Pour un avenir meilleur

©OCDE/NguyenTien

Nous célébrons cette année le 50e anniversaire d’une organisation remarquable qui a apporté une contribution immense et, à bien des égards, inestimable, au développement économique et social non seulement de ses propres membres, mais aussi de la communauté internationale des nations.

L’Organisation de coopération et de développement économiques, plus connue sous le sigle OCDE, a été créée dans le sillage de l’Organisation européenne de coopération économique (OECE), instance chargée d’administrer le Plan Marshall

Le Plan Marshall a été une réalisation historique, aujourd’hui peut-être encore insuffisamment appréciée, en ce qu’elle a définitivement enterré le passé militaire violent de l’Europe occidentale et l’a remplacé par un espace économique commun et de coopération mutuelle entre anciens belligérants. L’OECE était un forum restreint de coopération intergouvernementale couvrant tous les domaines de l’action publique, soutenu par un Secrétariat compétent et un réseau de comités spécialisés de portée et de qualité sans équivalent

Après 14 ans d’avancées extraordinaires dans le cadre de la construction européenne, le monde développé, Canada aux avant-postes, a su reconnaître tout l’intérêt que présenterait pour ses membres une OECE élargie. Quelques voix discordantes se sont élevées, notamment parmi les petits pays, dont quelques-uns souhaitaient conserver l’ancienne organisation européenne. D’autres pays, toutefois, estimaient que l’OECE devait prendre de l’envergure pour devenir l’OCDE, dont la mission, plus ambitieuse, lui conférerait une dimension mondiale

L’OCDE est le seul vestige du Plan Marshall, indépendamment de l’Europe elle même. Un paragraphe du préambule de la Convention relative à l’OCDE est ainsi rédigé : « Reconnaissant que le redressement et le progrès économiques de l’Europe, auxquels leur collaboration au sein de l’Organisation Européenne de Coopération Économique [à laquelle a succédé l’OCDE] a apporté une contribution très importante, ont ouvert de nouvelles perspectives permettant de renforcer cette tradition et de l’appliquer à des tâches nouvelles et à des objectifs plus larges. » C’est ainsi que naquit l’OCDE, le Canada étant le premier pays à déposer ses instruments de ratification, le 10 avril 1961.

Deux jours plus tard, les États-Unis faisaient de même, et dès le 30 septembre, date à laquelle l’OCDE entra officiellement en activité, 17 pays avaient déposé leurs instruments de ratification, la Commission européenne étant ellemême participante. Trois autres pays, dont l’Italie, vinrent grossir les rangs des membres dans les mois qui suivirent et le Japon devint membre en 1964. L’OCDE, qui compte aujourd’hui 34 membres, a noué des relations solides avec une multitude d’autres pays dans le monde, y compris les principaux marchés émergents.

Il est opportun de rappeler les objectifs de l’organisation tels qu’ils étaient énoncés dans l’article 1 de la Convention, et de dresser un bilan global de l’action menée, pour déterminer où nous avons réussi et où nous avons échoué. Ces objectifs étaient les suivants : « a) réaliser la plus forte expansion possible de l’économie et de l’emploi et une progression du niveau de vie dans les pays Membres, tout en maintenant la stabilité financière, et contribuer ainsi au développement de l’économie mondiale ; b) contribuer à une saine expansion économique dans les pays Membres, ainsi que non membres, en voie de développement économique ; et c) contribuer à l’expansion du commerce mondial sur une base multilatérale et non discriminatoire conformément aux obligations internationales. »

L’OCDE était considérée comme un instrument intergouvernemental ayant vocation à préserver l’équilibre entre croissance économique, stabilité sociale et stabilité politique, ces trois piliers devant être le fruit d’une bonne gouvernance et permettre de concrétiser le progrès économique et social, objectif originel de l’OCDE.

La Conférence d’Ottawa, qui met à l’honneur l’OCDE pour la célébration de son 50e anniversaire le 2 juin 2011, offre aux participants l’occasion de mettre en pratique le conseil de John Maynard Keynes : « Examiner le présent à la lumière du passé, dans la perspective de l’avenir. » Dans quelle mesure l’OCDE s’est-elle acquittée de son rôle au cours du demi-siècle écoulé et de quoi l’avenir sera-t-il fait ? À n’en point douter, les participants à la conférence et les autres observateurs concluront que ce rôle de l’OCDE, avec son système de comités, l’élaboration de normes non contraignantes appliquées par le biais d’examens des performances par les pairs et la comparaison des meilleures pratiques, qui a si bien servi ses membres dans le passé, sera également la voie de l’avenir dans cette communauté mondiale en rapide évolution

Le défi consistera désormais à gérer ces processus au sein d’une communauté internationale très élargie et, selon toute vraisemblance, d’une OCDE appelée à accueillir de nouveaux membres

Références

Voir www.oecd.org/fr/canada/ et www.oecd.org/apropos

Clarke, R. et L. Thompson, (2011) « L’OCDE, chronique d’une naissance mouvementée », L’Annuel de l’OCDE 2011, disponible sur www.observateurocde.org/annuel2011

©L'Observateur de l'OCDE n° 284, mai 2011




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016