale a diminué en Nouvelle-Zélande et aux États- Unis. En Hongrie, ce sont les célibataires qui ont subi la plus forte augmentation, tandis que les familles avec enfants ont bénéficié de la plus importante baisse fiscale grâce à une réforme du système d’allègement d’impôts au titre des enfants à charge, le crédit d’impôt qui s’appliquait ayant été remplacé par un abattement fiscal plus avantageux en 2011.

Voir www.oecd.org/ctp/taxingwages

Urgence diabète

 Quelque 83 millions de personnes souffrent du diabète dans la zone OCDE. Si la tendance actuelle se poursuit, environ 100 millions de personnes seront touchées par cette maladie en 2030.

Lors du Forum Européen sur le Diabète à Copenhague, le Secrétaire général adjoint de l’OCDE Yves Leterme a déclaré que « La prévention et le traitement du diabète et de ses complications coûtent environ 90 milliards d’euros par an dans la seule Europe. Étant donné les fortes pressions qui s’exercent déjà sur les budgets de la santé et les difficultés qui pèsent sur les budgets nationaux, il est nécessaire, pour la santé de nos populations et pour celle de notre économie, de trouver des moyens de prévenir et de prendre en charge le diabète qui soient efficaces par rapport à leur coût. »

Dans les 10 prochaines années, plus de deux personnes sur trois seront en surpoids ou obèses dans certains pays de l’OCDE. Dans l’ensemble de la zone OCDE, les personnes obèses gagnent jusqu’à 18 % de moins que les autres, et ont huit fois plus de risques de développer un diabète de type 2.

Voir www.diabetesleadershipforum.eu

Économie

Les indicateurs composites avancés de l’OCDE, conçus pour anticiper des points d’inflexion de l’activité économique, signalent l’émergence d’une dynamique de reprise dans la zone OCDE, mais avec des divergences entre les grandes économies : le Japon et les États-Unis montrent des signes forts d’une amélioration de l’activité économique, tandis que celle-ci reste peu soutenue en Italie et en France.

Le taux de chômage de la zone OCDE s’élevait à 8,2 % en 2012, et s’est pour l’essentiel maintenu à ce niveau depuis janvier 2011. Le taux de chômage de la zone euro a augmenté de 0,1 point de pourcentage (pour le huitième mois consécutif) pour atteindre 10,8 % en février, se maintenant à un niveau record depuis le début de la crise financière mondiale. L’Espagne connaît le taux de chômage le plus élevé de la zone OCDE.

Le coût unitaire du travail dans la zone OCDE a diminué de 0,3 % au troisième trimestre 2011, reflétant une baisse dans la plupart des grandes économies. Il a diminué de 0,4 % au Canada et en Allemagne, et de 0,3 % aux États-Unis, principalement grâce à l’amélioration de la productivité. Il a baissé de 1,7 % au Japon, en partie grâce à un rebond de croissance du PIB après le tremblement de terre.

Le commerce des marchandises s’est contracté dans la plupart des grandes économies au quatrième trimestre 2011. Les importations totales dans les pays du G7 et les BRICS ont diminué de 0,2 %, après une baisse de 0,7 % au trimestre précédent. Les exportations totales ont chuté de 1,2 %, alors qu’elles avaient augmenté de 0,9 % au trimestre précédent.

En février 2012, les prix à la consommation dans la zone OCDE ont augmenté de 2,8 % en glissement annuel, avec des tendances opposées concernant les prix alimentaires et les prix énergétiques, se compensant mutuellement. Les prix de l’énergie ont augmenté de 7,9 % en février, en glissement annuel, contre 7,4 % en janvier, tandis que l’inflation des prix alimentaires a ralenti, passant de 4,3 % en glissement annuel en janvier à 3,9 % en février.

Voir www.oecd.org/statistiques

Pays en bref

La Corée a rebondi plus rapidement et plus vigoureusement après la crise que la plupart des pays de l’OCDE, mais sa croissance économique dynamique ne suffira pas à résoudre les défis que lui posent le vieillissement rapide de sa population et la hausse des inégalités, selon la dernière Étude économique de l’OCDE sur la Corée, parue en mai.

De même, la Pologne a vaillamment traversé la crise économique et remarquablement réduit son écart de revenus par rapport à ses partenaires de l’UE. Dans le contexte d’un ralentissement européen, le pays doit opérer de nouvelles réductions des déficits publics, réformer et poser les fondations d’une croissance de long terme, selon l’Étude économique de l’OCDE sur la Pologne parue en avril.

La Suède devrait créer une commission indépendante pour examiner ses Fonds de pension nationaux, et fixer un objectif financier clair et mesurable pour garantir la viabilité à long terme des investissements, selon le document de travail intitulé OECD Review of the Swedish National Pension Funds, publié en avril.

La République slovaque devrait lancer des mesures pour aider les enseignants d’écolematernelle à améliorer leurs compétences et leurs qualifications au fil de leur carrière, et pour accroître l’attractivité de cette profession auprès des jeunes – en particulier des hommes –, selon la publication Quality Matters in Early Childhood Education and Care: Slovak Republic, parue en mars.

L’Angleterre devrait impliquer davantage les parents et les collectivités dans la gestion des écoles maternelles, et encourager les entreprises à proposer des horaires de travail plus flexibles afin d’améliorer la qualité de l’éducation et les services à la petite enfance, selon la publication Quality Matters in Early Childhood Education and Care: United Kingdom (England), parue en avril.

Le Royaume-Uni a significativement amplifié ses efforts pour appliquer les règles anticorruption, mais doit être plus transparent dans son traitement des affaires, selon un nouveau rapport sur l’application de la Convention anti-corruption de l’OCDE par le Royaume-Uni.

En Hongrie, la loi interdisant la corruption d’agents publics étrangers est relativement bonne sur le papier, mais est insuffisamment appliquée, selon un nouveau rapport de l’OCDE paru en mars.

Voir www.oecd.org/corruption-fr

Voir www.oecd.org/media-fr

Optimiser les partenariats public-privé

Les partenariats publics-privés (PPP) peuvent être sources d’économies pour les administrations et de profits pour les entreprises. Dans les pays de l’OCDE, ce type de partenariats représente aujourd’hui près de 0,8 billions de dollars, les projets en préparation étant d’un montant équivalent. Mais en pratique, les PPP peuvent être difficiles à mettre en place, s’avérer coûteux et même porter atteinte à la crédibilité des acteurs publics comme privés.

Une nouvelle Recommandation de l’OCDE sur les Principes de gouvernance publique en matière de partenariats publics-privés peut contribuer à faire fonctionner les PPP, en proposant des conseils sur les meilleures pratiques. Ils offrent des repères concrets sur l’opportunité d’usage d’un PPP selon les domaines – plus efficace pour construire des routes, par exemple, que pour des projets nécessitant des technologies qui évoluent rapidement. La conception institutionnelle, la régulation, la concurrence, la transparence, la fiscalité et le suivi de long terme jouent tous un rôle important.

Aide en baisse

Les plus importants donneurs ont réduit de 3 % leur aide aux pays en développement en 2011, inversant une longue tendance à l’augmentation annuelle de l’aide. À l’exception des années où un allègement exceptionnel de la dette fut consenti, cette baisse était la première depuis 1997. La poursuite des restrictions budgétaires dans les pays de l’OCDE pèsera sur le montant de l’aide dans les années à venir. Voir notre rubrique Banque de données, page 96, et www.oecd.org/developpement

Voir aussi www.oecd.org/cad

Lauréats vidéastes

Les trois gagnants du Concours vidéo mondial pour la jeunesse 2012 ont été désignés. Il s’agit de Kato Jonan, 24 ans, Ouganda, pour « Education and skills » ; Rachit SaiBarak, 20 ans, Inde, pour « Education is everything » ; et Sharon Chan, 24 ans, Australie, pour « The empowering toolbox ». Le jury – composé notamment des gagnants du concours 2011 – ont fait leur choix parmi 180 vidéos reçues, après 9 heures de visionnage.

Verbatim

Mauvais genre ?

 « Les entreprises continuent de considérer les femmes comme des mères, ou des futures mères, susceptibles de quitter au débotté leur emploi, temporairement ou définitivement. Bref, comme des emmerdeuses peu fiables. Et le leur font payer. »

Nathalie Raulin, www.liberation.fr, 4 mai 2012

La vraie crise

« Ce n’est pas une crise de la dette, mais des compétitivités »

Titre d’un article d’Éric Le Boucher, Slate.fr, 28 avril 2012

Voir http://www.slate.fr/story/54105/erreur-crise

Appel à investir

« L’austérité a conduit certains gouvernements périphériques à couper les budgets dédiés aux travaux publics. C’est peut-être inévitable, mais il ne faut pas en faire trop. »

Éditorial du Financial Times, 10 avril 2012

Voir http://www.ft.com/intl/cmss/

Marges records

« Les grandes entreprises réalisent des marges bénéficiaires de plus de 10 %, ce qui est non seulement un record, mais équivaut aussi à 20 % de plus que lors du précédent pic, avant la Grande récession. »

James Saft, commentateur de Reuters, mars 2012

Voir http://blogs.reuters.com/james-saft/2012/03/

Best of

« Il est possible que nous assistions d’ici à 1970 à une révolution des idées économiques, dès que les investissements dans l’éducation et la recherche auront été réhabilités et retirés du groupe des « facteurs exogènes », et prendront la place qui leur revient parmi les variables de la théorie économique traditionnelle. »

« Les facteurs de la croissance économique », Ingvar Svennilson, N° 1, 1962 

©L’Observateur de l'OCDE N˚ 290-291 T1-T2 2012




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016