Toujours plus loin

La Semaine du 50e anniversaire de l’OCDE a été un événement majeur et régénérateur. Dans un contexte de reprise fragile de l’économie mondiale, 21 chefs d’État et de gouvernement et vice-premiers ministres, 86 ministres et secrétaires d’État, et plus de 2 000 représentants des entreprises, des syndicats et de la société civile se sont réunis pour définir des politiques porteuses de croissance et d’emplois plus inclusives et plus respectueuses de l’environnement. Des actions gouvernementales concrètes pour tirer parti de nouvelles sources de croissance, comme la croissance verte, l’innovation au service de l’emploi, les compétences, les échanges et l’adoption d’une stratégie de développement élargie, ont été examinées.

Nos pays membres ont défini, en collaboration avec nos pays partenaires, une vision de l’organisation en tant que réseau de politiques mondiales ouvert et inclusif. Ainsi, la Semaine du 50e anniversaire de l’OCDE a marqué une étape clé dans l’histoire de l’organisation.

Des crises de l’emploi et de la dette à l’énergie et l’environnement, en passant par les inquiétudes croissantes que suscitent la pauvreté, les inégalités et l’insécurité alimentaire, le monde est aujourd’hui confronté à des défis sans précédent. Sous la présidence de la Secrétaire d’État américaine Hillary Clinton, nos dirigeants ont défini des priorités et nous ont donné mandat de relever certains de ces défis. Quelles sont ces priorités ?

Avant tout, les ministres ont demandé à l’OCDE de renforcer sa contribution au développement international à travers la Stratégie de l’OCDE pour le développement, qui sera fondée sur une approche élargie au-delà de la seule aide. Cette stratégie inclusive et axée sur la croissance, qui reposera sur le partage des connaissances et le dialogue, nous permettra d’approfondir les travaux que nous menons avec les pays en développement dans des domaines comme la mobilisation des ressources nationales et la fiscalité, l’investissement, l’innovation, les échanges et la gouvernance, et d’agir sur des questions comme la sécurité alimentaire. Nous avons ainsi créé cet été, avec le gouvernement sud-africain, le Centre de l’OCDE pour la gestion de la dette publique et les marchés d’obligations en Afrique.

La deuxième priorité consiste à placer l’environnement au coeur d’un modèle de croissance à la fois plus inclusif et plus « vert ». La Stratégie de l’OCDE pour une croissance verte, saluée par nos pays membres, démontre qu’en associant les outils économiques et budgétaires appropriés à l’innovation, l’éducation et la réglementation, nous pouvons à la fois contribuer à la croissance, créer des emplois et protéger l’environnement. Développement durable et croissance économique vont de pair et le monde entier attend des mesures concrètes. L’OCDE et ses partenaires peuvent montrer l’exemple.

Troisièmement, les compétences sont vitales pour le progrès et le succès de nos économies. C’est vrai non seulement pour la croissance verte et les industries et services dont nous dépendons, mais surtout pour que

les individus puissent s’adapter aux évolutions en cours et futures. Les compétences sont indispensables pour vaincre la crise de l’emploi et l’exclusion sociale. La Stratégie de l’OCDE sur les compétences, examinée et saluée lors de la réunion ministérielle, donnera lieu à un rapport transversal sur les solutions d’avenir en 2012.

Quatrièmement, renforcer le rôle des femmes est central dans notre action pour une croissance plus forte et plus juste. En améliorant leurs perspectives d’emploi, d’éducation et d’entreprenariat, nous encourageons la croissance tout en réduisant les inégalités et la pauvreté. Les mesures sociales et liées au travail sont importantes, mais les comportements et la culture le sont tout autant. La nouvelle initiative de l’OCDE pour la parité, lancée lors de la réunion du Conseil de l’OCDE au niveau des ministres afin d’étudier les obstacles à l’égalité hommes-femmes, d’améliorer la comparabilité des statistiques et de promouvoir les bonnes pratiques, fournira une aide précieuse aux décideurs.

Cinquièmement, les échanges aussi ont un impact sur l’emploi et la vie des travailleurs, et pour encourager cet enrichissement mutuel, les ministres ont salué la création de l’Initiative de collaboration internationale sur le commerce et l’emploi, qui rendra ses conclusions en 2012.

Sixièmement, la construction d’un monde plus juste implique également la mise au point de « normes meilleures pour une vie meilleure ». Les Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales, une référence mondiale, ont été renouvelés lors de la réunion ministérielle. Ils abordent désormais la question des droits de l’homme. Concernant l’exploitation minière, les ministres ont adopté la Recommandation sur le Guide relatif au devoir de diligence pour des chaînes d’approvisionnement responsables en minerais provenant de zones de conflit ou à haut risque. Parallèlement, la Russie a franchi une nouvelle étape vers l’adhésion à l’OCDE en rejoignant le Groupe de travail sur la corruption.

Dernier point, mais non des moindres, nous devons élaborer de nouveaux instruments de mesure du bien-être allant au-delà du PIB. Pendant dix ans, l’OCDE a mené des travaux novateurs sur la mesure du progrès, et le lancement réussi, lors du Forum de l’OCDE, de l’indice « Vivre mieux », outil en ligne permettant à tout un chacun de classer les facteurs qu’il estime les plus importants pour mesurer son bien-être, a été un grand pas en avant.

Ces moments clés de la Semaine de l’OCDE confirment notre vocation alors que nous soufflons nos 50 bougies : plus qu’un groupe de réflexion, nous sommes un groupe d’action, utile à tous les pays. Nous

devons notre capacité d’évolution au vaste socle de connaissances que nous bâtissons depuis un demi-siècle. Nos statistiques, accords, comités, forums publics, examens par les pairs, normes, meilleures pratiques, et travaux stratégiques, contribuent tous à la fiabilité de nos conseils, dont la valeur est reconnue par nos membres et partenaires. Cela nous encourage à aller toujours plus loin. À 50 ans, l’OCDE prend un nouveau départ.

Les Orientations stratégiques de l’OCDE, Vision d’avenir pour l’OCDE et les autres documents de la réunion ministérielle sont disponibles sur www.oecd.org/mcm2011-fr

Voir aussi www.oecd.org/secretairegeneral et www.observateurocde.org/angelgurria

©L'Observateur de l'OCDE n°285 T2 2011




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016