Rendre l’OCDE plus verte

Pour l’OCDE, le respect de l’environnement n’est pas un vain mot. L’organisation consacre du temps et des ressources à la concrétisation des principes qu’elle prône.

La croissance verte et la transition vers une économie sobre en carbone requièrent la participation de tous les acteurs de la société. Le Secrétariat de l’OCDE ne fait pas exception.

On peut assimiler l’OCDE à un village, ou à un monde à petite échelle. Avec ses 2 500 agents, elle consomme des biens et des services, utilise des transports, des services de restauration et d’assainissement, d’énergie et d’évacuation des déchets. En résumé, notre organisation, en fonctionnant, laisse une empreinte, et nous devons tout faire pour rendre ce fonctionnement plus respectueux de l’environnement et plus efficace.

Dans cette optique, l’organisation a pris plusieurs initiatives. Parmi elles figurent la diminution de la consommation d’eau et d’énergie, l’amélioration de la collecte et du recyclage des déchets, la mise en place d’une gestion énergétique plus efficiente de nos bâtiments et l’optimisation des technologies de l’information (TI) afin de réduire les déplacements et les transports. Les économies d’énergie et le respect de l’environnement – notamment les questions de recyclage, de toxicité et d’efficience énergétique – guident nos choix en matière de TI, ainsi que nos achats d’autres biens et services. Nous nous efforçons en outre d’informer régulièrement nos agents des efforts que nous déployons pour créer un environnement de travail plus adapté, plus propre et plus écologique.

La tâche n’est pas aisée, et nous avons constitué un vaste groupe de réflexion composé d’agents de l’ensemble de l’organisation. Un « plan d’action » a été adopté, visant à ce que les questions liées à l’environnement soient prises en compte, si ce n’est intégrées systématiquement, dans le fonctionnement quotidien de l’OCDE.

Si l’on veut que ce plan d’action ait un impact sur les performances et parvienne à sensibiliser les agents, il est essentiel d’associer étroitement ces derniers et de veiller à mieux les informer. L’obtention du label français Haute Qualité Environnementale (HQE) fait partie des objectifs majeurs que nous nous sommes fixés, pour lequel la collaboration de l’ensemble des agents de l’OCDE est tout aussi importante que l’appui de la direction et le soutien technique.

Mais comment mesurer nos performances ? Cela commence par la collecte de données concrètes. Dans le cadre de notre plan d’action, nous dressons un inventaire détaillé des émissions de gaz à effet de serre (GES) de l’OCDE, estimées à environ 8 830 tonnes pour les bâtiments et les déplacements en 2010 – les déplacements représentant la majorité de ce chiffre, la part des bâtiments ne s’étant élevée qu’à 1 400 tonnes l’an dernier. Ces données seront actualisées régulièrement, traitées dans un système de gestion environnementale et publiées en interne ainsi qu’à l’extérieur de l’Organisation.

La réduction des émissions de GES dues aux déplacements professionnels constitue un autre volet important de cette initiative. Les déplacements des agents de l’OCDE, qui incluent aussi bien les voyages professionnels à l’étranger que les trajets quotidiens, représentent environ 50 millions de kilomètres chaque année. Nous cherchons à gérer ces déplacements de manière écologique, notamment en fixant des objectifs et en fournissant au personnel des instruments leur permettant de mieux prendre conscience de l’empreinte carbone de leurs déplacements et de mieux l’évaluer sur une base coûts-avantages. Nous incitons déjà les agents à opter pour le train autant que possible, et à être moins nombreux à entreprendre le même déplacement. Nous les encourageons également à recourir à la vidéoconférence. Nos efforts visant à rendre le fonctionnement de l’organisation plus vert reflète les travaux majeurs de l’OCDE dans le cadre notamment de la nouvelle Stratégie pour une croissance verte, et dans des domaines tels que l’énergie et la technologie. Un environnement professionnel plus vert est également plus efficace et plus productif

Ces efforts ont certes un coût : l’obtention de la certification HQE est estimée à quelque 30 000 euros, en termes de mise en place et de procédures, et l’instauration du système de gestion environnementale pourrait également revenir à plusieurs milliers d’euros. À cela, il convient d’ajouter des coûts d’ajustement plus difficiles à évaluer, correspondant à l’adoption par les agents d’un comportement plus écologique sur leur lieu de travail et dans leurs déplacements. Nous estimons toutefois qu’à terme, la plupart de ces coûts seront compensés par les économies réalisées lorsque l’OCDE sera devenue plus efficace et plus verte.

Ce plan d’action ambitieux et indispensable nécessitera le soutien et la participation de tous les agents de l’OCDE. Il démontre que nous devons montrer l’exemple en adoptant les normes que nous recommandons à nos membres d’appliquer. Ce défi s’inscrit parfaitement dans le cadre des célébrations du 50e anniversaire de l’OCDE.

Pour plus d’informations, contactez Peter.Lubkert@OECD.org

Pour en savoir plus sur la certification HQE, voir www.assohqe.org

Voir www.oecd.org/environnement

Voir aussi www.oecd.org/villesvertes

©L'Observateur de l'OCDE no 284, T1 2011




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016